.
.

Le triomphe de la vérité

.

Jeannine Agbo Lawani sur le déparasitage et la Vitamine A: «Le déparasitage assure à l’enfant la disponibilité de nutriments dans son organisme»


Dans cette interview, Jeannine Agbo Lawani, nutritionniste-clinicienne et diététicienne chargée de la promotion de la nutrition et la surveillance de l’état nutritionnel au ministère de la santé parle du déparasitage et de la supplémentassions en vitamine A. Les deux interventions figurent dans le paquet qu’offre gratuitement du 16 au 21 décembre, le ministère de la Santé aux enfants de 0 à 59 mois dans le cadre de la 1ère édition de la semaine de survie de l’enfant couplée à la 27ème édition de la semaine mondiale de l’allaitement maternel.

L’Evénement Précis :Qu’est-ce que le déparasitage et en quoi consiste-t-il ?

Jeannine Agbo Lawani : Le déparasitage est une étape de la vie de l’enfant qui commence à neuf mois. On parle de déparasitage parce qu’on doit éliminer les vers parasites de l’organisme de l’enfant. Ça consiste à lui donner ½ comprimé d’albendazole à l’enfant à partir de neuf mois. L’enfant naît sain mais quand il commence à téter, on ne peut être sûr que l’hygiène est garantie à 100%. Aussi, à un âge donné, vers 4 – 5 mois, il commence par s’asseoir, puis se met à 4 pattes et marche. Durant cet intervalle, il met la main au sol, on lui donne des objets qui passent partout et tout ce qu’il rencontre dans son environnement, il le porte à la bouche. Des parasites peuvent se poser sur ces objets et se retrouver ensuite dans son organisme. Ces vers lui font perdre les nutriments essentiels pour sa croissance. C’est la raison pour laquelle on déparasite l’enfant dès 9 mois pour commencer à éliminer ces vers très tôt parce que ces vers lui font perdre les nutriments qu’on lui apporte et nuisent à son développement. Le déparasitage assure à l’enfant la disponibilité de nutriments dans son organisme.

Vous disiez tantôt qu’on commence à déparasiter l’enfant à partir de 9 mois. Quelles sont les conséquences si cela n’est pas respecté ?

Si on rate l’étape de 9 mois on peut la rattraper à un an. S’agissant des conséquences, l’enfant peut présenter une carence en fer et on constatera chez lui une anémie. Souvent, dans cette tranche d’âge, des parents se plaignent de leur enfant qui ne grandit pas, qui ne mange pas bien ou qui est maigrichon. C’est certainement à cause des parasites. D’autres parents disent que leur enfant mange beaucoup mais ne grandit pas. Ce sont quelques conséquences quand on ne fait pas le déparasitage à partir de cette tranche d’âge.

Les mères savent-elles qu’elles doivent déparasiter leur enfant à partir de 9 mois? Qui doit le leur dire ?

Nous avons un carnet de santé dans lequel tout est inscrit. On sait qu’on a beaucoup de femmes analphabètes. L’agent de santé doit donc informer la maman sur les étapes nécessaires pour un bon suivi de son enfant. Après 9 mois, l’enfant doit normalement être déparasité tous les trois mois. S’il n’est pas vulnérable, on peut le faire tous les 6 mois.

Parlez-nous aussi de la supplémentation en vitamine A, une autre intervention offerte dans le cadre de la semaine de survie

La vitamine A est une substance nutritive liposoluble, c’est-à-dire qu’elle n’est soluble que dans l’huile, qui intervient dans le fonctionnement normal des tissus et le développement de l’enfant. Nous en avons de deux types :dans une capsule bleue de 100 000 UI. pour les enfants de 6 à 11 mois, et dans une capsule de couleur rouge 200 000 UI pour les enfants de 12 à 59 mois.

Quel rôle joue la vitamine A ?

La vitamine A renforce les défenses de l’organisme de l’enfant. Elle joue un grand rôle car elle est liée à des phénomènes d’auto-immunisation et empêche aussi certaines inflammations. La vitamine A aide à la maturation de certains tissus et certaines muqueuses.Par exemple, au niveau de l’œil, quand l’enfant naît, la maturation n’est pas automatique. Cette vitamine permet à l’enfant d’acquérir une maturation complète des bâtonnets de l’œil pour assurer une bonne vision.

Qu’arrive-t-il en cas de carence en vitamine A et à quelle fréquence doit-elle être administrée à l’enfant?

La carence en vitamine A expose l’enfant à beaucoup de problèmes. Elle augmente le risque de développer des problèmes respiratoires. Elle l’expose aussi plus à des problèmes gastro-intestinaux tels que les maladies diarrhéiques.C’est pourquoi, nous offrons la supplémentation en vitamine A aux enfants de 6 mois à 5 ans. La politique nationale impose deux supplémentation par an, pour couvrir le minimum des besoins de l’enfant, sinon la bonne supplémentation se fait quatre fois par an.

En dehors de ces capsules, quels sont les autres sources de vitamine A ?

On retrouve la vitamine A dans les aliments d’origine animale comme les abats, le foie des animaux, les œufs, le lait entier, le poisson aussi, surtout la tête de poisson. L’huile à l’intérieur de la tête du poisson est riche en vitamine A mais beaucoup de gens ne le savent et jettent cette partie du poisson. On en retrouve aussi dans le chou cuit, la papaye, la patate douce, les légumes… Mais il faut dire que la diversification alimentaire pose un problème au Bénin pour les enfants, surtout dans le milieu rural. Il y a  tellement d’ignorance que les gens, sur le plan culturel, refusent de donner certaines choses aux enfants et ce qui fait que cette cible est la plus exposée.

Qu’avez-vous à dire de particulier ?

Je remercie les partenaires qui nous appuient dans le cadre de cette activité. Si on offre au moins deux fois par an ce paquet d’intervention à haut impact, on réduira de beaucoup les taux de décès dans la population infantile.

Réalisé par Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *