.
.

Le triomphe de la vérité

.

Crise post-électorale: Soglo sollicite le leadership de Sassou N’Guesso


Poignée de mains entre les deux chefs d’Etats, signe de l’engagement du Congo à plaider pour une sortie de crise postélectorale au Bénin

La marche menée par l’opposition au pouvoir Talon pour une sortie de crise postélectorale au Bénin, continue de s’étendre sous d’autres cieux. Et c’est la terre congolaise qui a accueilli l’un des ténors de cette opposition, le vendredi 17 mai dernier. En sa qualité d’ancien Chef d’Etat Béninois et vice-président du Forum des anciens Chefs d’Etats africains, Nicéphore Dieudonné Soglo a été reçu par l’actuel président de la République congolaise, Dénis Sassou-N’guesso, pour solliciter son leadership afin d’aboutir à une sortie de crise postélectorale au Bénin. Après plusieurs minutes d’échanges conviviaux entre les deux hommes, l’ancien président Nicéphore Dieudonné Soglo a jugé utile l’intervention du président congolais dans la résolution de la crise postélectorale. « Le président Denis Sassou N’Guesso qui a vécu une situation de ce genre veut que nous puissions l’éviter », a indiqué Nicéphore Soglo, à sa sortie d’audience. Selon lui, le chef de l’Etat congolais pourrait prendre des initiatives de commun accord avec les acteurs politiques béninois en vue de mettre un terme à la crise sociopolitique qui prévaut au Bénin. Un rôle que pourraient aussi jouer d’autres gouvernants africains pour sauver la démocratie béninoise. « Il est indispensable de se mettre ensemble. Si tous les fils de l’Afrique mettaient leurs doigts pour boucher les trous de la jarre trouée, on peut boire », a-t-il indiqué. Il faut rappeler que cette rencontre fait suite à celle tenue le mercredi 8 mai dernier, entre le président Soglo et le chef d’Etat Equato-Guinéen, Teodoro Nguema Obiang. La situation socio-politique au Bénin était aussi au cœur des échanges.

Quelques extraits des propos de l’ancien chef d’Etat, Nicéphore Dieudonné Soglo

« Dénis Sassou N’guesso qui a vécu une situation de ce genre veut que nous puissions l’éviter. Il doit prendre un certain nombre d’initiatives. Nous avons dans notre environnement géographique la Cedeao dont le chef se trouve être le président du Nigéria. Il est indispensable de se mettre ensemble. Si tous les fils de l’Afrique mettaient leurs doigts pour boucher les trous de la jarre, on peut boire de l’eau ».

Laurent D. KOSSOUHO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *