.
.

Le triomphe de la vérité

.

1ère édition des journées du parti UP: Des milliers de progressistes aguerris pour un vrai militantisme


Vue partielle des présidents et personnalités du parti

Dans une vaste et somptueuse salle de l’hôtel la Gratitude, ces 07 et 08 septembre 2019 dans la commune d’Abomey Calavi, les militants de l’Union Progressiste ont tenu le pari de la première édition des journées de l’Union Progressiste. Le premier et grand rassemblement des membres du parti politique depuis sa création s’est tenu sous la présence des membres du bureau politique dirigé les présidents Bruno Amoussou, Sacca Lafia et Abraham Zinzindohoué, des 46 députés sortis des élections législatives du 28 avril de 2019, des ministres UP, des maires, et de tous les élus locaux et communaux venus des 77 communes du Bénin. Au sortir de ce grand rassemblement, tous sont convaincus de la naissance au Bénin d’un nouveau type de militantisme avec l’Union Progressiste.

L’objectif de ces journées est de renforcer davantage l’idéologie, la cohésion et la fraternité entre les militants de l’Union Progressiste. Réunies autour du thème : « Le militant progressiste », ces assises n’ont pas du tout souffert de la présence des militants. Dans son allocution de bienvenue, le professeur Achille Massougbodji, a salué la forte mobilisation des militants et remercié le bureau politique de l’UP pour sa clairvoyance a initié cette assise. Il a rappelé l’objectif et la finalité de ces assises qui est de permettre aux militants venus d’horizons divers de communier et d’apprendre à se connaître. Pour le président Bruno Amoussou, ces journées visent également à former un militant de type nouveau, conscient de ses rôles et responsabilités en tant que progressiste, capable d’impacter son environnement dans sa façon de penser et d’agir afin d’induire un changement positif autour de lui. Conçues pour être un rendez-vous inédit, de par sa nature et son format, ces journées permettront aux militants d’échanger et de travailler autour du militantisme. En cela se justifient les thèmes proposés et autour desquels ont porté les trois communications. Il s’agit de : « Union Progressiste : de la création à nos jours ; l’expérience du militantisme au Bénin : quelles leçons ; et le militant progressiste : droits et devoirs ».
Il est important de rappeler que la première communication a démarré juste après la cérémonie d’ouverture, sous le regard attentif des membres du présidium du Parti : les présidents Bruno Amoussou, Sacca Lafia et Abraham Zinzindohoué. Il est également de saluer à ce grand rendez-vous, la présence du président de l’Assemblée Nationale Louis Vlavonou, de la Vice-présidente, Talata Chabi, des ministres Oswald Homeky, Bintou Chabi, Gaston Dossouhoui, Tognifodé Véronique, Alassane Séïdou, les députés Orden Alladatin, Sèdami Fagla, de Honfo, Noutaï, Gérard Gbenonchi, Agbodjèté, Badirou Aguèmon, des députés Justin Adomahoun, Valère Tchobo, bref la quasi-totalité des 46 députés UP , des directeurs généraux de société,des maires dont entre autre Théophile Dako, Tamou Bio Sarako, des cadres, des militants et des représentants des partis PRD, du Moelle-Bénin en la personne de son président Jacques Ayadji et le Bloc Républicain représenté par l’honorable Abdoulaye Gounou. A la suite des travaux, des recommandations ont été formulées tant au niveau du bureau politique, des personnalités du parti que des militants venus nombreux à ces assises.

Ils ont dit

Gildas Agonkan, Député UP: « Nous avons besoin de bons militants et engagés…»

« Si le plus grand parti politique UP existe, c’est pour les militants, et non pour les responsables et les têtes de pont. Si les militants ne savent pas leur rôle, leurs obligations dans le parti, je pense que le parti aura un peu de problème. C’est pour cela qu’aujourd’hui, nous avons décidé de réfléchir sur ce qu’est réellement un militant, ses avantages, son rôle, ses obligations. Nous les avons invités afin de leur expliquer ces choses pour qu’ils sachent que le militant n’est pas un simple membre. Et là, celui qui est militant doit savoir que c’est le parti qui est son cordon ombilical, sa souche et partout il passera à l’église, au bureau, au marché dans sa famille, il doit faire sa promotion. S’il n’y a pas de bons militants, de militants engagés, les partis politiques vont mourir. De même, il y a une grande différence entre électorat, militants et foule de meeting. Si vous avez une foule de meeting plus nombreux à votre électorat, vous n’avez pas d’avenir politique. Alors en prélude aux élections communales, nous allons déjà nous préparer et faire comprendre aux militants que l’enjeu est de taille. Et c’est maintenant qu’il faut commencer ».

Guédénon Bertin, Chef du 9ème Arrondissement de Cotonou: « Je n’ai jamais vu ça dans un parti »

« Vous voyez ce grand mouvement, je n’ai jamais vu ça dans un parti. Nous avons aujourd’hui à l’UP, des militants engagés, des gens qui se sentent concernés par le parti et qui sont associés à la gestion. Je voudrais profiter de votre micro pour saluer le chef de l’Etat pour le travail qu’il fait. Personnellement, j’ai moins de plainte dans mon arrondissement seulement à cause de l’asphaltage. Si on peut laisser le chef de l’Etat faire dix ans et pourquoi pas plus, je crois que le Bénin s’en sortira gagnant. C’est une très bonne chose qu’il fait et personnellement, je lui tire chapeau. Pour ce qui est de notre rassemblement, je crois que c’est à l’actif du bureau politique qui a décidé d’instaurer avec le système partisan, un nouveau type de militantisme. Nous ne pouvons que saluer et apporter notre contribution en tant qu’élu. »

Franck Behanzin, jeune acteur politique, membre de l’Union progressiste: « Nous attendons que ces journées ne soient pas des jours vains »

« Mes impressions, je pourrai les rimer sur deux axes. D’abord l’innovation et ensuite ce que nous attendons de l’innovation, pour voir que l’Union progressiste s’arrime effectivement sur la réforme du système partisan, sur les lois de la République. Et les journées de l’UP permettront de former nos militants, de communiquer avec eux sur les grandes orientations du parti, et leur inculquer des valeurs dans l’agissement. C’est fondamental en ce sens que dans nos cellules, dans les quartiers et villes et villages, il faudrait que le militant au plus bas niveau puisse refléter l’image du militant au plus haut. Par rapport aux attentes, nous estimons que ces journées ne soient pas des jours vains. Que ce ne soit pas de la mobilisation inutile. Que chaque participant puisse inculquer ce qui s’enseigne, ce qui se dit, ce qui se donne comme leçons et valeurs que chaque militant puisse intégrer cela dans ses agissements pour que l’on puisse à l’évaluation sentir que de tel niveau à tel niveau nous avons vu que des partisans, nos partisans au niveau déconcentré, ont pu réellement intégrer ce qu’ils ont eu comme notion dans le cadre des journées de militants ».

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *