.
.

Le triomphe de la vérité

.

Fièvre de Lassa au Bénin: Benjamin Hounkpatin descend d’urgence sur le terrain


Au lendemain de la déclaration officielle d’une nouvelle épidémie de fièvre hémorragique à virus Lassa au Bénin, le ministre de la Santé, Pr Benjamin Hounkpatin a effectué une descente dans la partie septentrionale du Bénin, les samedi 8 et dimanche 9 décembre.

Parti d’urgence en inspection à Parakou où il est officiellement confirmé qu’un foyer naissant de l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Lassa menace de sévir, le ministre Hounkpatin a fait une halte à l’hôpital Saint Martin de Papané, à environ 70 km du chef-lieu du département du Borgou. Benjamin I. B. Hounkpatin a rencontré le personnel soignant qui n’a pas caché sa satisfaction de voir le ministre sur le front en cette période d’urgence. Le ministre, qui a échangé avec eux, a insisté sur le strict respect des mesures de sécurité et des consignes de protection qu’exigent les circonstances actuelles et que les instances internationales sanitaires préconisent. Les gestes élémentaires d’hygiène tels que le lavage des mains à l’eau et aux désinfectants appropriés, ainsi que l’observance des mesures universelles d’hygiène hospitalière, de prévention, de contrôle de l’infection et de maintien de la veille sanitaire ont été passées au crible par Benjamin Hounkpatin. Le ministre a aussi mis l’accent sur l’emplacement de l’hôpital en termes d’exposition au foyer de l’épidémie, le Nigeria étant à quelques 5 km à vol d’oiseau. Pr Hounkpatin s’est montré rassuré de savoir que les agents de santé à divers niveaux aient mis en place les mesures de protection requises, depuis le mois de novembre, comme l’a souligné le médecin-chef de l’hôpital, Dr Prisca N’dah Kouagou. A Parakou, le ministre et les membres de sa délégation dont le secrétaire exécutif du Conseil national de lutte contre le Vih/Sida, la tuberculose, le paludisme, les hépatites, les Ist et les épidémies (Cnls-Tp), Dr Melchior Aïssi, ont été accueillis par le directeur départemental de la Santé, Dr Imorou Y. Karimou. Ce dernier a fait à l’autorité, un bref récit du cas signalé. Il s’agit d’une jeune béninoise de 22 ans environ vivant au Nigéria et dont les prélèvements urinaires et sanguins se sont révélés positifs. Dr Babio, médecin-chef et Dr Emile Mensah, le directeur du Chud Borgou-Alibori ont aussi expliqué les conditions dans lesquelles la malade a été identifiée, les actes posés, ainsi que les précautions restant à prendre pour éviter le pire. Ont suivi, quelques mises au point de la part du ministre quant au respect des protocoles, à l’effet d’améliorer les délais de transmission des données aux structures compétentes, et un tour guidé du site d’internement et de mise en quarantaine aménagé en cas de flambée de la fièvre dans le département. Après Parakou, le ministre a mis le cap sur le département de la Donga où il a enchainé avec un autre dossier d’importance qui tient tout autant à cœur au gouvernement, celui de la mise en œuvre du projet Arch de la couverture intégrale de l’assurance maladie universelle pour les pauvres extrêmes. Le ministre a profité de sa présence dans la Donga pour sillonner les formations sanitaires publiques à la recherche d’informations liées à l’état des lieux du matériel médico-technique disponible.

Lassa frappe le Bénin pour la deuxième fois en un an

Pour la deuxième fois en onze mois, le Bénin est en épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa. C’est le ministre de la Santé, Pr Benjamin Hounkpatin qui a fait l’annonce de la nouvelle épidémie, dans l’après-midi du vendredi 7 décembre dernier, au cours d’une déclaration officielle. Selon cette déclaration, c’est le 06 décembre dernier que la direction départementale de la Santé du Borgou a notifié au ministère de la santé un cas suspect de la fièvre de Lassa admis au Centre hospitalier universitaire départemental de Parakou (Chud), cas qui s’est révélé positif le 7 décembre 2018 après analyse au laboratoire des prélèvements urinaires et sanguins réalisées. Cette nouvelle épidémie survient onze mois après celle qui a sévit de janvier à mars 2018 dans les départements de l’Alibori, de l’Atacora, du Borgou, et des Collines. C’est le 5e épisode de fièvre hémorragique à virus Lassa que connaît le Bénin après la toute première de 2014, et celles de 2015, 2017 et janvier-mars 2018.

Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *