.
.

Le triomphe de la vérité

.

Entretien avec David César Ataï Guedegbe, Coordonnateur du championnat national de Wushu: «Nous allons multiplier les tournois à l’interne cette saison 2020 afin de dénicher d’autres talents»


Trésorier général de la fédération béninoise de Wushu et coordonnateur du championnat national de Wushu, David César Ataï a dressé le bilan de la saison sportive de ladite discipline avant de lever un coin de voile sur le championnat national que la fédération s’apprête à organiser le samedi 11 janvier 2020. Lisez l’interview qu’il a bien voulu accorder à l’équipe de la rédaction sportive de votre organe.

L’Evénement Précis: Que peut-on retenir comme bilan au niveau de Wushu cette saison?

David César Ataï Guedegbe: Notre saison a démarré en mars 2019. Et de mars à janvier 2020, on peut retenir notre participation aux compétitions internationales, à savoir le premier championnat d’Afrique de Wushu traditionnel organisé à Mehmet en Tunisie (Avril 2019) à l’issu duquel le Bénin a glané 3 médailles (une en argent et 2 en bronze) ; le deuxième championnat d’Afrique de Sanda en Tunisie (une médaille en argent) ; le tournoi international de Wushu de Huang Chan en Chine (Juillet 2019). Je peux vous dire que devant 1250 athlètes, c’est notre athlète qui a remporté la médaille en or en taïchi djinn et une médaille en argent. Ce sacre de notre athlète fait partie des meilleures prouesses que nous avons eues. En septembre 2019, précisément du 5 au 10, nous avons participé au championnat d’Afrique de Wushu moderne. Cela a regroupé 14 pays et nous avons pu remporter 6 médailles (une en or, 2 en argent et 3 en bronze). L’athlète Nocalbert Assogba qui avait gagné la médaille d’or au tournoi international de Wuhan Chang était mis en condition pour participer au championnat du monde, mais pour faute de santé, il n’a pas pu compétir. Malheureusement, nous étions au championnat du monde, mais nous n’avons pas pu prendre part à la compétition. Nous avons aussi participé au congrès électif de la fédération international de Wushu. Au plan local, nous n’avons pas connu de tournois majeurs. Le seul qu’on s’apprête à organiser, le championnat national qui est une activité statutaire.

Qu’est-ce qui justifie-le fait que cette saison, le Wushu n’a pas connu de tournois majeurs ?
Cette saison, nous sommes beaucoup investis pour perfectionner nos athlètes afin de pouvoir hisser haut le Bénin sur le plan international. Donc, nous avons consacré beaucoup plus de temps aux athlètes. C’est-à-dire, nous nous sommes consacrés plus à la formation de la crème. Mais cela n’a pas empêché l’organisation de certains tournois, même s’ils ne sont pas de grandes envergures. En cette année 2020 qui commence, par la grâce de Dieu, nous allons multiplier les tournois à l’interne afin de dénicher d’autres talents. Parce qu’il le faut. Car, quand l’athlète est beaucoup plus jeune, cela nous donne plus de chance de gagner.

Parler nous de l’organisation du championnat national. Pourquoi c’est maintenant que vous le programmez ?
Oui tout à fait. Notre saison sportive 2019 prend fin le 31 janvier 2020. Au Wushu, notre saison commence en mars et finit janvier. C’est pourquoi nous allons terminer la saison 2019 ce 31 janvier. Et pour clôturer, nous avons prévu organiser le championnat national le samedi 11 janvier. C’est-à-dire le week-end prochain. Ledit championnat aura lieu au hall des arts, loisirs et sport de Cotonou. C’est vrai que c’est un processus qui est en marche depuis longtemps avec plusieurs compartiments mais la finalité sera pour le samedi prochain.

Quelles seront les particularités de cette édition ?
Nous sommes toujours à la recherche des talents qui vont représenter valablement notre pays. Donc, vous devez comprendre que nous attendons de voir de nouveaux talents lors de ce championnat. Parce que nous misons beaucoup sur la jeunesse. Cela ne veut pas dire que nous voulons fermer la porte aux expérimentés qui sont là. Tout le monde est attendu, mais nous espérons que les jeunes soient au niveau pour faire bouger les expérimentés là.

Peut-on avoir quelques perspectives pour la saison 2020 ?
En 2020, nous envisageons participer sur le plan international au championnat ouest africain qui aura lieu à Niamey (Niger), au championnat du monde junior qui se tiendra pour la première fois en Afrique au Maroc et au tournoi des 4 nations de Wushu que la Côte d’Ivoire organise. Mais retenez que la majeure partie de nos énergies sera réservée aux activités au plan national.

Que diriez-vous pour conclure cet entretien ?
Je voudrais inviter tous les acteurs ainsi que les fans du Wushu à prendre le rendez-vous de ce samedi 11 janvier pour suivre le déroulement du championnat national de la discipline. Ensuite, je voudrais formuler mes vœux de nouvel an au Président de la fédération, Patrice Komenan Dossou-Yovo. Je lui souhaite pleine santé, prospérité, succès dans ses entreprises. A sa suite je souhaite beaucoup de joie, de bonheur à tous les membres du comité exécutif de la fédération. Je n’oublie pas les pratiquants, les sympathisants, tous ceux qui aiment le Wushu en général. Je leur souhaite une bonne année 2020 et leur dire qu’ensemble, nous irons très loin.

Entretien réalisé par Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *