.
.

Le triomphe de la vérité

.

Soutenance de thèse de doctorat en Sociologie-Anthropologie: Hubert C. Gnanvi obtient la mention très honorable avec les félicitations du jury


Docteur Hubert Gnanvi et les membres du jury

La salle de conférence de l’Ecole doctorale pluridisciplinaire, espace, cultures et développement de l’Université d’Abomey-Calvi a servi de cadre à la soutenance de thèse de doctorat de Copéric Hubert Gnanvi, le vendredi 20 décembre 2019. La présentation s’est déroulée en présence de plusieurs enseignants, ainsi que des étudiants et parents du candidat.

« Approche socio-anthropologique des ruptures de suivi biomédical des personnes vivant avec le VIH dans la zone sanitaire Ouidah/Kpomassè/Tori-Bossito », est le thème ayant fait objet de recherches pour le compte de la thèse de doctorat de Copéric Hubert Gnanvi. Ainsi, pendant une vingtaine de minutes, l’impétrant a rendu compte au jury présidé par le Professeur Cyriaque Ahodékon, des résultats auxquels il est parvenu après plusieurs années de recherches. Ces résultats s’articulent autour de trois points à savoir : les enjeux institutionnels, communautaires, associatifs et domestiques, les difficultés d’adaptation des malades du SIDA aux soins modernes et les exigences des contraintes sociales liées au changement de mode de vie des personnes vivant avec le VIH. A le croire, plusieurs constats l’ont inspiré à travailler sur ce sujet, mais le constat fédérateur de sa problématique est la discontinuité observée dans la prise des ARV par les malades chroniques, alors que les médicaments sont disponibles et les services publics fonctionnent normalement. A travers ce thème, Copéric Hubert Gnanvi a cherché à comprendre les fondements qui sous-tendent cette discontinuité dans un processus interactif. A la suite de la présentation de ses travaux de recherches conduits sous la direction du Professeur Abou-BakariImorou, chacun des membres du jury ont pris la parole pour faire leurs observations, recommandation et contributions afin que le tout nouveau docteur puisse améliorer la qualité de son travail, qui à les en croire, aborde un sujet d’actualité. Quant au document présenté par l’impétrant, ils ont souligné qu’il s’agit d’une thèse d’intérêt scientifique réel. A l’issue de la délibération, le jury l’a déclaré digne du grade de Docteur de l’Université d’Abomey-Calavi en Sociologie-Anthropologie dans la spécialité Sociologie-Anthropologie de la santé avec les observations ci-après : problématique pertinente et toujours d’actualité, efforts de collecte de données et approche théorique satisfaisante, perspectives de recherches prometteuses, très bonne soutenance. A la suite de ces observations le jury lui a accordéla mention très honorable avec ses félicitations.

Ils ont dit …

Copéric Hubert Gnanvi, Docteur de l’UAC: « Il ne faut pas stigmatiser les malades du SIDA »

Avant de proposer une solution par rapport à la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH, il faut d’abord un dépassement de l’altérité. Et face à ce dépassement, il faut encourager les accompagnateurs. Mais avant que l’encouragement des accompagnateurs n’existe, il faut une éducation des personnes qui n’ont pas le VIH pour que l’interaction entre ces personnes saines et les porteurs du VIH soit une bonne relation. Autrement dit, il ne faut pas stigmatiser les malades et il ne faut pas les discriminer. Partant de ce fait, lorsque les personnes qui consomment les ARV auront une charge virale stable, je crois que la contamination sera en baisse et le taux sera en baisse.

Professeur Abou-Bakari Imorou, Directeur de thèse: « La thématique abordée s’inscrit dans notre programme de recherches »

Le thème abordé par l’impétrant résulte de deux besoins fondamentaux. D’abord, le besoin de renouveler un peu les questionnements scientifiques sur la question de la prise en charge des personnes vivant avec le VIH et l’utilité pratique dans la mesure où la thématique sur laquelle l’impétrant a travaillé s’inscrit dans notre programme de recherches qui avait pour but, de produire des connaissances pouvant permettre aux acteurs impliqués dans le processus de la prise en charge de savoir exactement ce qui se joue et les mécanismes par lesquels ils peuvent assurer une meilleure prise en charge des malades au Bénin. L’impétrant a réussi à nous formuler une thèse d’éclairement en nous montrant que tant que l’environnement social de proximité ou l’environnement social global ne sera pas pris en compte, on ne va pas y travailler de façon à ce que les gens changent leurs regards sur la maladie et les personnes vivant avec le VIH, on aura fort à faire dans la l’accompagnement de ces gens-là.

Laurent D. Kossouho

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *