.
.

Le triomphe de la vérité

.

4 ans de gouvernance du régime Talon: Les enseignements secondaire et technique en plein essor


Le Ministre Mahougnon KAKPO

Faire de l’école béninoise et de l’éducation le levier de relance de l’économie nationale et du Bénin, la plateforme de l’excellence des services du savoir. C’est le but visé par le Chef de l’Etat, Patrice Talon, depuis son accession au pouvoir en avril 2016. Une ambition définie dans Programme d’actions du gouvernement (Pag) et fondée sur plusieurs réformes et vision dont : les ODD4 relatifs à l’éducation et le Plan national de développement. Quatre années après, l’heure est au bilan des réformes engagées pour redorer le blason à l’éducation et plus particulièrement, aux enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle. Le Professeur Mahougnon Kakpo, seul patron du sous-secteur, s’est donc engagé à relever les maux qui minent ledit secteur. « On a l’impression que tout ce qui avait été initié était du saupoudrage et ne relevait d’aucune vision », a-t-il martelé au micro des confrères d’Educ’Action, à l’occasion du bilan des travaux menés à la tête des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle. Un visage peu reluisant du secteur qui, selon son développement, se justifie par un manque d’infrastructures scolaires qui encourageait le système de classe roulante, une mauvaise qualité de l’enseignement, le profil non adapté des enseignants, la non opérationnalisation de la gouvernance scolaire, le manque d’équipements dans le sous-secteur de l’enseignement technique pour le rendre plus attractif, la quasi absence du secteur privé pour accompagner l’enseignement technique puis la formation professionnelle, sans oublier, l’absence du numérique dans le sous-secteur. Une ardoise bien fournie pour permettre au régime de la rupture, de redonner espoir aux nombreux enseignants, apprenants et parents d’élèves.

Un vaste chantier d’infrastructures scolaires
L’un des points cruciaux auxquels le gouvernement s’est attaché au cours de ces 4 dernières années a été la construction d’infrastructures scolaires et leur équipement en vue d’offrir de meilleures conditions d’apprentissage aux apprenants et à leurs enseignants. Un objectif que le gouvernement poursuit à travers le Programme d’investissement public (Pip) et le financement des Partenaires techniques et financiers. Ainsi, plusieurs salles de classes ont été construites suivies de blocs d’administration, sur toute l’étendue du territoire national. Selon le décompte fait par le Ministre, Mahougnon Kakpo, il s’agit de 1004 salles de classes construites, 680 en cours de construction dans les départements de l’Alibori, du Borgou, du Zou, des Collines, de l’Ouémé et du Plateau et 1500 latrines. Dans le domaine de la formation technique et professionnelle, le gouvernement a procédé à la construction et la réouverture du Lycée technique de Tchaourou et la construction du Lycée technique de Bopa qui a démarré les activités cette année. Plusieurs projets sont également en attente dans ce sens. Il s’agit de la construction et la réhabilitation des Lycées de référence tels que les Lycées technique de Dina et de Kpondéhou dédiés respectivement à la machination, l’installation automobile et la mécatronique, le Lycée technique de Sodohomè (Bohicon) dédié au BTP et la conduite d’engins de chantier, le Lycée technique de Lokossa dédié aux énergies renouvelables. Dans ce lot, il y aura également la construction et la réhabilitation de 3 Centres de formation et d’apprentissage à Dogbo, Djougou et Kouandé.

La réforme des programmes d’enseignement, une réalité ?
Outre le volet relatif à la construction des infrastructures, le gouvernement a également accordé un intérêt à la qualité de l’enseignement dans les écoles et collèges. A ce niveau, une grande réforme est en cours d’élaboration pour proposer aux apprenants, des cours assez digestes aux réalités du moment. « Nous sommes sur le chantier de la réforme qui va toucher l’ensemble de nos programmes. Il s’agit de tout ce qui se fait dans les 9 matières de l’enseignement général », a annoncé le Ministre Mahougnon Kakpo. Une stratégie qui a déjà conduit l’application de plusieurs réformes telles que : l’évaluation du système de l’Approche par compétence, l’évaluation des enseignants Agents contractuels de l’Etat, la constitution d’une base de données des aspirants à l’enseignement, la mise en place d’un système intégré de gestion. Un partenariat a également été noué avec le ministère du numérique pour la création de classes numériques dans 2 établissements des départements du Bénin et d’autres projets avec pour but, d’instaurer le numérique au cœur de l’éducation au Bénin. Le Ministre Mahougnon Kakpo se dit alors « serein » de l’atteinte des objectifs fixés par le Chef de l’Etat, Patrice Talon, afin de relever le niveau de l’éducation et offrir aux apprenants, enseignants et parents d’élèves, un collège et des Lycées de type nouveau.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *