.
.

Le triomphe de la vérité

.

Politique nationale: L’He Zinzindohoué désavoue les responsables de l’opposition


L’Honorable Abraham Zinzindohoué, co-président du présidium du parti Union Progressiste

La non-participation de plusieurs partis politiques aux élections législatives du 28 avril 2019 a fait objet de débat sur la rubrique « Sous l’arbre à palabres », ce mardi 20 août 2019. Interrogé sur la question, l’invité du quotidien L’Evénement Précis, l’Honorable Abraham Zinzindohoué, co-président du présidium du parti Union Progressiste a désapprouvé le comportement des responsables de l’Opposition qui, selon lui, montraient clairement qu’ils ont une autre intention, celle de se révolter contre le Président au pouvoir. Il en veut pour preuve, « l’appel de Djèffa » qui est contraire aux dispositions de la Constitution du 11 décembre 1990. « C’est des gens qui ne voulaient pas aller aux élections, parce qu’ils savaient qu’ils vont perdre. Ils avaient un autre agenda », a-t-il dénoncé. Tout en déplorant les violences enregistrées à l’occasion de ces élections, l’ancien Député démissionnaire de la 8ème législature sur la liste de l’Union Progressiste a invité toute la classe politique à éviter la démocratie d’émotion et celle d’insurrection pour préserver la paix et la cohésion nationales. Grand défenseur de l’avènement de la réforme du système partisan dont il était l’un des pionniers à travers ses nombreuses contributions intellectuelles sur la question, l’Honorable Abraham Zinzindohoué s’est trouvé très à l’aise pour débattre de ladite réforme. Ainsi, dans son appréciation des lois électorales, notamment la charte des partis politiques dont la mise en application a entraîné l’absence de certains partis politiques aux dernières législatives, l’ancien Président de la Cour Suprême, Me Abraham Zinzindohoué a étalé tout le bien qu’il pense de cette réforme qui a hissé la démocratie béninoise. Car, a-t-il indiqué, cette loi permet au Bénin d’avoir de véritables partis politiques répondant aux quatre critères cumulatifs d’un parti. Il s’agit pour lui, de la continuité, de l’existence d’un réseau entre la direction du parti et sa base, la conquête et l’exercice du pouvoir d’Etat et le partage de l’idée du parti par un grand nombre de citoyens. « Un parti doit fonctionner comme une administration et c’est ce qu’impose la charte des partis politiques », a renchéri le Député.

Quid des motifs de sa démission de l’Assemblée nationale ?
Élu Député sur la liste Union Progressiste pour le compte de la 8è législature, l’Honorable Abraham Zinzindohoué a démissionné de l’Assemblée nationale le 5 août 2019 au profit de son suppléant, Florentin Tchaou. A en croire ses propos, il a mis fin à ses fonctions parlementaires pour des motifs d’ordres juridique et politique. En effet, il explique que non seulement la loi autorise un député à démissionner, mais il a surtout fait cette option pour des raisons de convenance militante. « Je n’ai pas démissionné pour des raisons de convenance personnelle comme l’ont chanté certains de mes compatriotes », a nuancé le Député, avant de préciser qu’il a prononcé sa démission pour ses responsabilités au niveau du parti l’Union Progressiste dont il est l’un des co-présidents du bureau provisoire. « J’ai démissionné pour m’occuper un peu plus de l’Union Progressiste qui prépare activement son premier congrès ordinaire et s’apprête également pour affronter les prochaines échéances électorales », a-t-il confié, ajoutant que pour les deux mois qu’il a passés à l’hémicycle, il n’a pas vu un seul copeck circuler à l’Assemblée lors des tractations pour la constitution du bureau de l’Assemblée et des commissions parlementaires.

Laurent D. Kossouho

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *