.
.

Le triomphe de la vérité

.

3 ans du régime Talon: Le gouvernement en marche vers le développement du Sport


Le Président de la République Patrice Talon

Le gouvernement du président Talon a bouclé ce six avril trois ans d’exercice. Trois années qui coïncident également avec trois ans d’exercice du ministre Oswald Homeky à la tête du département des sports. Trois années à l’issue desquelles on note au niveau de ce département des actions qui d’année en année font sortir peu à peu le sport de sa léthargie. D’abord, il faut souligner les efforts non moins importants du gouvernement pour régler la crise qui secouait la famille du football. Puisque si lors des premiers mois du gouvernement, l’on a espéré avoir une accalmie sans l’obtenir, on peut aujourd’hui dire que c’est chose faite. En effet, en août 2018, après le processus de réconciliation enclenché devant le président Talon par la signature d’un protocole d’accord, le gouvernement par le biais du ministre Oswald Homeky a réussi à régler les différents qui existaient entre les membres de la Fbf. Ce qui s’est traduit d’une part par la mise en place d’un nouveau bureau du comité exécutif et dont le président est Mathurin De Chacus et d’autre part par le déroulement des championnats nationaux de football qui sont actuellement en cours. Le ministère des sports a aussi favorisé la bonne santé du football en mettant à la disposition des clubs des subventions chaque année et dont celle de l’année en cours a connu une augmentation. Outre ces actions à l’en droit du sport roi, le ministère a booster le fonctionnement des autres disciplines à travers des subventions et la célébration des athlètes Béninois qui arrivent à faire rayonner le pays lors des compétitions internationales. Il s’agit du Gala des sportifs au cours duquel des primes sont partagées aux athlètes ainsi que des bourses pour les meilleurs des meilleurs.
Autant d’actions qui ne sont pas restées sans résultats. Puisqu’au football, on a enregistré la qualification, en mars dernier, de l’équipe nationale de football Les Ecureuils A à la coupe d’Afrique des nations CAN Egypte 2019. Avant cela, le Bénin s’est classé champion d’Afrique en heptathlon lors du championnat d’Afrique d’Athlétisme Asaba 2018, ceci grâce à Odile Ahouanwanou, champion d’Afrique en Rollers deux fois de suite, vice-champion du monde en pétanque et s’en sort avec plusieurs médailles que ce soit en or, argent et bronze lors des dernières compétitions internationales auxquelles les équipes béninoises prennent part.

3 ans du gouvernement Talon selon les observateurs

Joël Adjanohoun, journaliste reporter sportif, freelance
« Je reste sur ma faim si rien n’est fait pour les centres de formation »
« L’actuel gouvernement a enchaîné avec le travail abattu par le régime précédent avec quelques innovations. Au niveau des différentes fédérations, il y a eu un pas de plus si nous allons parler de la subvention à leur accordée par le gouvernement. Mais je reste sur ma faim si rien n’est fait pour les centres de formation. Car, l’avenir du sport au Bénin passe inéluctablement par la formation. Si le gouvernement ne fait rien pour accompagner les initiatives de formation, les mêmes causes continueront à produire les mêmes effets. C’est vrai que le gouvernement a initié un projet de formation dans toutes les communes. Personnellement je pense qu’il ne sert à rien de réinventer la roue. Le gouvernement ferait mieux d’appuyer les initiatives de formation qui existaient. Quand on parle de classe sportive, ce sont nos produits que les collèges utilisent encore. Donc je pense que tant qu’il reste à faire, rien n’est fait. »

Ambroise Zinsou, journaliste reporter sportif au groupe de presse Fraternité
« Pour certaines disciplines, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs.»
« Après trois ans sous la rupture, le sport béninois continue de balbutier. On peut noter que les lignes ont un peu bougé sauf que dans certaines disciplines, les fruits n’ont pas tenu la promesse des fleurs. La qualification du Bénin pour la Can reste l’arbre qui cache la forêt. C’est vrai que le championnat a repris au grand bonheur des acteurs. Mieux, les subventions aux clubs sont venues á point nommé. Mais, cela pénalise les autres disciplines qui sont sans subventions jusqu’à présent. Aujourd’hui, le sport béninois sous la rupture n’est pas le meilleur qu’on souhaite. Seuls d’autres exploits pourront apporter un plus au mouvement sportif qui peine toujours à prendre ses marques. Trois ans, nous pouvons quand même conclure que des intentions ont été prononcées et que peut-être des chantiers du développement sont balisés. Pour ce qui est des classes sportives, je reste encore sceptique par rapport à ce projet dont la finalité laisse á désirer. L’État ne peut être juge et partie. Donc, c’est un projet qu’il faut repenser. Néanmoins, on peut prêter de bonnes intentions au gouvernement, la suite, c’est d’attendre la fin. Sinon, il y a trop de paroles mais pas assez d’actes concrets. C’est dommage. »

Dr Brice Megninou, amoureux du football
« …Il y a eu beaucoup de points positifs dans la gestion du sport »
«Au cours de ces trois années, il faut être honnête de reconnaître qu’il y a eu beaucoup de points positifs dans la gestion du sport. D’abord dans le domaine de l’organisation, nous sentons une nouvelle dynamique au niveau des structures sous tutelle, à savoir les différentes fédérations. L’organisation est plus structurée et des objectifs clairs sont fixés. On note le démarrage effectif des classes sportives qui devraient constituer le vivier des clubs professionnels et par ricochet le vivier des équipes nationales. Sur le plan des résultats obtenus, nous pouvons en citer plusieurs, le démarrage effectif des différents championnats de football, la qualification de l’équipe nationale de football pour la Coupe d’Afrique des Nations édition Égypte 2019, pour ne citer que ceux là. Sur cette dernière, la nouveauté qui est venue donner un nouveau souffle au sport roi, le football, est le démarrage effectif des championnats de ligue 1 et 2 et la Coupe du Bénin ; c’est un grand soulagement pour les amoureux du cuir rond que nous sommes, nos jeunes ne sont plus laissés à eux mêmes et le stades font le plein tous les week-end… Pour finir, Je crois que l’avenir est radieux, Nous avons fait du chemin mais tant qu’il reste à faire, rien est fait. »

Réalisé par Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *