.
.

Le triomphe de la vérité

.

Rapport d’audit sur la gestion de la CCIB sur la période 2003 à 2019: Un scandale financier de 7,9 milliards de FCFA éclabousse Soufiano et Satchivi


« Des irrégularités sur la période 2003 à 2019, dont l’incidence financière est estimée à 7,9 milliards FCFA » Tel est le nouveau scandale financier qui remet en cause la gestion des anciens présidents de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Bénin (Ccib). Au titre de ces irrégularités, 4,7 milliards FCFA ont été décaissés pour des marchés irrégulièrement passés, 2 milliards FCFA pour des avantages illégaux ou indus payés aux élus et aux agents de la Chambre, et 1,2 milliard FCFA de dépenses compromises dans des placements financiers ».Ce scandale a été révélé par les missions d’audit diligentées au niveau de la structure. L’annonce d’une telle malversation a été faite en Conseil des Ministres, ce mercredi 24 juillet 2019 lors de l’étude du compte rendu de l’état d’avancement de la mission d’administration provisoire de la Ccib. La période ainsi évoquée montre que les anciens présidents de la Ccib dont notamment Atao Soufiano et Jean-Baptiste Satchivi pourraient se retrouver dans les tout prochains jours devant la justice, afin que lumière soit faite sur ce dossier.

La CCIB renait bientôt de ses cendres

Le conseil des ministres réuni ce mercredi 24 juillet 2019 a étudié le compte rendu de l’état d’avancement de la mission d’administration provisoire de la CCIB. Ce point renseigne que conformément à la mission assignée à l’administrateur provisoire par le Conseil des Ministres lors de sa séance du 23 janvier 2019, les principales activités prévues ont été exécutées. Et pour permettre la poursuite efficiente des tâches en cours ou à venir, le Conseil a décidé de la prorogation du mandat de l’administrateur provisoire, jusqu’à la fin du mois de janvier 2020 au plus tard. De même, les missions d’audit diligentées ont révélé des irrégularités sur la période 2003 à 2019, dont l’incidence financière est estimée à 7,9 milliards FCFA au titre desquels 4,7 milliards FCFA décaissés pour des marchés irrégulièrement passés, 2 milliards FCFA pour des avantages illégaux ou indus payés aux élus et aux agents de la Chambre, et 1,2 milliard FCFA de dépenses compromises dans des placements financiers. Il est important de rappeler qu’en six mois seulement,l’administrateur a mené des activités telles que : la préparation et la validation, par le Comité national de supervision, des avant-projets de statuts, de régime électoral et de règlement intérieur de la Chambre;la revue de l’organisation en place suivie de la proposition et de la validation d’un projet de nouvel organigramme ; la finalisation du processus de mise au point jusqu’en 2017, des données statistiques sur les entreprises exerçant au Bénin ; l’organisation de plusieurs réunions d’information et de consultations des associations professionnelles sur les orientations des réformes statutaires et organisationnelles au niveau de la Chambre;la production d’un rapport de synthèse sur les principaux problèmes de gouvernance notés au cours de la dernière mandature.Des activités qui confirment la solution de l’administrateur provisoire à faire bouger les lignes dans la restructuration de la CCIB. C’est pour cela qu’il est important de saluer la décision du gouvernement, celle de la prorogation du mandat de l’administrateur provisoire de 6 mois afin de permettre à celui-ci de mener à bien les réformes et les chantiers ouverts pour la restructuration de la chambre consulaire. Ce qui sans doute, va relancer la CCIB dans une nouvelle dynamique conforme aux orientations et aux ambitions économiques portées par le Président Talon.

Yannick SOMALON et Laurent KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *