.
.

Le triomphe de la vérité

.

Bilan des trois ans de gestion de Talon: Wadagni démontre comment les réformes ont boosté les performances économiques


Romuald Wadagni, ministre de l’économie et des finances/Ph:DR

En trois ans de gestion du régime de la Rupture, l’économie béninoise semble se porter mieux aujourd’hui qu’hier. Le ministre de l’économie et des finances, Romuald Wagadni en a apporté de larges preuves, à la faveur d’un entretien télévision ce mercredi sur la chaîne nationale.
« Les performances macroéconomiques enregistrées en 2018, confirment que pendant trois années successives, les effets des réformes, des investissements menés par le gouvernement depuis 2016 portent leurs fruits » s’est-il réjoui. Pour étayer ses propos, il évoquera, entre autres, le taux de croissance du Pib qui permet de mesurer le rythme de création de richesse dans un pays. Cet indicateur pour 2018 s’élève à 6,8% contre 2,1% en 2015 (source Fmi). Pour lui, 6,8% est 3 fois mieux que le taux de 2015, et ce sont des chiffres du Fmi. De l’autre côté, regardant de façon globale, le niveau de production de richesse, dans la sous-région et au niveau mondial, Romuald Wadagni fera constater que ce taux fait partie des meilleures performances aujourd’hui. Donc ce taux est bon. « Pour 2018, le Bénin a été le seul pays où le Fmi, après un contrôle, a revu à la hausse les performances économiques. Il faut saluer cela. Depuis 2016, que nous nous sommes là, de manière constante et continue, nous avons toujours livré des performances beaucoup mieux que celles attendues» a-t-il également souligné. Prenant un exemple concret, il parlera de la campagne cotonnière 2018-2019 dont les données enregistrées indiquent que le Bénin va dépasser les 700.000 tonnes de coton. « Le Bénin sera le premier producteur du coton en Afrique. En 2015, moins de 300.000 tonnes, on était 5e ou 6e producteur du coton en Afrique. Cela est concret et les performances sont prévues pour atteindre 1 million de tonnes en 2021 » s’est-il réjoui. Dans les départements de l’Atacora et de l’Alibori, les données statistiques indiquent qu’un paysan emblave en moyenne 5 hectares. Or en 2015, un paysan emblavait 5 hectares, avec une production de 877 kg à l’hectare. En 2018, la productivité est passée à 1150 kg à l’hectare. 2015-2016, le prix d’achat du coton à l’ha a également pris 5F au kg. Ce qui veut dire que le paysan qui emblave 5 ha voit son niveau de revenu passer de 1.100.000 FCFA à 1.500000 FCFA par an. Il gagne 400.000F de plus, c’est colossal. Un revenu comparable à celui d’un cadre en début de carrière. « En milieu rural, vous verrez aujourd’hui que les paysans commencent par construire son habitat en matériaux définitifs. Leur cadre de vie change et ils envoient leurs enfants à l’école, à l’université. Cette amélioration impacte 4 millions de personnes. C’est pareil dans le secteur des transports. A la fin de la campagne 2017-2018, il a été distribué au moins 34 milliards FCFA aux transporteurs et aux producteurs 92 milliards FCFA. Ce sont des exemples qui montrent que la croissance est là et des millions de personnes voient leur quotidien s’améliorer. Il faut dire que le coton n’est pas le seul. Les noix d’anacarde sont à une augmentation de 30%, idem pour le riz, le maïs… Donc voilà des éléments concrets qui montrent qu’il y a croissance » a-t-il fait savoir.

Des plaintes et frustrations liées à l’interruption de certaines mauvaises habitudes
Le ministre des finances dit comprendre les plaintes et les frustrations qui continuent d’êtres exprimées ça et là. « Nous sommes en période de réformes. Les réformes gênent les intérêts et créent des frustrations. Dieu merci, nous voyons les bienfaits de ces réformes. Certaines plaintes sont le résultat de certaines frustrations liées à l’interruption de certaines mauvaises habitudes. L’argent facile qui ne circule plus… » a-t-il indiqué. Il préfère mesurer, la vitalité de l’économie par le niveau d’évolution des prix des produits de première nécessité comme le riz, le maïs, le manioc. L’évolution du prix de maïs : une mesure de maïs séché était à 250F le kg en 2015. En 2018, elle est de 205F/kg. Bien entendu, pour certains produits les prix ont légèrement augmenté mais pour la plupart les prix ont diminué. « En gros quand on prend le taux d’inflation, il s’est élevé à -0,8% en 2018. Donc globalement, c’est bon. On peut souffrir car l’argent qui rentre, n’arrive plus à acheter la même quantité. En réalité, la plainte est liée à la diminution de l’argent qui rentre. Effectivement, nous reconnaissons que les coulages des finances publiques sont stoppés » fait-il constater. « Quand vous doublez le nombre d’étudiants bénéficiaires d’allocations de l’Etat, quand vous augmentez les bourses aux étudiants avec la dématérialisation et la bancarisation, vous constatez l’amélioration de leur train de vie, ce qui impacte les parents et les résultats. Là, peut-on dire que les boursiers se plaignent ? Ou dans l’agriculture 4 millions de personnes voient leurs revenus s’améliorer, donnez moi l’exemple d’un paysan qui souffre ? » s’interroge par ailleurs, Romuald Wadagni.

« On ne peut certes pas dire que tout déjà pour le mieux, mais reconnaissons que la trajectoire est excellente »
« On ne peut certes pas dire que tout déjà pour le mieux, mais reconnaissons que la trajectoire est excellente et tout va de mieux en mieux. On ne peut pas par un coup de baguette, transformer un pays. Tout en répondant aux questions d’urgence d’aujourd’hui, nous travaillons pour le Béninois (qui sera là) dans 10 et dans 20 ans » laisse entendre aussi l’argentier national.
Il regrette aussi le fait qu’auparavant, « il y avait beaucoup de coulage » au niveau des finances publiques. « Nous avons mis un frein et nous continuons d’en mettre toujours. Dès que nous trouvons des niches, nous les supprimons. Vous savez celui qui achète de la friperie paie la Tva. Or la Tva constitue la moitié de nos recettes. Donc en dilapidant, nos ressources nous dilapidons les ressources du Béninois lambda. ». Pour lui, quand un pays comme le Bénin dépense 17 milliards FCFA pour les voyages officiels, mais avec la réforme qui a conduit à la création de la Cellule des Voyage officiels, on est passé à 3 milliards, il n’y avait d’autre choix à faire.

Le bien être des béninois
« Nous travaillons pour que chaque Béninois ait une égalité de chance pour contribuer à la création de richesse. Un modèle alternatif consisterait à dire que l’Etat puisse prendre de l’argent sur les recettes et les distribue » rassure, non sans se poser la question suivante : « Mais en le faisant, le jour où l’Etat ne pourra pas faire, que va-t-il se passer ? » ajoutant qu’en observant les agrégats macroéconomiques, l’on constate que que 20% des investissements devraient venir du secteur privé. « Nous faisons tout pour avoir un secteur privé dynamique qui puisse prendre le relais. Nous créons les conditions pour une production durable dans le pays. » dira-t-il à ce niveau. « Quand nous réglons les problèmes énergétiques, et en mars dernier le premier générateur de production d’électricité est mis en service sur la centrale thermique de Maria-Gléta, c’est pour permettre de régler les problèmes d’accessibilité, de coût d’énergie pour la population. Nous créons les conditions pour que les personnes puissent travailler en créant des emplois et des richesses. Et c’est à cela qu’on s’attèle » indique aussi Romuald Wadagni.

Taxes et impôts ?
Il trouve cette question intéressante. « Je voudrais demander aux gens de nous donner l’exemple d’une taxe qui a été augmentée. Je vous ai dit plus haut que la Tva est la taxe que tout le monde paie et qui contribue pour moitié à nos ressources. Le taux de Tva est resté inchangé depuis que nous sommes là. Il est demeuré toujours à 18%. » à croire le ministre de l’économie et des finances.
Il prend par ailleurs la loi des finances 2019 pour faire constater qu’aucun taux d’impôt n’a été augmenté. Mieux pour les entreprises qui sont sur le régime simplifié, l’impôt est passé de 400.000 FCFA à 150.000 FCFA. « Observons la fiscalisation directe, vous verrez que nous avons mené une politique de baisse. Mais nous avons augmenté le prélèvement sur l’alcool, le tabac en nous basant sur les normes communautaires qui nous permettent d’aller jusqu’à un certain niveau sans toutefois atteindre le plafond. Le fait de diminuer les impôts des PME n’est point un rétropédalage mais plutôt une incitation à la productivité et lever les entraves aux accès des marchés publics » a-t-il affirmé.

Quête permanente de l’argent à l’international.

« Le Bénin se porte bien. On peut s’auto féliciter. C’est encore mieux si ce sont les partenaires techniques qui le disent avec un regard indépendant. Récemment, le Bénin est primé premier pays en matière de transparence budgétaire par le Fmi et l’Ue. Cela ne s’est jamais produit. C’est grâce à ces éléments que quand nous allons vers les investisseurs, qui ne savent pas positionner le Bénin sur une carte, ils nous font confiance. » explique Romuald Wadagni. Même l’Uemoa, à le croire reconnaît que le Bénin a fait des bonds jamais faits dans l’espace économique. Il précise que la dernière levée d’Euro bond du 17 mars est un emprunt obligataire. « Ce sont des investisseurs qui vous prêtent de l’argent sous la forme d’obligations. En termes simples, le Bénin est allé sur le marché international pour obtenir des prêts de partenaires financiers. Dès notre arrivée en 2016, le gouvernement a adopté une stratégie de mobilisation des ressources. Doter le Bénin de tous les instruments lui permettant de lever des ressources. Il y a trois manières d’obtenir des ressources : 1- Les impôts ; 2- Les emprunts obtenus chez les bailleurs de fonds ; 3- Les prêts faits auprès des banques locales. Il faut dire qu’il y a deux autres instruments dont les pays modernes disposent mais que le Bénin n’avait pas du fait de certaines contraintes. Il s’agit de l’accès des prêts commerciaux et l’accès au marché des emprunts obligataires. Cela nécessite une certaine crédibilité. Quand les crédits locaux baissent ou les partenaires financiers ne vous apportent pas les ressources nécessaires, vous êtes limités en capacité de financement. C’est pour cette raison qu’il faut diversifier les sources de financement et de mobilisation des ressources. »
En 2018, grâce aux réformes du Chef de l’Etat, le Bénin s’est doté de l’instrument d’accès aux crédits internationaux par le biais de reprofilage de la dette. Le dernier instrument est celui d’accès au marché obligataire. Ce dernier est un peu compliqué. « Sur instruction du Chef de l’Etat, nous sommes arrivés à avoir une taille des opérations qui permet à nos obligations d’être cotées. Cela est le résultat d’un travail de longue durée de l’ensemble du gouvernement et des cadres techniques des différents ministères » se félicité Romuald Wadagni. L’opération a été un succès pour plusieurs raisons, selon lui. « Nous sommes allés sur le marché pour lever plus de 500 millions d’Euros mais nous sommes arrivés à un pic de plus d’un milliard d’Euros. C’est un vrai succès. D’ailleurs beaucoup de personnes ont voulu participer mais nous leur avons dit que notre objectif est de 500 millions Euros avec une maturité sur sept ans. Cela est un facteur de succès indiscutable. Le deuxième élément est que nous avons été le premier pays du continent à sortir en 2019. » dit-il. Ces fonds serviront à financer les activités, investissements et projets prévus dans le cadre du budget 2019.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *