.
.

Le triomphe de la vérité

.

Protection des enfants dans l’espace CEDEAO: Le Maejt et plusieurs associations s’approprient le document du cadre stratégique


Vues : 1

Les rideaux sont tombés sur l’atelier de dissémination du cadre stratégique de la Cedeao pour le renforcement des systèmes nationaux de protection de l’enfant en vue de prévenir et de répondre aux violences, abus et exploitations des enfants en Afrique de l’Ouest. Les acteurs conviés à cet atelier ont donné une conférence de presse à la fin des travaux ce mardi 23 juillet 2019 à l’Infosec de Cotonou pour faire le point des deux jours de travaux.

« Le cadre stratégique de la Cedeao pour le renforcement des systèmes nationaux de protection de l’enfant en vue de prévenir et de répondre aux violences, abus et exploitations des enfants en Afrique de l’Ouest est un document qui a été validé par les chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest depuis quelques années dans le but d’assurer la protection des enfants dans notre espace », dira Aimé Bada, coordonnateur régional de ENDA Tiers Monde Jeunesse action dans ses propos introductifs. Selon lui, les deux jours qu’a duré l’atelier ont permis aux participants de s’imprégner de ce document et de le réadapter avec de nouvelles résolutions pour une prise en compte normale des enfants. « Nous sommes tous acteurs de la protection des enfants, nous agissions sur le terrain dans nos différents domaines et zones géographiques mais nous n’avons pas tous comme référence ce document de cadre stratégique de la Cedeao. Alors, nous avons trouvé que c’est nécessaire et le moment venu de combler ce gaffe en organisant une série d’activités et de formations au niveau national en direction des acteurs de formation de la protection des droits de l’enfant dans nos pays », a-t-il ajouté. Pour Victoire Kataria, membre de l’Association des enfants et jeunes travailleurs, l’atelier a permis aux participants de redéfinir les cinq priorités du cadre stratégiques, de les analyser et de les situer dans le contexte pour une meilleure appropriation. Une occasion pour la représentante des enfants d’aborder au cours de la conférence, les recommandations de ses camarades dont la réécriture du document dans un français plus accessible aux enfants, la réalisation de catalogue pour leur éducation et surtout la création des centre de jeux et de loisirs dans les quartiers pour permettre aux enfants non bénéficiaires du cadre formel scolaire de s’intégrer et d’apprendre à se défendre pour leur droit. Il est important de rappeler qu’une vingtaine d’organisation et de représentation de service d’Etat, de collectivité locale du Bénin, une trentaine de participants et une vingtaine d’enfants, tous délégués d’une vingtaine de pays africains ont participé et travaillé sur le document du cadre stratégique et ont pris l’engagement à partir d’une feuille de route de poursuivre l’action de dissémination dans les différentes organisations, les différentes coordinations et dans les pays de l’espace Cedeao.

Yannick SOMALON

L’initiative « parole aux enfants » pour vulgariser le cadre stratégique de la Cedeao

En conclave depuis le 18 juillet dans le cadre de la commémoration de ses 25 ans d’existence, le Mouvement Africain des Enfants et Jeunes Travailleurs a procédé ce 22 juillet 2019, à l’Infosec de Cotonou, au lancement de l’initiative « Parole aux enfants ». C’est un concept qui permet aux enfants non-inscrits dans un cursus académique normal et qui sont en situation difficile, de prendre la parole, de s’expliquer et de faire des plaidoyers à l’endroit des décideurs nationaux, sous régionaux et internationaux. Le plan stratégique de la Cedeao a été l’une des thématiques au cœur de cette initiative qui va durer plusieurs jours.

Shazmine Mangéa délégué Maejt Tanzani ; Esther Kewelou délégué Maejt Togo ; Ramiarantsoa Nomena Nanindra, délégué Aejt Madagascar et Adjisso Gérard, délégué du Aejt Bénin, se sont passé à tour de rôle le micro pour s’exprimer devant une assistance composée de représentants du gouvernement béninois, de la Cedeao, de l’Union Africaine, de l’Unicef, du Plan International des délégués et coordonnateurs Maejt et bien d’autres partenaires du mouvement. Ils ont abordé les thématiques liées aux droits des enfants, à la scolarisation, aux Odd et à l’importance de la prise en charge des enfants en situation difficile dans les différentes localités, départements, pays, et sur le continent africain en général. Ils ont été soutenus dans leurs plaidoyers par la directrice de la famille, de l’enfance et de l’adolescence, Odjo Solange Ahlonsou, représentant la ministre de la famille empêchée. Dans son allocution du lancement des travaux, elle a rappelé le rôle tant important que joue le Maejt dans la lutte contre la maltraitance des enfants, les travaux forcés les mariages forcés et la prise en charge des enfants en situation difficile. Elle a salué l’initiative et affirmé tout le soutien du gouvernement du président Patrice Talon. Un soutien à martelé Mme Odjo Solange à travers les actions menées par le ministère de la famille. Il s’agit entre autres de l’adoption des documents de politique de protection des enfants, la création d’une direction pour s’occuper des questions de la famille et des enfants etc… Pour Marie Christine Bocoum, première vice-présidente du CAEDBE Union Africaine, il urge que le plaidoyer des enfants soit pris en compte pour leur meilleur épanouissement. Mais au-delà, a-t-elle ajouté, il faut œuvrer pour la formation afin de leur permettre de se protéger.
Il est important de préciser qu’au cours de la session, le plan stratégique de la Cedeao a été au cœur des échanges et les représentants des institutions sont appelé à se concerter pour répondre aux plaidoyers des enfants. Ce qui a été fait à travers une liste de recommandation.

Yannick SOMALON

Ils ont dit

Natacha DOVI, animatrice MAEJT Kpomassè
« C’est un rendez-vous du donner et du recevoir »

« Le Mouvement Africain des Enfants et Jeunes travailleurs célèbre ses 25 années d’existence. Nous avons décidé de commémorer ces 25 ans à travers une session qui dure depuis plusieurs jours. Cette célébration consiste à faire un peu le bilan de tout ce qui a été fait, voir là où il y a eu des progrès et réfléchir sur ce qu’il faut faire pour améliorer les points faibles. C’est important parce que malgré tout ce qui se fait, il reste toujours à faire, il y a toujours des points faibles, des failles quelques part qu’il faut corriger et améliorer. C’est également un rendez-vous du donner et du recevoir parce qu’il y a des délégués de plusieurs pays qui sont là et ensemble, nous voyons les expériences ; ce qui se fait dans d’autres pays, pourquoi ça marche ailleurs et pas ici et ensemble, on réfléchit pour trouver une solution. Parole aux enfants est une initiative qui consiste à laisser les enfants s’exprimer, dire ce qui ne va pas et faire des plaidoyers et améliorer ses connaissances ».

Bonou Gnonlonfoun Bernardin : Chargé à la coordination des enfants et jeunes travailleurs du Bénin
« Il faut qu’il y ait un suivi de ce document de cadre stratégique »

« Nous avons constaté que le plan stratégique de la Cedeao qui a été élaboré n’a pas pris en compte les enfants au cours de l’élaboration. Alors, les enfants ont réfléchi et ont donné des idées qu’il faut intégrer au plan stratégique de la Cedeao notamment, au gouvernement à l’Union Africaine et aux autres institutions.Les attentes des enfants à la fin de cet atelier est comment faire pour que ce qui a été arrêté lors de la formation des enfants ne disparaisse pas, pour qu’il y ait un suivi et que les décisions qui seront arrêtées soient prises en compte par les gouvernants et les institutions internationales ».

Arouna Djouiratou délégué Bénin
« Nous avons travaillé sur plusieurs thématiques dont celle des ODD »

« Le plan stratégique de la Cedeao est un document rédigé en français soutenu. Ce qui n’est pas accessible pour les enfants en situation difficile que nous sommes. C’est pour cela que nous avons souhaité que ce soit écrit dans un français accessible qui puisse nous permettre d’exploiter le document sur le terrain avec nos partenaires. Au cours de cette session, nous avons travaillé sur plusieurs thématiques dont celle des ODD. Il était question de monnayer le contenu de chaque ODD afin de permettre aux enfants qui n’ont pas été à l’école, et qui sont dans des centres de formation ou d’apprentissage de s’informer, de connaitre les ODD et de sensibiliser les autres. C’est nous même qui avions rédigé le plaidoyer parce que nous avons l’expérience du fait qu’hier nous étions des victimes et aujourd’hui, des acteurs qui sont formés pour protéger les victimes. »

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page