.
.

Le triomphe de la vérité

.

Jean Noël Eriyomi, Coordinateur du « Benin International Médical Salon »: « Nous ambitionnons de faire déplacer les producteurs des matériels médicaux vers les consommateurs »


Le Bénin accueille du 10 au 13 juillet 2019, une importante rencontre internationale des acteurs de la santé aussi bien du secteur privé que du secteur public. Cet événement qui est à sa première édition sera marqué par le « Benin International Médical Salon » qui se veut un creuset d’échanges réunissant les producteurs de matériels médicaux et les consommateurs locaux. Dans cet entretien qu’il a accordé à notre rédaction, le Coordinateur dudit salon, Jean Noël Eriyomi a expliqué le bien-fondé de cette rencontre, ainsi que les autres grandes activités prévues dans le cadre de cet événement. Il n’a pas manqué de présenter les causes, les manifestations et les conséquences du Syndrome de l’Apnée du Sommeil (SAS) qui est une maladie mortelle à combattre à tout prix. Pour lui, c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles les praticiens doivent se rencontrer pour aider la population en vue d’éradiquer ce fléau.

L’Evénement Précis : Bonjour Monsieur ! Merci de vous présenter à nos lecteurs

Jean Noël Eriyomi : Je suis Jean Noël Eriyomi. Je suis un Béninois de la diaspora où j’ai travaillé dans le milieu médical pendant une trentaine d’années. Pour moi, il est important de venir donner à mon pays d’origine, ce que j’ai reçu là-bas. Parce qu’on dit souvent de ne jamais oublier le pays qui vous a vu naître et qui a nourri votre enfance. Depuis le 1er juin que je suis à la retraite, je me dévoue à travailler pour le Bénin. C’est dans ce cadre que nous avons commencé le projet d’un salon qui logiquement va faire fédérer des personnes qui travaillent côte-à-côte sans jamais travailler ensemble, des personnes qui ont besoin des matériels pour travailler et qui doivent faire des kilomètres pour aller les chercher, des personnes qui ne savent pas toujours où est-ce qu’il faut aller chercher ce qu’il faut. Dans ce cadre, nous avons mis en place ce salon qu’on a appelé le « Benin International Médical Salon » et nous sommes à la première édition. On veut en faire le fleuron du Bénin, un élément important dans le développement du Bénin. On veut rentrer dans les éléments du Programme d’actions du Gouvernement (PAG) en ce qui concerne la santé de notre population. Ça c’est notre participation.

Et cette rencontre aura lieu où et quand ?
Ce salon va commencer le 10 juillet prochain. Au cours de ce salon, nous aurons un grand nombre d’exposants. Nous aurons à peu près une trentaine d’exposants qui viendront de l’Europe, c’est-à-dire de la France, du Royaume Uni, et également des Etats-Unis et les exposants locaux, parce qu’il y a des locaux qui sont des représentants de ces grandes firmes qui sont à l’extérieur. Ce salon va se dérouler sur deux jours à Sun Beach Hôtel. Pour les stands, nous aurons une superficie globale de près de 400 mètres carrés. Tout le monde peut venir, on ne fait pas de distinction. C’est gratuit et libre. Ça va être ouvert tous les jours, mais la première fois, de 10 heures à 19 heures et les deux autres jours aussi, pareillement, les matins à partir de 9 heures jusqu’à 17 heures voire 18 heures.

En plus de ce grand salon, quelles sont les autres activités phares qui vont meubler cet événement ?
En dehors du salon lui-même, nous avons un symposium qui est la réunion des plateformes du secteur sanitaire privé des 15 pays de la CEDEAO. Ce symposium, est organisé par la Plateforme sanitaire du secteur privé du Bénin qui a, à sa tête le Docteur Lucien Dossou-Gbété. Il va recevoir ses compères. Ils vont travailler pendant deux jours sur des thématiques telles que le rôle accélérateur des cliniques privées dans la prise en charge du CMU. Une autre thématique sur les TIC, puis des échanges sur les pratiques professionnelles de chacun. Deuxième élément qui vient se rajouter au salon, c’est la formation sur le Syndrome d’Apnée du Sommeil qu’on appelle communément SAS. Cette formation se déroulera sur trois jours les 11, 12 et 13 juillet et regroupera une soixantaine de professionnels que sont entre autres les médecins cardiologues, les médecins pneumologues, et puis les médecins généralistes.

C’est quoi le Syndrome d’Apnée du Sommeil et comment se manifeste-t-il ?
Le syndrome d’Apnée du Sommeil pour l’expliquer le plus simplement, c’est lorsque quelqu’un oublie de respirer dans son sommeil. Quand nous dormons, il nous arrive des moments où on ne respire pas. Ça dure à peine 10 à 15 secondes, mais la personne peut faire une dizaine voire une centaine d’apnée en une nuit. Cela veut dire que pendant ce temps d’apnée, l’oxygène ne remonte pas dans le cerveau, il ne va pas dans les autres parties du corps. Ce qui va entraîner une pathologie appelée apnée du sommeil. Mais il ne faut pas confondre l’apnée du sommeil avec le ronflement. Celui qui fait l’apnée du sommeil ronfle, mais celui qui ronfle ne fait pas l’apnée du sommeil nécessairement. Dans ce cadre, la formation permettra aux médecins d’aider ces patients à pouvoir résoudre leur problème. L’apnée du sommeil engendre des pathologies insidieuses et silencieuses. Si on ne vous dit pas que quelqu’un souffre de l’hypertension, vous ne le saurez pas. Or l’hypertension artérielle est une conséquence de l’apnée du sommeil. Comme autre pathologie, on a aussi les angines de poitrine. Ce qui cause l’apnée de sommeil, c’est d’abord l’âge. Ça atteint beaucoup plus les hommes à partir de la quarantaine, parce qu’on a pris de l’embonpoint et les muscles du cou deviennent plats et ne jouent donc plus leur rôle. Ce qui fait que généralement, quand on est couché sur le dos, on a l’épiglotte qui redescend, qui bascule à l’extérieur et bouche la sortie de l’air. Ça peut entraîner le ronflement. Ça empêche l’air de remonter. Si j’en parle, c’est parce que j’en ai souffert et la solution pour ne plus en souffrir, c’est soit on fait une opération qui consiste à enlever le bol du palais etc., et ça ne résout pas totalement le problème, soit on a un appareil, un genre de masque que la personne met la nuit qui est relié à un autre appareil. Si la personne dort et qu’elle est en apnée, l’appareil le sent et envoie rapidement de l’air et la personne reprend son souffle normal. Autre maladie qui est une conséquence de l’apnée du sommeil, c’est l’AVC. En fait, ce sont les maladies cardio-vasculaires qui sont les grandes conséquences de cette apnée du sommeil. Donc, nous devons éviter la fatigue, parce que si vous vous réveillez le matin après avoir dormi pendant 8 heures et que vous êtes fatigué, ça veut dire que vous n’avez pas bien dormi et que vous souffrez de l’apnée du sommeil, éventuellement. L’apnée du sommeil va amener l’infarctus du myocarde, parce que le muscle cardiaque n’est pas suffisamment alimenté. Il va entraîner chez l’homme, une diminution de la libido, c’est-à-dire que la personne va avoir un problème d’érection. Elle n’aura pas une érection normale, parce qu’il n’y a pas au niveau de sa verge une bonne confluence du sang. Donc si le sang ne converge pas correctement, on n’a pas la capacité d’avoir une bonne érection et on crée des problèmes comme ça dans son couple. L’apnée du sommeil peut entraîner beaucoup de choses. Ça peut tuer un couple, mais il y a une personne dans le couple qui peut aider l’autre. C’est la femme, parce que c’est elle qui remarque que le mari oublie de respirer. Pour mon cas, c’est ma femme qui me donnait des coups de coude pour que je me remette sur le côté au lieu d’être sur le dos. Quand on plonge dans l’eau, on ne respire pas dans l’eau, on bloque la respiration, on reste en apnée. C’est ça la notion, mais ça c’est l’apnée que l’on fait volontiers or l’autre est involontaire et est dangereuse. Et là, nous on a voulu en faire un problème de santé publique pour que nos médecins commencent par y penser. Pendant le salon, on aura des appareils qui seront exposés pour lutter contre l’apnée du sommeil.

Quels sont les résultats que vous attendez de ce salon ?
Nous attendons de ce salon de l’affluence, parce que nous pensons avoir 1000 à 1200 personnes. C’est un petit bébé. Déjà à partir du moment que nous avons une trentaine d’exposants, c’est déjà beaucoup. Comme ça, les années à venir, nous aurons beaucoup plus d’exposants, puisque l’objectif c’est de renouveler ce salon tous les ans, donc avec une évolution pour que le Bénin soit le « place to be », que le Bénin soit un pays phare pour ramener vers lui, les autres pays. Avec cette première édition, on a appris et on va s’améliorer pour les prochaines étapes. Ce n’est pas seulement les privés qu’on attend. On attend aussi les médecins du public, les médecins des hôpitaux sont tous invités. Il ne faut pas qu’on dise que comme le symposium est organisé par le secteur privé que, c’est uniquement les gens du secteur privé qui doivent venir. Absolument pas ! Parce que le malade ne peut pas savoir si celui qui va le soigner vient du public ou du privé. Donc, on est dans le secteur public-privé et c’est ce qu’il nous faut pour faire évoluer notre pays le Bénin pour permettre à la population d’avoir une meilleure prise en charge.

Présentez-nous alors les structures impliquées dans l’organisation de cet événement ?
Parlant des structures qui sont impliquées dans l’organisation, je vais d’abord commencer par citer les ministères : nous avons le ministère de la santé publique, le ministère de l’économie et des finances, le ministère de la communication et de l’économie numérique, le ministère du cadre de vie et du développement durable et le ministère chargé du plan et du développement. En dehors des ministères, nous avons aussi l’USAID qui intervient dans tout ce qui est structure à caractère privé. Donc c’est l’USAID qui accompagne les plateformes sanitaires du secteur privé. Nous avons aussi des amis qui viennent de l’extérieur. C’est le cas d’un participant qui vient de l’hôpital américain de Neuilly en France. Nous avons beaucoup d’autres structures qui vont arriver.

Propos recueillis par
Laurent D. Kossouho

 

Secteur sanitaire
Un symposium et un salon médical lancés dès le mercredi 10 juillet

La plateforme sanitaire du secteur privé du Bénin lance un symposium dans le cadre de la rencontre internationale des acteurs de la santé qui connaîtra son ouverture ce mercredi 10 juillet. C’est ce qui ressort de la conférence de presse animée par le Président de ladite plateforme, Docteur Lucien Dossou-Gbété, ce vendredi 5 juillet en présence de plusieurs partenaires et soutiens. L’événement va se tenir à Sun Beach Hotel. A le croire, le thème qui sera développé au cours des trois jours s’intitule, « Le secteur privé accélère la réalisation de la couverture sanitaire universelle pour le développement de l’Afrique ». Seront présentes à cette rencontre, toutes les plateformes des pays membres de la Cedeao. Le symposium va solder par des recommandations à mettre en œuvre dans tous les pays de la Cedeao. Plus de 200 participants et plus de 1000 visiteurs sont attendus à cet événement. Le Symposium est couplé avec un salon d’exposition de matériels et d’équipements médicaux. Au cours de la rencontre, il est prévu une formation avec soixante médecins sur une pathologie qui est de plus en plus présente et facile à identifier, le Syndrome d’Apnée du Sommeil . A noter que le 10 juillet se tiendra l’Assemblée générale des membres de la Fédération ouest africaine du secteur privé de la santé. Pour le Coordinateur dudit Salon, Jean Noël Eriyomi, cette exposition vise à offrir au Bénin et à l’Afrique, les éléments dont on a besoin pour prendre en charge la population. « Notre rôle est de faire venir des exposants locaux et étrangers. Ils viendront avec le matériel d’aujourd’hui et de demain. Nous voulons ramener le Nord vers, le Sud afin que qu’on puisse faire le chemin inverse », a-t-il expliqué dans sa prise de parole.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *