.
.

Le triomphe de la vérité

.

Législatif de ce dimanche 28 avril: Le scrutin fortement perturbé à Glazoué, Savè, Savalou, Bantè, Tchaourou, Centre ville de Parakou et Manigri, selon le ministre de l’Intérieur


Dans la dixième circonscription électorale, les opérations de vote ont connu de sérieuses escarmouches. Déjà samedi, des groupes de jeunes se réclamant de l’opposition se sont mobilisés pour barricader la route inter-Etats Cotonou-Niamey. Leur mot d’ordre est simple : « Pas de vote sans l’opposition ». La circulation sur ce tronçon a été paralysée jusque tard dans la nuit de samedi à dimanche, obligeant les forces de l’ordre à intervenir. Il a fallu une intervention musclée de l’armée au petit matin de ce dimanche 28 avril pour que la route soit libérée. Deux chars de l’armée ont été complètement incendiés dans la foulée. Selon nos informations, il y a au moins un mort et quelques blessés aussi bien dans le camp des manifestants que des forces de l’ordre.

Pas de vote dans quatre arrondissements

Sur les huit arrondissements que compte la commune de Savè, le scrutin a eu lieu dans quatre. Il s’agit de Okpara, Ofè, Sakin et quelques localités de Kaboua. Par contre, les opérations ont été presque paralysées à Boni, Plateau, Adido et Bessé. Des groupes organisés ont réussi à empêcher le déploiement du matériel électoral qui a été vandalisé dans la plupart des cas. Dans certains cas, des gris-gris impressionnants ont été déployés aux devantures des sièges d’arrondissement pour en empêcher l’accès. C’est le cas de l’arrondissement de Kilibo. Pour en ajouter à la psychose, des groupes Oro sont sortis à Kaboua centre, obligeant une bonne partie de la population à rester terrée chez elle. Vers la fin des opérations, les mêmes bandes organisées ont pris d’assaut les bureaux de vote qui ont dû fermer précipitamment. Ceux qui n’ont pas pu, ont été entièrement saccagés et brûlés. Dans toute la commune de Savè, on peut donc dire que même si les opérations ont démarré dans quatre arrondissements, elles n’ont pas abouti. La population vit encore actuellement dans une psychose absolue face à des groupes organisés et déterminés.

A Parakou, même le maire n’a pas pu voter

Le vote commencé tôt ce matin dans les bureaux de vote de la ville de Parakou n’a pas pu être mené à son terme. Dès les environs de midi, des groupes de jeunes organisés ont systématiquement saccagé tout le matériel électoral, bureau de vote par bureau de vote. Les postes de vote de CESE/Kobè, dans le deuxième arrondissement de la ville, où le ministre de l’eau, Sam Adambi, ont pu résister jusque vers 15h. Ils ont été attaqués par des bandes de jeunes qui ont tout détruit. Ces mêmes jeunes, massés devant la résidence du maire Charles Toko, l’ont empêché de sortir pour exprimer son vote. Idem pour Rachidi Gbadamassi resté cloîtré chez lui. Les jeunes vandales armés de gourdins et de machettes ont brûlé des pneus aux principales artères de la ville en scandant des slogans hostiles au scrutin. Tout a été coordonné comme dans un mouvement d’ensemble qui a pris de court les forces de sécurité. Dans la majeure partie des cas, les citoyens se sont retrouvés au milieu de ces groupes de vandales, malgré la présence des forces de l’ordre impuissantes.

La résidence de l’honorable Adam Bagoudou en feu
Dans la même circonscription électorale, il a fallu des blindés de l’armée pour extirper le député Adam Bagoudou de sa résidence de Tchaourou encerclé par des groupes hostiles. C’était de justesse. La villa été mise à sac avant d’être incendiée. Les quatre véhicules du député ont été brûlés dans une commune de Tchaourou qui donnait ce dimanche l’image d’une citadelle en chaos, livré à des hordes déchaînées, mais parfaitement organisées. Aucune opération de vote n’a été possible dans cette commune pourtant réputée comme étant la plus vaste du Bénin, en termes de superficie.

Lire l’intégralité de la déclaration du ministre de l’Intérieur, Sacca Lafia

Ce 28 avril 2019, les élections législatives en vue de l’installation de la 8e législature de l’Assemblée Nationale ont eu lieu dans notre pays. Sur tout le territoire national, les opérations électorales se sont globalement bien déroulées dans le calme et la discipline. Toutefois, le processus a connu quelques incidents notamment dans le centre-ville de Parakou, Tchaourou, Savè et Glazoué puis Bantè, Savalou et Manigri, où des individus incontrôlés s’en sont pris aux matériels de vote et aux équipements de la Police Républicaine et à ses hommes ; à des biens privés et à des journalistes. D’autres encore ont entrepris de barrer la route pour perturber voir bloquer la circulation. Au total, des agents de la Police Républicaine ont été blessés par des armes de fabrication artisanale notamment à Savè, et une équipe de presse a été physiquement agressée à Tchaourou.
Néanmoins, il est à signaler qu’aucune perte en vie humaine n’ait à déplorer. Par ailleurs, diverses menaces proférées via les réseaux sociaux notamment à l’endroit des citoyens qui se rendraient aux urnes ont visiblement eu l’effet de dissuader certains électeurs d’aller accomplir leur devoir civique. Face à ces situations et même lorsqu’elles ont fait objet de provocation manifeste, les forces de défenses et de sécurité ont veillé scrupuleusement au maintien de l’ordre et à la protection des citoyens. Avec un professionnalisme avéré, elles ont fait face aux incidents survenus soutenant pour structure de ne blesser personne et ont garanti la sécurité à tous ceux qui sont allés voter. C’est pourquoi, je veux ici souligner la maturité de notre peuple, le peuple béninois et féliciter chaleureusement nos forces de défense et de sécurité pour leur sens de devoir et de patriotisme.
Aussi, je voudrais rassurer l’opinion que les auteurs et les commanditaires des actes de vandalisme, de violence et barbarie répertoriés seront poursuivis et sanctionnés avec la dernière rigueur conformément aux lois de la République.
Enfin, la tenue de ces élections en ce jour malgré les incidents relevés par endroit prouvent que le processus démocratique se poursuit inexorablement dans notre pays et nourrit sa marche déterminée et légitime vers le développement.

Laurent D. Kossouho (Coll)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *