.
.

Le triomphe de la vérité

.

Soutenance de thèse en Géographie et gestion de l’environnement: Bio Orou Nikki sacré Docteur avec la mention « Très Honorable »


L’Ecole doctorale pluridisciplinaire Espaces cultures et développement de l’Université d’Abomey-Calavi a servi de cadre à la soutenance publique de thèse de doctorat du candidat Bio Orou Nikki, le samedi 8 juin 2019. C’était en présence des parents, amis et collègues de l’impétrant.

« Le changement climatique dans les communes de Kérou, Kouandé et Ouassa Péhunco : Stratégies d’information et de sensibilisation des populations par les radios communautaires pour l’adaptation », est le sujet ayant fait objet de recherches pour le compte de la soutenance de thèse du journaliste-environnementaliste-juriste, Bio Orou Nikki. A travers ses recherches, l’impétrant a essayé d’analyser la contribution des radios communautaires à l’information et la sensibilisation des populations sur le changement climatique dans les communes de Kérou, Kouandé et Péhunco. En effet, dans sa présentation, il a souligné que le changement climatique constitue de plus en plus, l’un des grands problèmes d’environnement de l’époque contemporaine. Pour lui, les populations rurales du Bénin sont le plus exposées au changement climatique par le fait que les activités agricoles sont inéluctablement dépendantes du climat. Ainsi, les communes de Kérou, Kouandé et Péhunco ne sont pas épargnées. Et pour y faire face en vue d’assurer la subsistance et les revenus, les agriculteurs ont développé des stratégies d’adaptation à la hauteur de leurs expériences empiriques. Le recours à une information climatique, fiable, accessible, diffusée en temps réel et adaptée aux besoins des producteurs agricoles et éleveurs, s’avère indispensable pour cette cible, a-t-il rapporté, ajoutant que la disponibilité et la diffusion de cette information par les radios de proximité dans les langues comprises par les populations aux heures d’écoute les plus appropriées revêtent une importance et conditionnent une série d’actions bénéfiques pour la sécurité alimentaire, la santé, l’économie locale et la protection de l’environnement. Aussi insiste-t-il que la radio de par sa prépondérance et son utilité, reste et demeure le média leader dans les sociétés africaines. Des recherches approfondies sur le sujet lui ont permis de parvenir à certains résultats.

Les résultats de recherches
Dans le cadre de ce travail de recherche, Bio Orou Nikki a réalisé des enquêtes de terrain, des entretiens avec des groupes d’agriculteurs et d’éleveurs, les responsables de l’encadrement rural, les animateurs et producteurs des radios communautaires, les observations directes et la recherche documentaire. Ce qui lui a permis d’aboutir aux résultats répartis suivant deux axes principaux à savoir, le changement climatique dans le secteur de recherche et la contribution des radios communautaires. Quant au premier axe, il indique que les facteurs locaux amplificateurs de la variabilité climatique dans le secteur d’étude sont la culture itinérante sur brûlis, les défrichements incontrôlés pour des fins de culture cotonnière, l’exploitation forestière et l’élevage bovin extensif. Par ailleurs, les manifestations du changement climatique dans le secteur d’étude se traduisent par le retard dans le démarrage de la saison pluvieuse, les poches prolongées de sécheresse pendant la saison des pluies, le caractère erratique des précipitations, la répartition spatiotemporelle imprévisible des précipitations, et toutes ces manifestations contribuent à la modification des calendriers culturaux et influent sur les rendements agricoles et la disponibilité des pâtures et ressources en eau, constate Bio Orou Nikki.S’agissant des effets du changement climatique sur les activités agricoles et pastorales, ils sont ressentis en termes de perte de la fertilité des sols, baisse des rendements agricoles, réduction des aires de pâturage et raréfaction des ressources en eau pour le bétail. A propos de la contribution des radios communautaires, le candidat déplore le fait queles sujets liés au thème du changement climatique sont inexistants dans la grille des programmes de ces radios. Ce qui ne favorise pas, selon lui, la mise en place et la formation nécessaire à la spécialisation de producteurs et de journalistes spécialisés dans la compréhension et l’évaluation des conséquences du changement climatique. « Les radios disposent des créneaux horaires de diffusion des programmes et non des spécialistes des sujets thématiques. Les radios n’ont pas pris d’initiative propre sur la production et la diffusion des émissions sur le changement climatique », a-t-il renchéri. Après avoir évoqué les raisons qui justifient cette situation, il signale que les défis relatifs à l’insuffisance de production d’émissions thématiques sur le changement climatique par les radios communautaires du secteur d’étude peuvent être relevés par le renforcement des capacités des journalistes, le renforcement des capacités des journalistes, l’accès aux sources d’information, les échanges de programmesetla coproduction. Quant à l’utilité du travail qu’il a abattu, Bio Orou Nikki a fait savoir qu’il permet de comprendre que l’adaptation au changement climatique dans les communes du Bénin est un enjeu du développement et ledit travail réalisé au niveau de trois communes de l’Atacora où il est implanté des radios communautaires, peut être implémenté dans d’autres régions du Bénin dans lesquelles les radios communautaires peuvent apporter leur contribution à la compréhension et à l’adaptation du changement climatique par les populations locales. Appréciant le contenu de ce document de 398 pages, les membres du jury présidé par le Professeur Cyriaque Ahodékon ont félicité le nouveau Docteur pour avoir choisi un sujet d’actualité et qui est un volet phare des Objectifs du Millénaire pour le Développement (ODD). Un sujet scientifiquement pertinent et recevable, étudié dans une démarche satisfaisante qui permet de bien comprendre les résultats, ont reconnu unanimement les membres du jury. A noter que les travaux de recherches ont été conduits sous la direction du Professeur Michel Boko. Le journaliste-Communicant, Soulé Issiaka, l’un des membres du jury, était le spécialiste-invité à cette soutenance de thèse.

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *