.
.

Le triomphe de la vérité

.

CAN Egypte 2019/Bénin-Maroc 1-1 (4-1, ap tab): Les Ecureuils continuent d’écrire leur histoire en Egypte


Les Écureuils du Bénin ont surpris le monde du football vendredi 5 juillet 2019. Inattendus, ils ont sorti les Lions de l’Atlas, pourtant favoris pour la victoire finale. Voici 5 étapes de cette rencontre dont l’issue a permis à Sessègnon et ses coéquipiers de continuer leur course pour le titre.

Exceptionnel! Le Bénin est en quart de finale de coupe d’Afrique des Nations. Ceci après sa victoire aux tirs au but (4-1) devant le Maroc. Pourtant, face aux Lions de l’Atlas du Maroc, personne ne les donnait vainqueurs. Petits poucets du groupe F qui ont dû bénéficier d’une place de meilleur 3e, les hommes de Michel Dussuyer, visiblement plus motivés que leurs adversaires les ont poussés à passer à côté.

ACTE 1: D’abord, en première période, les coéquipiers de Stéphane Sessègnon, bien en place, ont réussi à obtenir le nul de zéro but partout. Ils n’ont concédé aucune occasion. Ceci grâce aux interventions fermes de Saturnin Allagbé qui, tout comme face au Cameroun, a été préféré à Farnolle par Dussuyer. Ce nul obtenu en première période, sonnait déjà comme un exploit, surtout que le Bénin est à son premier essai à cette étape de la compétition. Il témoigne des principes que la sélection de Michel Dussuyer s’est donnés.

ACTE 2: Du retour des vestiaires, les Écureuils percutent, pressent haut et finissent par trouver la faille. 53e minute, Cébio Soukou sur un corner, trouve le pied droit de Moïse Adiléhou. Inattendu, le Bénin sonne le Maroc. 1-0, ils font taire les supporters des lions de l’Atlas. Hervé Renard procède à des remplacements pour revenir au score. Suite à une erreur grossière de Jordan Adéoti, Youssef El-Nesyri rétablit la parité à la 76e minute. 1-1, le Maroc revient dans le match et maintient la pression sur le Bénin.

ACTE 3: Cette égalisation redonne confiance aux Lions de l’Atlas. Ces derniers tentent d’achever les Écureuils. Ainsi, dans les derniers instants du temps règlementaire, ils obtiennent un penalty grâce à Boudal. Un coup de pied de réparation que Ziyach, pas dans le match, a mis la sphère sur le montant gauche de Saturnin Allagbé. Les Ecureuils presqu’éliminés après le penalty sifflé, retrouvent une bouffée d’oxygène et ont cru définitivement à leur chance.

ACTE 4: Le Bénin parvient à contenir le Maroc et le conduit en prolongation. Là, encore les Écureuils réduits vont recevoir malencontreusement un coup dur. L’arbitre sort le deuxième jaune synonyme de rouge pour Khaled Adénon. Déjà collectifs, les joueurs se motivent et font parler leur solidarité et leur combativité. Un engagement dont les Écureuils avaient déjà fait montre lors des éliminatoires (ref: Bénin-Algérie 1-0). 1-1, c’est aux tirs au but que les deux équipes se départagent.

ACTE 5 : Avec ce nouveau nul 1-1, les Écureuils vont achever leurs œuvres à la séance fatidique des tirs au but. Dans cet exercice, ils ont réussi 4 tirs au but contre 1 pour les Marocains. Ainsi, ils passent en quart où, ils croiseront les Lions de la Téranga, le Sénégal, victorieux de l’Ouganda 1 à 0.
L’histoire continue donc pour les Écureuils qui sont toujours à la recherche de leur première victoire directe dans une phase finale de la coupe d’Afrique des Nations. Car, il faut le souligner, le Bénin jusque-là n’a encore décroché le moindre succès. Il compte 4 nuls dans cette phase. Son cinquième en 4 participations.

Ils ont dit

Hervé Renard, sélectionneur du Maroc
« On était venu avec des ambitions mais on a chuté »
« Félicitations à cette équipe du Bénin, à son staff et à son entraîneur Michel Dussuyer. Nous savons avant que le match allait être difficile. Le Bénin a battu l’Algérie dans le match de qualification. Il a accroché le Cameroun et le Ghana dans la phase de poules. Donc, on savait à quoi s’attendre. On n’a pas pu résoudre l’équation pour déstabiliser un bloc bien regroupé. Ensuite, on s’est fait surprendre sur un coup de pied arrêté et on est reste amorphe alors que les coups de pieds faisaient partie des stratégies du Bénin. C’est là où ils pouvaient être le plus dangereux possible. On l’avait mentionné. C’est comme cela. On a réussi à revenir dans la partie. On avait la possibilité de gagner même de gagner dans la fin de ce match. On ne l’a pas fait. On s’est retrouvé à 11 contre 10 dans une prolongation. Donc, que voulez- vous plus pour gagner un match ? Pas grande chose. Donc aujourd’hui, c’est très simple. On était venu avec des ambitions mais on a chuté. Le football c’est comme ça. Il y a des jours où on rigole un tout petit peu moins, que d’autres. Ce groupe a été formidable depuis trois ans et demi. Mais celui qui doit assumer aujourd’hui c’est moi. Je me mets devant tout le monde. On peut me tirer là-dessus. Ça fait partie du football. C’est comme ça. Le match nous a échappé quand le Bénin a marqué son dernier penalty. C’est des choses qui arrivent en football. On peut toujours se refaire. On peut toujours changer le cours d’un match. Quand la sanction finale est donnée, on baisse les bras »

Michael Poté, attaquant béninois
« Ils nous ont beaucoup fait courir mais on y est arrivé »

Mickael Pote

« On n’a pas lâché pas l’affaire. On est sûr de nos valeurs, de notre petite qualité qu’on a. On joue sur ça. On n’est pas les meilleurs sur papier. On n’est le plus petit au niveau qualité, au niveau humain et mental. Je crois qu’on peut remiser la mise. Et c’est ce qu’on a fait. C’est comme un rêve. Cela fait partie de notre qualité. Ne rien lâcher. On garde la tête sur les épaules. Je pense à mon humble avis que le Maroc nous a sous-estimés. De toute façon, le match n’a pas été moins difficile. On ne s’arrête pas là. On ira le plus loin possible. On n’a pas envie de s’arrêter. On va prendre match après match. On va respirer un peu et savourer cette victoire et souffrez un peu. Car physiquement, ça a été compliqué. Vous ne pouvez pas imaginer sur le terrain. Ils nous ont beaucoup fait courir. Mais avec abnégation, la concentration et de réalisme, on y est arrivé »

 

Olivier Verdon, défenseur béninois
« C’est le signe du bon Dieu »
« C’était un match difficile. Vous avez vu les circonstances du match. On mène au score. Après on revient au score sur un but un peu bête. Aux dernières secondes de jeu, on concède un pénalty. Après, il a loupé son penalty. C’est le signe du bon Dieu. On le remercie et on est très content d’être qualifié »

David Kiki, latéral gauche béninois
« On va continuer jusqu’au bout »
« C’est un rêve qui devient une réalité. C’est un truc de malade qui nous arrive là. Je vous dis, qu’on va continuer jusqu’au bout. Je ne sais pas si on va arriver à dormir déjà. Je ne sais pas vraiment si on va réussir à dormir. Mais de toute façon, le staff sait qu’il va faire par rapport à la récupération. Pour ça, je pense qu’il y a beaucoup de choses qui sont déjà mis en place. Mais on va savourer à fond. Ce qu’on vient de faire, c’est magnifique. Ce n’est pas facile mais on a fait. On a montré qu’on peut faire. Ce n’était pas facile mais Dieu merci, on a eu la victoire. Ce n’était pas facile. Jouer un match comme et concédé un pénalty à la 90 minutes. C’est un peu triste. Mais Dieu Merci, il a raté ça et on a continué. Je suis prêt à tout moment si le coach me fait appel.

, milieu de terrain béninois
« On a tout donné jusqu’au bout »
« C’est la solidarité du groupe. On sauvait que dans notre tête, on allait se battre jusqu’au bout. On savait et c’est pourquoi on n’avait rien lâché. Jouer une huitième de finale face au Maroc, dans des matches comme ça, on souffre mais on a tout donné jusqu’au bout pour ne rien regretter après. On sait préparer dans la tête et on savait que peu important l’équipe qui vient, ce sera bon. On essaie d’analyser les matches et de suivre les consignes du coach et de faire du mieux pour contraindre les équipes qui viennent à nous.

 

CAIRO, EGYPT – JULY 05: Anane Tidjani of Benin (4) and Faycal Fajr of Morocco during the 2019 Africa Cup of Nations Round of 16 match between Morocco and Benin at Al Salam Stadium on July 5, 2019 in Cairo, Egypt. (Photo by Visionhaus)

Anane Tidjani, milieu de terrain béninois
« On est solidaire et c’est ce qui a payé »
« On a essayé de rester positif. On a un groupe et tout le monde est solidaire. On se donne pour l’autre. C’est ça qui a payé ce soir. Les fans, c’est grâce à eux que je suis la aujourd’hui. J’ai tout donné et j’espère que ça va continuer et que je vais toujours les rendre fier »

Stéphane Sessègnon, capitaine des Ecureuils du Bénin
« C’est tout un travail qui est entretenu et primé »
« Je suis fier. Je suis plus que ému. On ne sent pas mais c’est un sentiment de fierté. Pas seulement sur le plan personnel mais sur le plan collectif. C’est tout un travail qui est entretenu et primé. Ce n’était pas évident. Depuis le début de cette compétition, on a eu des hauts et des bas. Ce soir pour le match face au Maroc, on a encore eu des hauts et des bas. Mais l’état d’esprit y était. Même s’il devrait y avoir élimination au bout, ce soir, il ne fallait pas lâcher et donner tout. Et en donnant tout, finalement, il y a eu la qualification.

Anselme HOUENOUKPO Depuis Ismaïlia (Egypte)

 

Victoire des Ecureuils sur le Maroc
Patrice Talon, Aurélien Agbénonci et les supporters du 11 National apprécient

La qualification historique des Ecureuils du Bénin pour les quarts de finale de la Can Total Egypte 2019 a suscité une liesse dans le rang du peuple béninois. Au soir de cette victoire sur le Maroc, le Chef de l’Etat, Patrice Talon, comme à son habitude, n’a pas manqué d’appeler les poulains de Michel Dussuyer pour les saluer, les féliciter et leur exprimer toute la fierté du peuple béninois, rehaussé par cet exploit historique. Sur les réseaux sociaux, les membres du gouvernement n’ont pas manqué d’exprimer la même fierté. Le chantre de la diplomatie béninoise, Aurélien Agbénonci, s’est dit « convaincu du talent de ces jeunes qui contribuent fortement au rayonnement du Bénin dans le monde et la maison Diplomatie ». Les supporters béninois, emportés par cet exploit, ont exprimé leur reconnaissance au gouvernement et plus principalement au Chef de l’Etat, Patrice Talon pour l’intérêt accordé au développement du sport, en occurrence le football. Ils souhaitent accueillir les Ecureuils du Bénin, en pompe, avec la prestigieuse Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Rastel DAN

 

Ils ont dit

Patrice Talon, président du Bénin
« Le Bénin est en train d’être révélé par ces garçons… Vous êtes nos héros»

« Vous avez déjà fait quelque chose d’extraordinaire. Le reste, c’est du bonus et du plaisir. Donc, pas de stresse pour la suite. Si vous vous relâchez, vous allez être encore meilleurs. J’ai vu comment vous avez tiré les penaltys. On sentait en vous une certaine sérénité. Vous étiez tranquilles, sereins. Ceci vous a permis de marquer des penaltys comme les plus grandes stars du football. J’étais fier de la manière dont les quatre penaltys ont été tirés. Tout le Bénin vous porte. Vous bêtes les meilleurs. En plus, dans le monde entier, partout, j’ai reçu des appels, des centaines. Mais je dis que le Bénin est en train d’être révélé par ces garçons. Donc, vous faites mieux que nous. Parce que nous, on a dit que nous voulons révéler le Bénin mais le football est en train de devancer le tourisme, l’économie, tout… Bravo. Merci et bravo à l’entraîneur qui a gardé son calme. Je voudrais aussi dit à Adeoti que ce qui s’est passé, ce n’est pas grave. Il ne faut pas que pour la suite, ça l’affecte. Ce qui s’est passé n’est pas grave. C’est aussi ça le football. Les petites erreurs ça peut arriver et c’est encore ça qui nous a donné davantage de stresse. C’est bon et bravo encore. C’est ça aussi la grandeur des footballeurs. Dans les moments les plus difficiles, les moments ultimes, avoir la sérénité. Et ça, vraiment, vous êtes nos héros. Félicitations. Nous allons commencer par vous célébrer déjà ici. On va vous célébrer quel que soit la suite. Mais je suis certain qu’on peut aller encore un peu plus loin »

 

Aurélien Agbénonci, Ministre des Affaires étrangères et de la Coopération
« Je suis convaincu que vous irez encore plus loin »

Ministre Aurélien AGBENONCI, ministre des Affaires
étrangères et de la Coopération

« Braves Écureuils, la légende continue pour le rayonnement du Bénin. C’est avec une grande fierté et une immense joie que j’ai suivi le match de nos vaillants Écureuils lors des huitièmes de finale comptant pour la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations Égypte 2019. Un match qui s’est soldé par la victoire de nos braves joueurs face au Maroc. Braves Écureuils, je sais que vous n’aurez aucune peine à me croire et tous nos concitoyens sont d’accord avec moi lorsque j’affirme ceci: vous êtes de grands Ambassadeurs de notre pays tant vous incarnez les valeurs de rigueur, de constance dans l’effort et d’ardeur au travail que chaque jour le Président Patrice Talon et son Gouvernement s’efforcent de promouvoir dans notre pays. Vous contribuez fortement au rayonnement du Bénin dans le monde et la maison Diplomatie. Je salue la bravoure de cette équipe qui a su révéler au Bénin et au monde entier ses capacités de vaincre en défiant des équipes de taille lors de cette compétition. Chers Écureuils, je suis convaincu que vous irez encore plus loin. Le cap des quarts de finale est une étape que vous allez franchir avec succès. Félicitations aux Écureuils et à tout le peuple béninois. Vive le Bénin Révélé! ».

André Houénoukpo, supporter des Ecureuils
« Ce parcours est l’encre indélébile du Gouvernement qui réécrit l’histoire du football béninois »

« Mes impressions demeureront bonnes puisque les écureuils défendent les couleurs nationales que nous les hommes en treillis. Ils sont au front et notre soutien est un DEVOIR. Sur ce, ils ont mon soutien indéfectible qui n’est rien d’autre que l’expression de mon devoir loyalement patriotique. Plus qu’un combat, notre 11 national a déjà le moral façonné par les victoires sur les géants Lions tels indomptables que de l’Atlas. Si en terme militaire je peux m’exprimer, c’est au moment où la force du militaire semble s’épuiser qu’il fait davantage de merveilles. Aucun pays, même nous-mêmes ne pouvions imaginer leurs exploits! Croyons simplement en eux afin qu’ils hissent plus haut notre Drapeau! Mes félicitations à l’entraîneur et tout le nouveau Staff pour le grand travail abattu car ce sont les résultats qui témoignent de nos actes tel Karl Marx le disait en ces termes: «Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, mais plutôt, c’est leur l’existence qui détermine leur conscience.» Fin de citation. Ce parcours des écureuils de ce mois de Juillet 2019 est l’encre indélébile du Gouvernement qui réécrit l’histoire du football béninois ! Pour finir, je dis, chers combattants, vaincre ou mourir! Allez les écureuils ! »

 

Florent Guévoédo, supporter des Ecureuils
« La clé de la réussite des Ecureuils repose sur la fraicheur physique et la solidarité »

« Bon match dans l’ensemble. On est resté sur nos appuis en défense. C’est une équipe généreuse dans l’effort…. Et qui a bloqué les couloirs. Moi, je trouve que la clé de la réussite des écureuils repose sur la fraicheur physique et la solidarité. L’équipe joue avec ses qualités. Elle sait qu’elle n’est pas au top techniquement… Je pense que nous pouvons aller plus loin si on arrive à dispenser Sessègnon des tâches défensives. Pour lui permettre de mieux faire parler son talent »

Stanislas Aurèle Savy, supporter des Ecureuils
« J’ai été très fier du football de mon pays »

« Mes impressions sont très bonnes. J’avoue que j’avais misé sur leur victoire mais à un moment du jeu l’arbitre m’a abattu complètement par son caractère méchant de faire échouer mon pays. Dieu aidant et le sérieux qu’à fait montre nos 11 nationaux ont pu remporter cette victoire que j’espérais tant. Une fois, j’ai été très fier du football de mon pays que j’aime très bien. Je salue au passage mon frère Allagbé Saturnin pour son effort, son dévouement à fait promouvoir son talent de gardien de but. Pour les autres je dis aussi un grand merci et beaucoup de courages. Je souhaite que la suite de la compétition leur soit plus favorable, qu’ils ne baissent pas leurs ardeurs pour mieux faire. A nos dirigeants je dis aussi un grand merci car j’ai compris que l’entraîneur à maintenant la main libre pour faire le choix des joueurs qu’il faut contre les équipes en face. Plus de favoritisme. Merci à eux. Je signe pour finir que nous sommes partis pour atterrir à la finale ».

 

Fidèle Herménégilde Boko, supporter des Ecureuils
« Les Ecureuils ont bien assuré »

« Cette victoire est chose étonnante. En tout cas, moi, je ne m’y attendais pas. Certes, je croyais que nous allions gagner le match mais pas jusqu’à 4 buts. Je trouve que les écureuils ont bien assuré, ils s’y sont réellement donnés. Il est vrai que la majorité des rumeurs qui sont propagées font comprendre que c’est parce que le pays est fort en gri-gri que nous avons gagné ce match. Mais moi j’ai du mal à concevoir cela. Non seulement, l’image du pays est en train d’être ternie, nous risquons aussi de compromettre l’équipe. Les écureuils sont à féliciter et encourager pour la suite »

Propos recueillis par Rastel DAN

Apothéose au soir de la victoire du Bénin sur le Maroc
1 mort et 13 blessés enregistrés à Cotonou et environ

Le coup de sifflet final de l’arbitre angolais Helder Martins Rodrigues De Carvalho, suite au 4ème but marqué sur pénalty par Mama Seibou face au Maroc, a délivré tout un peuple. Une explosion de joie s’est fait entendre dans tout le pays, au terme d’un match à rebondissement. L’extase des milliers de supporters qui ont suivi cette rencontre derrière leur petit écran s’est manifestée dans les rues à travers des caravanes et autres mouvements de réjouissance dans plusieurs villes du Bénin. Mais, cette liesse populaire a malheureusement fait des victimes. Au total, 11 cas d’accidents sur les voies publiques faisant 13 victimes dont un mort, ont été enregistrés au cours de cette euphorie des populations. A la clinique universitaire d’accueil des urgences du Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu) de Cotonou, 4 cas dont un décès avant admission ont été enregistrés. Au regard de ce bilan assez triste, le Directeur du Groupement national des sapeurs-pompiers, le Capitaine Nestor Dégbégnon, a convié les populations à faire preuve de prudence et à rester dans les limites de la fête. Un appel qui devra être suivi lors des prochaines victoires des poulains de Michel Dussuyer à la Can Total Egypte 2019.

Rastel DAN

 

CAN Egypte 2019
Les quarts déjà dans les têtes des Ecureuils
(Un recours gracieux pour Khaled Adénon)

Après la qualification le vendredi dernier face aux Lions de l’Atlas, les Ecureuils pensent déjà à leur prochain match. Mis au repos samedi, ils ont repris les séances d’entrainements hier, dimanche 7 juillet. Toujours logés au Caire où ils vont affronter d’autres Lions, ceux de la Teranga du Sénégal, pour une place en demi-finale, ils mettent déjà les stratégies en place. Le sélectionneur Michel Dussuyer et ses poulains sont conscients qu’ils jouent gros et entendent tout mettre en œuvre pour réussir à dompter les Lions et franchir un nouveau cap de la Can Egypte 2019. Le mental est au meilleur des formes et les coéquipiers de Sessègnon comptent bien rééditer l’exploit en passant l’étape des quarts de finale.

Un recours gracieux pour le retour de Khaled Adénon
La première rencontre des 8ème de finale de la Can Total Egypte qui a opposé le Maroc au Bénin, a connu la suspension du maitre à jouer de la défense des Ecureuils, Khaled Adénon. Un carton rouge que les dirigeants du football national ont décrié en dénonçant les agissements de l’arbitre angolais de la rencontre, Helder Martins Rodrigues De Carvalho. A travers une plainte signée du Secrétaire général de la Fédération béninoise de football, Claude Paqui, et adressé à son homologue de la Confédération africaine de football, les dirigeants béninois ont fustigé, entre autres, les « mauvaises appréciations ainsi que les mauvaises interprétations des lois du jeu, les coups de sifflet pour déstabiliser les joueurs béninois en leur endossant les fautes commises par les marocains ». Une attitude de l’arbitre qui a conduit à l’expulsion du défenseur Khaled Adénon, qui écope d’un second carton jaune, synonyme de carton rouge sur une faute non commise. Au regard de ce fait, la Fbf a également adressé un recours gracieux au Secrétaire général de la Caf pour exiger l’annulation du carton rouge « indûment administré au joueur Khaled Adénon » par l’arbitre de la rencontre, tout en rappelant que le défenseur n’était pas auteur de la faute sur laquelle l’arbitre lui avait administré un premier carton jaune. Un geste soutenu par le peuple béninois qui a aussi adressé une pétition à la Caf, plaidant pour l’annulation du carton rouge administré à Khaled Adénon. Les regards sont donc tournés vers le Secrétaire général de la Caf qui devra répondre avant le mercredi 10 juillet, date du match fatidique des quarts de finale contre le Sénégal. Khaled Adénon pourrait ainsi jouir de cette grâce et faire son grand retour dans l’effectif des Ecureuils face aux Lions de la Teranga. Il faut noter que suite au rapport du match Maroc-Bénin comptant pour les 8ème de finale de la Can, fait par l’arbitre Helder Martins Rodrigues De Carvalho, le jury disciplinaire de la Caf a mentionné l’expulsion du défenseur Khaled Adénon et l’avertissement des joueurs Anane Tidjani, Cébio Soukou et Seibou Mama.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

2 thoughts on “CAN Egypte 2019/Bénin-Maroc 1-1 (4-1, ap tab): Les Ecureuils continuent d’écrire leur histoire en Egypte

  1. Momo

    Je pense que la responsabilité du sélectionneur est totale concernant la défaite de l’équipe nationale marocaine face aux valeureux joueurs béninois, en effet, M. Hervé Renard n’avait pas su gérer ses effectifs (23 joueurs à sa disposition), il n’avait pas non plus pris en compte les conditions climatiques pour dune part faire tourner ses joueurs afin d’atténuer la fatigue de certains joueurs et d’autre part permettre en donnant l’occasion à d’autres joueurs de s’exprimer sur le terrain et créer ainsi une rivalité positive pour le bien de l’équipe nationale marocaine !
    Les vingt trois joueurs évoluent pour la plus part dans des championnat européens et certains d’entre eux méritent amplement de jouer, mais malheureusement, le sélectionneur ne leurs avait pas donnés cette chance !
    La sélection marocaine avait des joueurs jeunes et frais pour entamer cette rencontre et permettre, peut être, à l’équipe marocaine de l’emporter.
    Bravo à cette équipe nationale béninoise et vive le sport.

  2. Momo

    Je pense que la responsabilité du sélectionneur est totale concernant la défaite de l’équipe nationale marocaine face aux valeureux joueurs béninois, en effet, M. Hervé Renard n’avait pas su gérer ses effectifs (23 joueurs à sa disposition), il n’avait pas non plus pris en compte les conditions climatiques pour dune part faire tourner ses joueurs afin d’atténuer la fatigue de certains joueurs et d’autre part permettre en donnant l’occasion à d’autres joueurs de s’exprimer sur le terrain et créer ainsi une rivalité positive pour le bien de l’équipe nationale marocaine !
    Les vingt trois joueurs évoluent pour la plus part dans des championnats européens et certains d’entre eux méritent amplement de jouer, mais malheureusement, le sélectionneur ne leurs avait pas donnés cette chance !
    La sélection marocaine avait des joueurs jeunes et frais pour entamer cette rencontre et permettre, peut être, à l’équipe marocaine de l’emporter.
    Bravo à cette équipe nationale béninoise et vive le sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *