.
.

Le triomphe de la vérité

.

Fespaco 2019: L’Isma porte haut le cinéma béninois


Joel Tchédré de l’Isma

Démarré le 23 février dernier, le festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) a connu son épilogue ce 2 mars. Ayant pris part à ce rendez-vous international du 7è art, le Bénin a remporté le prestigieux premier prix dans la catégorie des films d’école.

C’est à travers son film de court-métrage de fiction « Incompris », que le jeune cinéaste béninois Jaurès Koukpémédji a décroché le premier prix dans la catégorie des films d’école. Etudiant de l’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel (Isma) que préside le colonel Marcellin Zannou, il a su convaincre les membres du jury à travers ce film de six minutes. Par ailleurs, plusieurs autres distinctions ont échu aux apprenants de l’Isma. Parmi ces heureux lauréats, une étudiante et un alumni de l’Isma qui ont confirmé la qualité de leur formation. A la suite du concours de pitch de l’Organisation internationale de la francophonie dans le cadre du Fespaco 2019, Solange Koné, étudiante en Master professionnel en réalisation cinéma-Tv et Joël Mbaka Tchedre, ancien étudiant de l’Isma ont respectivement remporté le premier prix dans la catégorie des séries, et le deuxième prix dans la catégorie long métrage de fiction. L’Etalon d’or de Yennenga a été décerné au Rwandais Joël Karekezy pour son film « The mercy of the jungle ». Ce film, d’une durée de 90 minutes, sorti en 2018, raconte la dérive de deux soldats rwandais perdus dans la jungle lors de la deuxième guerre du Congo en 1998. Plus qu’un film de guerre, il s’agit d’une réflexion sur l’absurdité de ce conflit terriblement meurtrier, comme toutes les guerres, soutenue par des images de la jungle du Kivu. C’est un film sur la vie et sur la paix, a laissé entendre Joël Karekezi. « C’est un grand honneur pour moi, toute mon équipe et toute cette jeune génération, on va continuer à faire des films », a souligné le cinéaste de 33 ans qui succède au Sénégalais Alain Gomis, lauréat du Fespaco 2017. A noter que l’Etalon d’argent long métrage fiction, d’une valeur de 10 millions de francs CFA, a été décerné à l’Egyptien Khaled Youssef pour son film « Karma ». Pour ce qui est de l’Etalon de bronze long métrage fiction, doté de 5 millions de francs CFA, il a été remporté par le film « Fatwa », du Tunisien Ben Mohmound. Pour cette 26ème édition du Fespaco, plus 145 millions de francs CFA ont été distribués aux professionnels du cinéma et de l’audiovisuel, a annoncé le délégué général du festival, Ardiouma Soma, lors de la cérémonie de clôture.

Des prix spéciaux attribués aux réalisateurs

Le président de la commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), Jean-Claude Kassi Brou, a remis aux réalisateurs ivoiriens Boris Oué et Marcel Sangné, ainsi qu’à la réalisatrice sénégalaise Angèle Diabang, les deux prix spéciaux mis en compétition par l’organisation régionale pour la 26ème édition et la célébration du cinquantenaire du Fespaco. En effet, le prix spécial du meilleur film pour l’intégration ouest-africaine, doté d’un montant de 15 millions de francs CFA et d’un trophée, a été attribué à Boris Oué et Marcel Sangné pour leur film « Résolution ». Un film racontant la vie d’une femme battue par son mari. Outre la récompense de la Cédéao, ce film a également remporté le prix spécial Félix Houphouët-Boigny, d’une valeur de 10 millions de francs CFA. Le prix de la meilleure réalisatrice de la Cédéao, doté de 10 millions de francs CFA et d’un trophée, a échu à la réalisatrice sénégalaise Angèle Diabang pour son film « Un air de kora », qui retrace l’histoire impossible entre une fille musulmane voilée et un moine chrétien. Cette récompense de l’organisation ouest-africaine reconnaît et promeut la contribution des femmes ouest-africaines au développement de l’espace communautaire. Satisfaite Angèle Diabang a déclaré : « Je suis d’autant plus contente que c’est ma deuxième fiction, je suis réalisatrice de documentaire, pas de fiction, et c’est avec humilité que j’ai travaillé sur ce projet pour faire la fiction. Ce prix m’encourage vers mon projet de film (Une si longue lettre), et encourage toutes les réalisatrices et les personnes qui veulent se lancer vers quelque chose qu’elles ne pensent pouvoir faire » Les deux prix spéciaux de la Cédéao ont été remis à leurs récipiendaires par Jean-Claude Kassi Brou en présence de l’ancien président ghanéen, John Jerry Rawlings et des chefs d’Etat du Mali, Ibrahim Boubacar Kéïta ; du Burkina Faso, Rock Marc Christian Kaboré et du Rwanda, Paul Kagamé, dont le pays est l’invité d’honneur du Fespaco 2019.

Laurent D. Kossouho (stag.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *