.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pré-insertion professionnelle dans l’enseignement: Le geste de Talon pour combler le déficit d’enseignants


Le Président Patrice Talon

Mettre fin aux problèmes de qualification et de gestion peu orthodoxe auxquels sont confrontés les enseignants vacataires est resté l’un des soucis majeurs du gouvernement béninois qui a mis en place un programme de Pré-insertion professionnelle dans l’enseignement. Ce programme a permis de sélectionner 15.875 aspirants au métier d’enseignant qui sont désormais répartis dans les collèges et lycée pour combler le déficit d’enseignant. En effet, l’une des décisions du Conseil des ministres tenu ce mercredi 25 septembre 2019, sous la présidence effective du chef de l’Etat, le président Patrice Talon, a été de valider la mise en place d’un Programme spécial de Pré-insertion professionnelle dans l’enseignement qui prend en compte les aspirants au métier d’enseignant. La gestion des intéressés au titre de l’année scolaire 2019-2020 est confiée à l’Agence nationale pour l’Emploi, à travers ce Programme spécial de pré-insertion professionnelle qui permettra aux 15.875 aspirants retenus dans la base de données de bénéficier d’un contrat de travail d’une durée de 9 mois. En effet, cette mesure représente un effort financier de plus de seize milliards FCFA. Il apporte aussi une solution idoine pour sauver l’école béninoise de certaines tares dénoncées depuis longtemps (le maintien des intéressés dans la précarité;l’absence d’un profil clairement défini ;le défaut de prise en charge sociale ;le manque de suivi des prestations ; les retards dans le paiement des heures de vacation exécutées et les rançonnements). Selon le compte rendu du conseil des ministres, ce programme est une étape dans une série de mesures déjà prises par le régime Talon ces dernières années qui, ont consisté entre autres en l’amélioration de la gestion de la paie de cette catégorie d’enseignants via la bancarisation, afin de mettre fin aux tracasseries qu’ils subissaient. Il est important de saluer l’avènement de ce programme qui résulte de la volonté du gouvernement Talon de trouver une solution durable et valorisante à ces jeunes diplômés qui s’échinent à accompagner le système éducatif avec tant de difficulté. Ces enseignants faudrait-il le rappeler, n’auront plus un salaire à géométrie variable et tributaires du bon vouloir de certains responsables d’établissements, car le mécanisme de leur « recrutement » rassure de la qualité de ces ressources humaines en même temps qu’il aide à combler le déficit en personnel enseignant. Dans cette logique, un gros poids qui vient d’être enlevé de la balance de la demande sociale, car plus de 15.000 Béninois sortent ainsi du sous-emploi ou chômage. Un geste de haute portée sociale qui découle de la solidarité nationale et surtout des fruits de la gestion du Président Talon d’autant que ce sont plus de 16 milliards de francs CFA que coûte ce programme qui sera supporté par le budget national. Il faut rappeler que le gouvernement a d’abord constitué une base de données des aspirants au métier d’enseignant dans les sous-secteurs des enseignements maternel, primaire et secondaire général avant de lancer ce programme qui vise à mettre fin à la précarité des vacataires, et de combler le déficit en personnel enseignant.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *