.
.

Le triomphe de la vérité

.

Colloque en hommage au professeur Honorat Aguessy: Pari gagné pour le département de sociologie-anthropologie


Le présidium lors du lancement du colloque en hommage au professeur Honorat Aguessy

L’amphithéâtre Idriss Déby de l’Université d’Abomey-Calavi a servi de cadre à la cérémonie d’ouverture du colloque en hommage au Professeur Honorat Aguessy ce 10 avril 2019. L’événement a réuni les enseignants nationaux et étrangers, les enseignants-chercheurs, les étudiants et plusieurs autorités politico-administratives.

Le département de Sociologie-Anthropologie était sous les feux de la rampe ce mercredi. Et pour cause, les responsables de cette unité de formation ont décidé de célébrer plusieurs de leurs enseignants avec à leur tête le « père fondateur de la sociologie », le Professeur Honorat Aguessy. Dans son allocution de bienvenue aux participants qui se sont massivement mobilisés autour de ce rendez-vous scientifique, le  Chef du département de Sociologie-Anthropologie et Président du comité d’organisation de ce colloque, le Docteur Charles Badadjidé déclare que, « c’est la preuve que nos propres personnes ne sont rien. C’est l’institution dont nous avons à charge qui est au- dessus de toutes considérations ». Revenant sur la genèse de ce département, il a expliqué qu’il a vu le jour suite à la création de Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines (Flsah) née des cendres du Département des Etudes Littéraires, Linguistiques et Sciences Humaines (DELLSH ). A le croire, la FLASH est une entité qui offre des formations dans la quasi-totalité des domaines des lettres et des sciences sociales et humaines. Le département de sociologie a été donc créé dans ce contexte et a eu pour premier responsables, le Professeur Honorat Aguessy. Pour le Président du comité scientifique du département  de sociologie, le Professeur Adolphe Kpatchavi, ce colloque est un symbole de reconnaissance à l’endroit du Professeur Honorat Aguessy et de tous les autres enseignants honorés pour les nombreux efforts qu’ils ont consentis pour donner plus de visibilité à la recherche scientifique et pour le rayonnement de la sociologie. «La croissance n’est pas le développement sauf si elle s’enracine  dans les réalités culturelles et sociales », a-t-il expliqué, ajoutant qu’il n’y a que les sciences sociales qui puissent donner cette dimension de développement. Abordant l’important que revêt le présent colloque scientifique, le Professeur Kpatchavi a fait savoir que c’est un devoir pour la génération actuelle de rendre hommage à un homme de la trempe du Professeur Honorat Aguessy et de le célébrer. Quant à la Doyenne de la Faculté des Sciences Humaines et Sociales, le Professeur Odile Dossou Guèdègbé, elle a exprimé sa joie pour l’organisation de cette «  fête scientifique » en hommage aux «  aînés » admis à faire valoir leur droit à la retraite. Elle invite par ailleurs, tous ses collègues à garder le flambeau afin de le transmettre aux générations futures. « Le scientifique ne meurt pas. Ses œuvres se transmettent de génération en génération », a-t-elle renchéri. Dans son discours marquant l’ouverture officielle du colloque, le Recteur de l’Université d’Abomey-Calavi, le Professeur Maxime da Cruz a salué les responsable du département de sociologie-anthropologie qui ont pris l’initiative de célébrer les pionniers de ce département et souhaité que cette initiative devienne une tradition à l’université.

Vue partielle des participants au colloque

Les objectifs et les attentes de ce colloque.

Selon le Président du comité scientifique du département de sociologie, le Professeur Adolphe Kpatchavi, ce colloque vise à porter un regard rétrospectif sur les 40 ans de vie du département sociologie et anthropologie au Bénin, lever un coin de voile sur la vie des acteurs, enseignants – chercheurs, autorités scientifiques, apprenants qui l’ont animé, faire découvrir au public les principales œuvres du père fondateur de le Prof Honorat Aguessy et les anciens enseignants du DS-A, tirer les leçons des différentes activités de formation et de recherche, identifier les enjeux des offres de formations et de recherche en sociologie pour les politiques publiques et le développement durable. Le colloque sera pour les participants, une occasion pour identifier et analyser les évolutions en cours et les défis auxquels sont confrontées les sociologues et anthropologues dans un contexte de la mondialisation. Ce colloque s’adresse à la communauté scientifique nationale et internationale, aux étudiants dans le but de valoriser et d’échanger sur les résultats des recherches menées dans différents domaines disciplines et sous disciplines de la sociologie et de l’anthropologie. Cet espace d’échanges se veut également, un trait d’union entre les enseignants chercheurs et les acteurs politiques au plus haut niveau, les collectivités territoriales, les cadres de l’administration publique, les partenaires techniques et financiers. « Au total, nous avions enregistré près de 200 participants dont plus du tiers est venu hors du Bénin, à savoir du Togo, du Gabon, du Niger, du Mali, du Tchad, de la Côte d’Ivoire, du Kenya, de l’Allemagne de la Belgique, de France, Etats Unis, du Canada », a clarifié le Professeur Adolphe Kpatchavi. Les résultats de ces travaux,  échanges et propositions au niveau des différents axes thématiques nous permettront de nous repositionner en matière d’offres de formation plus adaptées à la demande sociale, de renforcer le partenariat avec les acteurs du monde de travail ainsi que les partenaires techniques et financiers, d’impacter tous les secteurs du développement et devenir une discipline de référence de réflexion et d’action sur les questions stratégiques de développement durable.

 

Laurent D. Kossouho (coll.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *