.
.

Le triomphe de la vérité

.

Suite aux dernières pluies: Plusieurs quartiers, écoles et rues de Cotonou gravement inondés


L’axe Calavi-Godomey inondé à hauteur du pont Djonou

Le démarrage de cette rentrée scolaire 2019-2020 reste perturbé par les pluies diluviennes. Plusieurs écoles et Collèges d’enseignement général notamment ceux d’Atrokpocodji, de Savi et de Godomey, sont confrontées aux affres de l’inondation rendant pénible, l’accès aux salles de classe.

Une cour vide d’apprenants même en pleine heure de pause. C’est le constat fait au Ceg Godomè et qui se justifie par l’importante densité d’eau qui inonde la cour. Les dernières pluies n’ont fait aucune faveur à cet établissement. Quelques apprenants rencontrés devant leur salle de classe, contemplent avec beaucoup de peine cette étendue d’eau à braver pour sortir de l’établissement. D’un autre côté, certains élèves se mettent en file indienne pour traverser cette eau en se servant des briques pour avoir accès aux salles. D’autres, par contre, bottes aux pieds ou robe kaki remontée aux genoux, préfèrent traverser l’eau pour rejoindre leurs classes. Un spectacle qui n’est pas sans conséquence sur le bon déroulement des cours. En effet, les enseignants rencontrés justifient l’absence de certains apprenants par la montée des eaux dans leur zone. Il en est de même pour les enseignants qui ont déserté désertés les salles de cours pour les mêmes motifs. « Certains élèves ont du mal à venir au cours, surement à cause de l’inondation », nous a confié un enseignant de français. Le même scénario s’observe également dans les écoles primaires parcourues. L’abandon des salles de classes par les écoliers du primaire est selon une maîtresse de la classe de Cours préparatoire (Cp) de l’Epp Atrokpocodji, lié à « certains parents qui interdissent à leurs enfants de s’y rendre de peur qu’ils soient victimes des risques liés à cette inondation ». « Par contre d’autres parents acceptent et viennent déposer eux même leurs enfants à l’école », a-t-elle confié. Une situation qui justifie bien l’attitude de dame Carole qui s’abstient d’envoyer son enfant à l’école pour des raisons d’ordre sanitaire. « J’ignore ce que contiennent ces eaux, des microbes et les reptiles qui pourraient nuire à la santé des enfants », a-t-elle avoué. Si le même constat est fait à l’Epp Savi, les enseignants notamment ceux du Cours moyen 2 (CM2), ne ménagent aucun effort pour accomplir leur devoir pédagogique. « Les enseignants surtout ceux de la classe d’examen ne manquent jamais les cours, quel qu’en soit l’intensité de la pluie », a affirmé un enseignant de la classe de Cm2.

Des dispositions prises pour évacuer l’eau

Au regard de l’inondation, plusieurs dispositions sont prises pour permettre aux enfants de rejoindre les classes en toute sécurité. « Les bonnes dames nous aident à évacuer l’eau dans les caniveaux à chaque fois qu’il pleut », a confié un enseignant de l’Epp Savi. La Directrice de l’Ecole primaire publique d’Atrokpocodji fait savoir que des stratégies comme la pulvérisation des eaux dans les bas-fonds et l’ensablement de toute l’école sont en cours d’exécution. Une tâche à laquelle les élus locaux ne sont pas indifférents. « Il y a des camions qui déversent des sables dans les zones et écoles inondées. Nous passons aussi à la pulvérisation des eaux et le remblaiement de ces écoles afin que les écoliers et les maîtres puissent se rendre facilement dans leurs classes, a confirmé le Chef quartier d’Atrokpocodji, Mr Egué. Il a convié les populations à faire preuve de civisme et à rendre leur environnement propre en évitant de jeter les ordures dans l’eau.

Les populations implorent le secours des autorités

Les populations d’Agla et ses environs ont connu d’énormes difficultés pour vaquer à leurs occupations, à cause de la pluie de ce dimanche 20 octobre 2019 qui a inondée ses zones. Au petit matin, elles se sont réveillées dans l’eau qui a gagné du terrain. Maisons inondées, voies impraticables sont entre autres, le scénario que vivent ses populations en cette période de pluie. Une situation qui les empêche de vaquer librement à leurs occupations, et qui reste favorable aux cas de maladies liées à l’eau. Suite à cette mauvaise passe, les populations implorent le secours des autorités afin que de fermes résolutions soient trouvées pour empêcher un catastrophe. Il faut noter que plusieurs axes routiers ont également subi les affres de l’inondation dans la journée d’hier, dimanche 20 octobre 2019.

Edwige TOTIN (stag)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *