.
.

Le triomphe de la vérité

.

Confédération des pays membres de la Cedeao/Plaidoyer de Nicéphore Soglo et Obasanjo à la Cedeao et l’UA: 23 août date de commémoration de l’esclavage


Les anciens présidents Soglo, Obasandjo et Yayi

Les nombreuses pertes en vies humaines et la déportation de plusieurs millions de bras valides de l’Afrique vers les autres continents au cours de la traite négrière, ne sauraient rester vaines. Plus d’un siècle et demi après, les blessures de ce commerce honteux qui a vidé le continent noir de ses hommes et femmes, les anciens chefs d’Etats béninois, Nicéphore Dieudonné Soglo et Olusegun Obasanjo du Nigéria, respectivement vice-président et président du Forum des anciens chefs d’Etats et de gouvernements en Afrique, ont donné de la voix pour appeler à la prise de conscience de ce crime contre l’humanité. A travers une conférence publique tenue au Chant d’Oiseau, ce mercredi 24 octobre 2018 sous le thème : « La traite négrière (la plus grande déportation de l’histoire) et sur l’avenir de la Cedeao », qui a connu la présence d’anciens chefs d’Etat comme le président Boni Yayi, des ambassadeurs, des députés, des personnalités politiques et économiques, têtes couronnées, notables, professeurs d’universités, experts de tous ordres, élus municipaux, locaux et bien d’autres, les voix des initiateurs sont montées pour plaider pour la tenue d’une journée commémorative de la traite négrière dans la Cedeao et dans l’Union africaine. Cette journée sera commémorée le 23 août de chaque année dans tous les pays de la Cedeao et de l’Union africaine, en vue de rendre hommage à ces milliers d’africains déportés vers l’occident et qui ont connu plusieurs types de souffrances et d’atrocités. « Il faut que les Etats membres puissent donner de l’importance à cette journée internationale. Nous devons mobiliser toute la communauté internationale, scientifique, la jeunesse, la société civile, le directeur général de l’Unesco, à veiller à l’association étroite de l’organisation à cette commémoration et à ce que des activités visant à la promotion des valeurs de tolérance, de respect, d’acceptation et d’appréciation de l’égale dignité des êtres humains, ainsi qu’à la promotion du dialogue interculturel », a martelé l’ancien président Nicéphore Dieudonné Soglo.

Une monnaie unique et une force de sécurité propre aux Etats de la Cedeao

Vue partielle de quelques personnalités politiques présentes à la conférence

A la démarche de la commémoration du 23 août s’ajoute aussi la question liée à la monnaie unique et à la sécurité dans ses pays membres. Ceci, en vue de parvenir à la confédération et à l’union des pays membres de la Cedeao. « Il est temps que nous ayons une monnaie commune. Il faut aller étape par étape. Il faut commencer par la traite négrière et par la monnaie », déclare Nicéphore Soglo. L’un des points cruciaux est aussi la transformation de l’Ecomog en une force nationale avec des contingents nationaux. « L’Ecomog doit devenir une force nationale et que dans le budget de chaque Etat nous finançons cela pour notre sécurité. Nous devons aussi protéger nos pêcheurs, lutter contre le crime organisé et le pillage de nos ressources maritimes », ajoute le président Nicéphore Dieudonné Soglo. « L’heure est venue d’avoir une seule devise dans l’espace régional. La devise sera « Eco », annonce son homologue, Olusegun Obasanjo. « C’est notre responsabilité de savoir qu’une seule devise va aider à développer nos pays. Nous pensons que nous devons avancer et être en mesure de proposer à l’Union africaine, une journée internationale du Souvenir de la traite négrière et de son abolition», renchérit l’ancien chef d’Etat nigérian, Olusegun Obasanjo. Cet appel est soutenu par les leaders politiques et autres acteurs sensibles aux questions de liberté, d’union et de fédération des Etats membres de la Cedeao en une seule et unique nation.

Rastel DAN

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *