.
.

Le triomphe de la vérité

.

Célébration de la journée de l’Europe: Oliver Nette lance un appel pour une nouvelle dynamique entre l’UE et le Bénin


Poignée de mains entre le SG Hervé Djokpé et l’Ambassadeur Oliver Nette

La résidence du Chef de la délégation de l’Union Européenne près le Bénin a servi de cadre à la célébration de l’édition 2019 de la journée de l’Europe, ce jeudi 9 mai. Instituée dans le cadre de la semaine de l’Europe, cette activité a réuni plusieurs ambassadeurs, chefs de mission diplomatiques, consulaires et les autorités politico-administratives.

Dans son discours prononcé dans le cadre de cette célébration, le Chef de la délégation de l’Union Européenne (UE) près le Bénin, son Excellence Oliver Nette a fait savoir qu’une relation fondée essentiellement sur l’aide au développement, comme par le passé, ne satisfait plus la communauté dont il est le représentant. Pour lui, l’UE a profondément changé et il faut que la relation entre elle et le Bénin change aussi. Pour ce faire, l’Union Européenne à travers la voix de son Excellence Oliver Nette compte mettre l’accent sur deux axes particuliers que sont la sécurité et l’investissement. Aussi fait-il savoir que l’Union Européenne est une réalité politique forte, trop forte au goût de certains, y compris au sein des pays européens. En résumé, « l’Europe, c’est un ensemble politique, et non pas une organisation ou même une institution comme on l’entend souvent », selon Oliver Nette qui soutient par ailleurs, qu’il existe désormais entre les pays européens, des liens très difficiles à défaire, des liens riches et porteurs d’avenir. Présent à cette cérémonie, le Secrétaire Général du ministère des affaires étrangères, Hervé DadjèdjiDjokpé a salué cette initiative dont le but est de célébrer une Europe unie, solidaire éprise de paix et de progrès avant de formuler ses vœux cordiaux de santé, de paix, de prospérité, de succès et de bonheur à l’endroit du Président de Conseil européen, Tusk et du Président de la Commission européenne, Junker. Pour finir, il a salué le chemin parcouru par l’UE et les résultats probants obtenus dans sa quête d’un meilleur vivre ensemble entre les peuples tout en rassurant les membres de l’engagement de l’Etat béninois de renforcer la coopération qui existe entre lui et l’Union européenne. Cette célébration s’est soldée par l’exposition conjointe des artistes béninois Thierry Oussou et Elias Boko.

Etat des lieux des relations entre l’UE et le Bénin

Faisant le bilan de la coopération entre l’Union européenne et le Bénin, le Chef de la délégation de l’UE près le Bénin, Oliver Nette a exprimé son souhait de voir ses relations se poursuivre avec la mise en place d’un projet pour prévenir la radicalisation et un autre pour aider à sécuriser les frontières au nord du pays. Tout en rassurant que tous ces projets ont été déjà agréés, l’Ambassadeur Oliver Nette a précisé que « Leur mise en œuvre ne devient que plus urgente à la lumière du drame survenu dans la Pendjari ». Aussi a-t-il fait observer que l’UE a lancé un dialogue, en soutien à la Chambre de commerce européenne sur les obstacles à l’investissement européen au Bénin. Dans ce registre, il a remercié les autorités béninoises, notamment le BAI et l’APIEX pour leur ouverture d’esprit et d’écoute. L’Union européenne entend explorer aussi le plan d’investissement européen et les futures modalités de la coopération annoncées par le Président Juncker dans ses propositions pour une Alliance avec l’Afrique de septembre dernier. A cela s’ajoutent ses assurances sur la mise en œuvre d’un programme de coopération qui, sur 7 ans, mobilisera presque 250 milliards de franc CFA pour le Bénin. S’inscrivant dans la même perspective que lui, le Secrétaire Général du ministère des affaires étrangères et de la coopération, Hervé Djokpé a d’abord salué la qualité des relations qui lient l’UE et le Bénin avant d’exprimer son souhait ardent que ces relations se renforcent davantage.

L’intégralité du discours du Chef de la délégation de l’UE

Excellence Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Chef de la Délégation gouvernementale,
Excellences Madame et Messieurs les Présidents des Institutions de la République,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de mission diplomatiques,
Honorables Députés,
Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique,
Autres dignitaires,
Chers concitoyens européens,
Chers invités,
Mesdames et Messieurs,

● Avant que je ne prononce mon discours, je souhaite observer avec vous un moment de silence à la mémoire de M. Fiacre Gbédji, le guide béninois tué lors de l’attaque au Parc de la Pendjari.
● On célèbre aujourd’hui le 9 mai, Journée de l’Europe, le cœur serré, après le terrible évènement au Nord du Bénin, dans le parc de la Pendjari. On pense à ce guide, sauvagement assassiné, on pense à ses collègues qui craignent pour leur avenir, leur subsistance. On a peur, une peur hélas légitime, pour nos compatriotes disparus et pour leur sort. Je me tourne donc vers vous, M. le Ministre, pour exprimer au nom des Présidents Tusk et Junker toutes nos condoléances que je vous prie de transmettre au Président de la République, Son Excellence Patrice Talon, et à travers lui, au peuple béninois tout entier. On sera toujours à côté du Bénin pour l’aider à contenir, et espérons-le un jour vaincre, la menace terroriste qui n’est que trop réelle, et qui nous vise tous.
● Déjà avant cet évènement pourtant, nous avions annulé la semaine de l’Europe, car après les violences qui se sont déroulées à Cotonou suite aux élections législatives, notre cœur n’était déjà pas à la fête. Cette semaine de l’Europe aurait été dédiée dans une large mesure à la culture qui, tout en montrant nos différences, les célèbre justement dans un esprit de dialogue et de curiosité. Elle n’aura pas eu lieu, cette semaine, comme n’aura pas non plus lieu le petit concert de jazz prévu ce soir.
● On a juste maintenu, même si on réduit le temps dédié au vernissage, l’exposition de l’artiste Thierry Oussou avec son partenaire E. Boko, artiste artisan, car ils ont investi beaucoup de travail et de moyens propres dans la préparation. C’est Thierry Oussou qui a conçu l’exposition, lui le très moderne et expressionniste artiste déjà reconnu à l’international. C’est lui qui a choisi d’intégrer le travail de son ami E. Boko dans un ensemble qui confronte la peinture moderne à ses origines au Bénin, à l’artisanat traditionnel, à la matière, au bois. Thierry, fidèle au Bénin, est aussi une personne intimement liée à l’Europe en tant que résident du Rijskmuseum, une des plus prestigieuses institutions culturelles du monde. Thierry vous expliquera volontiers, ensemble avec Elias, son concept après cette cérémonie, à l’intérieur de la Résidence.

Mesdames et Messieurs, chers invités
● La coopération, les relations internationales, ce sont aussi, peut-être surtout, les hommes, et voilà ce qui nous avait amené à vouloir mettre la culture au centre, car c’est leur culture qui souvent touche le plus le cœur des hommes.
● Dans cette cérémonie au ton plus sobre et plus grave que je n’aurais voulu, je voudrais évoquer brièvement les relations de l’Union européenne avec le Bénin.
● Notre ambition de travailler ensemble sur les questions de sécurité a porté des fruits. Un projet pour prévenir la radicalisation et un autre pour aider à sécuriser les frontières au Nord du Bénin ont été agréés; leur mise en œuvre ne devient que plus urgente à la lumière de ce qui vient de se passer.
● Nous avons lancé un dialogue, avec le soutien de et en soutien à la Chambre de commerce européenne dont je salue le travail, sur les obstacles à l’investissement européen au Bénin, et je remercie les autorités béninoises, et notamment le BAI, et l’APIEX pour leur ouverture d’esprit et leur écoute. Nous explorons comment le plan d’investissement européen et les futures modalités de la coopération annoncés par le Président Juncker dans ses propositions pour une Alliance avec l’Afrique de septembre dernier, peuvent, grâce au crédit bancaire plus accessible, soutenir le dynamisme du secteur privé. Et nous continuons la mise en œuvre d’un programme de coopération qui sur 7 ans mobilisera presque 250 milliards de francs CFA pour le Bénin.
● Soyons clair toutefois : une relation fondée essentiellement sur l’aide au développement, comme par le passé, ne nous satisfait plus. L’Union européenne a profondément changé, l’Afrique a profondément changé, le Bénin change profondément, il faut que la relation entre l’UE et le Bénin change aussi. On a initié un dialogue entre nous de nature plus politique, plus axé sur des questions d’intérêt commun comme justement la sécurité et l’investissement. On a commencé, c’est bien ; il nous reste pourtant du chemin à faire.

Mesdames et Messieurs, chers invités
● Je voudrais avant de conclure dire quelques mots sur le sens de cette Europe que nous célébrons aujourd’hui. Je veux être court, au risque d’être quelque peu réducteur. Je veux dire que l’Union européenne aujourd’hui est une réalité politique forte, trop forte au goût de certains, y compris au sein de nos propres pays et notamment d’une majorité en Grande-Bretagne qui fait pourtant à cet égard figure d’exception. La crise de 2008 a laissé beaucoup de mécontentement partout; en Angleterre s’y ajoute, surtout parmi une certaine génération, le sentiment d’être à part, trop différent. Sur le continent, les sondages indiquent que partout, même si on critique les instances de Bruxelles, et elles le méritent parfois, le sentiment d’une appartenance commune à l’Europe domine plus largement que jamais. Les difficultés du Brexit montrent une vérité évidente : l’Europe c’est un ensemble politique, et non pas une organisation ou même une institution comme on l’entend trop souvent. On sort facilement d’une organisation, on sort difficilement d’un destin. Il y a de liens forts désormais entre les pays européens, des liens très difficiles à défaire, des liens riches, des liens porteurs d’espoir.
● Ces liens sont forts, parce qu’ils sont faits justement de liberté et de droit. « Le droit », parce que c’est ce que possèdent les Européens en vertu de leur citoyenneté européenne : le droit de travailler, de vivre, de s’établir dans un autre pays que le leur. Un Européen dans un autre pays que le sien n’est pas un citoyen national, mais en tant que citoyen européen, il y est de plein droit, il n’est pas non plus un étranger.
● Si le droit est un fondement si durable, c’est parce qu’il s’inscrit dans la liberté, la liberté politique et humaine fondamentale de pouvoir dire ce que l’on pense, de voter librement, de manifester librement, de s’unir librement. Cette liberté-là, une liberté conçue dans une vision forte des droits de l’homme est au cœur du projet européen, qui a été fondé en opposition frontale et fondamentale à tous ceux qui aiment la force et la domination.
● Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs, chers invités
● Vive la République du Bénin, vive l’Europe et vive avant tout la liberté.

Je vous remercie.

Laurent D. Kossouho(Coll)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *