.
.

Le triomphe de la vérité

.

Financement des infrastructures: La BAII reçoit l’adhésion du Bénin et porte à 100 ses membres


Romuald Wadagni, ministre de l’économie et des finances/Ph:DR

Banque de développement multilatérale basée à Beijing en Chine, la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (BAII) a démarré en janvier 2016 ses activités d’investissement dans les infrastructures durables et d’autres secteurs productifs en Asie et au-delà. Elle a approuvé samedi dernier, l’adhésion du Bénin, du Djibouti et du Rwanda, portant à 100 le nombre total de ses membres. Une décision qui a été prise à l’unanimité par le Conseil des gouverneurs de la BAII lors de la 4ème réunion annuelle de l’institution à Luxembourg, la première se tenant à l’extérieur de l’Asie. La Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures (BAII ou AIIB), est une banque d’investissement proposée par la République populaire de Chine dans le but de concurrencer le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement pour répondre au besoin croissant d’infrastructures en Asie du Sud-Est et en Asie centrale. Cette banque s’inscrit dans la stratégie de la nouvelle route de la soie, développée par la Chine.
L’idée de création de cette banque est évoquée pour la première fois en octobre 2013, lors d’une visite du président chinois Xi Jinping en Indonésie. L’objectif est de favoriser le développement des pays asiatiques et l’intégration économique régionale en répondant aux besoins d’infrastructures. Il s’agit également de mettre en place des institutions financières internationales moins dépendantes des États-Unis et de renforcer le rôle des acteurs régionaux dans la prise de décision.
En octobre 2014, une cérémonie de lancement de l’établissement a lieu à Pékin. Vingt et un pays signent un mémorandum d’entente pour construire la Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures : la Chine, l’Inde, la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, les Philippines, le Pakistan, le Bangladesh, le Brunei, le Cambodge, le Kazakhstan, le Koweït, le Laos, la Birmanie, la Mongolie, le Népal, l’Oman, le Qatar, le Sri Lanka, l’Ouzbékistan et le Vietnam.
L’Indonésie signe ce mémorandum d’entente en novembre 2014 et devient le 22e pays fondateur. Ces pays décident d’offrir la possibilité à d’autres pays de devenir membres fondateurs, sous réserve d’acceptation par les membres déjà présents, en déposant une candidature avant le 31 mars 2015.
Le 11 mars 2015, le Luxembourg fut le premier pays non régional à annoncer son souhait de devenir membre fondateur de la Banque. Le lendemain le Royaume-Uni, suivi de la France, l’Allemagne et l’Italie annoncent leur souhait de devenir membres de la banque asiatique d’investissement pour les infrastructures. La Suisse a fait de même quelques jours après et la Russie a également annoncé son accord fin mars 2015.
A la date d’aujourd’hui, la Banque compte 100 pays membres avec récemment l’adhésion du Bénin, du Djibouti et du Rwanda.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *