.
.

Le triomphe de la vérité

.

8ème législature: Les potentiels candidats au perchoir


L’on se souvient si bien, comme si c’était hier, de la retentissante élection de Me Adrien Houngbédji à la tête du perchoir de l’Assemblée nationale en 2015. Une élection pleine d’émotion, de pleures et de soulagement au sein des députés membres de l’opposition au pouvoir du chef de l’Etat, Boni Yayi, et aussi des populations béninoises impatientes qu’un changement s’opère au palais des gouverneurs. La même ferveur qui a marqué ces moments forts sera-t-elle reconduite avec les députés de la 8ème législature ? La réponse est toute trouvée en raison de l’absence de l’opposition pour les quatre prochaines années à l’Assemblée nationale. Alors, qui du Bloc Républicain ou de l’Union Progressiste briguera la tête de l’hémicycle pour les quatre prochaines années ? Cette interrogation laisse perplexe le citoyen lambda qui, dans un premier temps,  pourrait viser le parti ayant obtenu la majorité parlementaire, l’Union Progressiste. En effet, l’Union progressiste a raflé autant de voix, 47 sièges, que son parti frère, le Bloc Républicain, 36 sièges. Au nombre des ténors, capables de postuler au perchoir, au sein de ce grand bloc, figure l’actuel ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia. Ancien vice-président de l’Assemblée nationale, Sacca Lafia figure parmi les grands favoris de l’UP à cueillir le perchoir, au regard de sa force politique, sa popularité ainsi que son expérience à l’Assemblée nationale. Mais, la situation sociopolitique actuelle du pays pourrait aller à la défaveur de l’actuel ministre de l’Intérieur. Sacca Lafia reste très en vue après les nombreux événements malheureux survenus avant, pendant et après les élections législatives d’avril dernier. Son maintien dans l’équipe gouvernementale du Chef de l’Etat Patrice Talon pourrait être assuré afin de continuer la veille et d’apporter des solutions aux problèmes sécuritaires qui se posent dans le pays. Face à sa probable absence au parlement, le citoyen lambda  pense, dans un second temps, à une répartition équitable des atouts au sein des deux blocs Talon. Si l’Up a raflé une grosse partie des suffrages exprimés, l’honneur pourrait être fait à la minorité parlementaire, le Bloc Républicain, de dégager en son sein, celui qui aurait les compétences pour porter le manteau de Président de l’Assemblée nationale. Une proposition qui mettra aux prises plusieurs ténors qui ont fait leurs preuves dans l’arène politique tels que : Abdoulaye Bio Tchané, Nassirou Bako Arifari, Robert Gbian et bien d’autres. Cette proposition serait aussi favorable pour une législature apaisée et fondée sur une égalité des pouvoirs au sein des partis frères.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *