.
.

Le triomphe de la vérité

.

4ème anniversaire de décès: Retour sur le parcours et les œuvres du Professeur Jean-Marie Apovo


Le présidium lors de la cérémonie

L’amphithéâtre de l’ex-Flash a servi de cadre à commémoration du 4è anniversaire du décès de l’inventeur de la Boologie, professeur Cossi Jean-Marie Apovo, le vendredi 20 mars 2020. Une initiative du Dr Raymond Assogba qui s’est soldée par une conférence sur le thème : « L’héritage des boo-technologies utilisées par les Amazones de Gbèhènazin ».

Quatre ans après le décès du précurseur de la Boologie, le professeur Cossi Jean-Marie Apovo, le premier responsable de l’Unité d’enseignement de la Boologie, Dr Raymond Assogba a tenu une conférence pour reconnaître dans l’œuvre de l’invention de cette science de la théorie du Boo ou gri-gri qui est défini comme la ruse de la raison par l’inventeur Cossi Jean-Marie Apovo. Un universitaire ayant affronté ses propres peurs en tant que chrétien appelé à fuir le Boo, selon les dires du conférencier qui ajoute que le professeur Apovo a ensuite fui l’adversité du mépris et de l’incompréhension dans sa quête d’une raison de pratiquer la recherche et la réflexion. « En 1995, il a annoncé l’invention de la Boologie et a œuvré pour son rayonnement avant de rendre l’âme le 20 février 2016, puis inhumé le 19 mars 2020. Nous avons voulu ressusciter sa personnalité dans le dire de ses contemporains », a-t-il précisé dans son allocution de bienvenue. A sa suite, le professeur Albert Gandonou, Directeur de l’Institut universitaire du Bénin a présenté l’ouvrage Bojèlènu écrit par le professeur Apovo. A en croire le présentateur, il s’agit d’un recueil de 9 nouvelles dans lequel l’auteur a montré que le Boo est au service du développement. « L’homme veut s’attirer un bonheur ou combattre un ennemi, ou encore s’il veut se protéger, le Boo peut l’aider », a-t-il souligné. La deuxième œuvre littéraire présentée à cette occasion est Toula de l’écrivaine, Anna Baï Dangnivo. Un ouvrage qui, à en croire son auteur, aborde la question de l’inceste et de détournement de mineures. « Le fondement scientifique, c’est que les gens de même sang qui se marient font du tort aux enfants qui naissent pour la plupart du temps avec des malformations », a laissé entendre Baï Dangnivo précisant que c’est ce que les ancêtres ont dit à travers Toula pour interdire l’inceste. Cette commémoration a aussi connu la présentation de l’Association Nun dodo qui est vise à restaurer les valeurs ancestrales. Dans sa communication sur le thème : « L’héritage des boo-technologies utilisées par les Amazones de Gbohonazin », Dr Raymond Assogba a fait savoir que les boo-technologies sont toutes les connaissances sur les plantes et l’association des règnes minéral, animal et émotions humaines en vue d’articuler leur efficacité comme des outils ou armes ou système de mécanisme en vue de prendre avantage aussi bien sur la nature que sur les situations de conflit, d’harmonie, d’agression ou de rivalité en société ou dans l’interculturalité. Selon ses explications, les boo-Technologies donnent une épaisseur sociologique et anthropologique à l’existence des Mino. « Celles-ci ont utilisé les Boo au cours des combats contre les soldats du corps expéditionnaire français », a-t-il déclaré, avant de lever un coin de voile sur certains Boo susceptibles d’avoir été utilisés par les Amazones. Il s’agit entre autres de « Kpe-glo, Tu-glo, Fifo boo, Hwi glo, Zin, Akpa kan. Dans son développement, il a également souligné qu’au retour des guerres, pour rétablir la conscience de la normalité, les Amazones impliquées dans des actions aux souvenirs sanglants et traumatisants subissent un rite de rétablissement de la paix intérieure appelé Ago un jè, ago un jè no ku agoku a. « Ce rite leur permet de se purifier et redevenir des humains et vivre sans angoisse ni traumatisme. A ce rite peut être associé le rite de ’’wu sla sla’’, qui veut dire débarrasser le soi de tous les effluves des combats sanglants.

Qui est le professeur Cossi Jean-Marie Apovo ?
Cossi Jean-Marie Apovo est un Professeur hors classe, Chercheur, sociologue-anthropologue et Maître-Assistant à l’Université d’Abomey-Calavi. Chevalier de l’Ordre national du Bénin, il est né le 8 décembre 1940 à Ouidah. Il obtint en 1980 un diplôme de doctorat de 3è cycle à l’Université René Descartes Sorbonne puis en 1995, son doctorat d’Etat dans la même Université. Il a occupé les fonctions d’enseignant au Département de Sociologie-Anthropologie de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines de l’Uac de 1980 jusqu’à 2012 bien qu’il soit admis à la retraite le 9 octobre 2004.

Laurent D. Kossouho

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *