.
.

Le triomphe de la vérité

.

Partenariat ACP UE, post Cotonou: La Société civile africaine réclame son intégration dans les prochaines assises


La Société Civile Africaine (SCA) entend désormais apporter sa pierre à l’édifice dans les prises de décisions en rapport au prochain partenariat ACP-UE, en vue. C’est dans ce cadre, qu’à l’issue de l’Assemblée Parlementaire Paritaire (APP) de Cotonou  qui s’est déroulée, le lundi 03 décembre 2018, certains membres des organisations de la société civile d’Afrique centrale et de l’Ouest, sous le leadership de la plateforme « Jeudis de Cotonou » du Cameroun et la Plateforme des acteurs de la société civile du Bénin (Pascib) ont lancé un cri  de cœur aux décideurs politiques et techniques. C’est à travers une déclaration donnée dans la soirée de ce lundi 03 décembre 2018 au siège de la Pascib à Cotonou (Bénin). A la suite du Président de la Pascib, Aurélien Atindégla qui a planté le décor, la porte-parole du groupe, Christine Andela, secrétaire permanente de « Jeudis de Cotonou » du Cameroun, a partagé les attentes de  la SCA, qui réclame la participation de toutes les Organisations de la société civile (Osc) d’Afrique sur les futures relations ACP-UE qui se dessinent. A ce titre, les conférenciers ont dans leur déclaration, relevé certains éléments qui caractérisent le contexte actuel de la mise en œuvre du partenariat. Ils sont, précisent-t-ils, entre autres, relatifs à l’intensification des réflexions globales sur l’avenir de la planète et sur l’avenir des relations Nord Sud sous le prisme de la coopération au développement, ces dix dernières années, ensuite de l’adoption de l’Agenda 2030 et de l’alignement des politiques nationales et régionales sur les ODD, de l’arrivée de nouveaux acteurs, surtout du sud reflété dans l’ampleur des investissements chinois en Afrique. Sans oublier la problématique de  financement du développement avec le Plan d’Action d’Addis-Abeba.

La société civile, une valeur ajoutée valable

Au regard de ce tableau ajouté à d’autres qui, n’augurent pas un lendemain radieux aux populations africaines, les conférenciers exigent qu’une participation significative et efficace de la société civile soit la meilleure valeur ajoutée au futur partenariat visiblement orienté par le commerce et les investissements, en ce qu’elle permettrait de sauvegarder certaines valeurs dites universelles pour un partenariat au service du bien-être des populations. Pour faire aboutir cette nécessité de joindre l’acte à la parole, la Société civile africaine a adopté trois résolutions et  recommandations qui se résument :  à l’engagement d’une société civile africaine auto organisée et plus déterminée, ensuite de  la valorisation de l’expertise d’une société civile actrice du dialogue politique aux niveaux local, national, sous régional et régional. Et enfin, à la construction  d’une base institutionnelle conjointe pour une participation efficace des OSC des ACP et de l’UE à la mise en œuvre de la coopération. Elle a n’a pas occulté d’exiger la mise en place d’un Secrétariat conjoint de la société civile ACP-UE chargé de promouvoir, recueillir et diffuser les contributions de la société civile sur le futur partenariat.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *