.
.

Le triomphe de la vérité

.

Edito: Un patriotisme fructueux


La ferveur patriotique était au rendez-vous ce mardi au stade de l’Amitié. Le public sportif mobilisé comme jamais, a poussé le Onze national tout au long du match dans une extraordinaire démonstration de foi patriotique. Un peu comme si les Béninois s’étaient donné le mot, ils étaient des milliers à remplir le stade, chantant et criant à tue-tête pour la victoire finale. C’est clairement l’un des facteurs motivant pour Stéphane Sèssègnon, Fabien Farnolle, Olivier Verdon et leurs coéquipiers qui se sont livrés à un match d’anthologie. Et comme il fallait s’y attendre, le carton rouge de l’arbitre zambien a décuplé la force mentale de l’équipe et de ses supporters. Les dix minutes d’arrêt de jeu n’ont pas suffi à émousser  les ardeurs non plus.  La fureur du public est restée intense jusqu’au coup de sifflet final, jusqu’à l’apothéose.

Le Bénin sort gagnant d’un défi colossal : il a administré  un patriotisme exemplaire. Le plus surprenant, si ce n’est même le plus excitant, c’est que toute cette déferlante intervient à la suite d’une défaite qui pouvait sonner la fin de tous les espoirs. Voyez donc ce que le patriotisme a fait : il a décuplé nos forces, transformé l’impossible en possible, transfiguré tout un peuple qui s’est mis à croire et à y croire jusqu’au bout.

Cette foi aveugle constitue dès lors une force motrice de toutes les victoires collectives. Elle est le terreau qui démultiplie les rages de vaincre, le carburant qui propulse une nation vers la réalisation de son destin.

Contrairement à ce que l’on peut croire, le patriotisme n’est pas inné. Il est une construction lente, qui se sédimente au long des péripéties de l’histoire, au long des souffrances collectives et des réalisations de la communauté. Jadis, il se construisait au cours des guerres, famines et autres malheurs frappant la communauté, l’obligeant à se souder pour ne pas périr. On était patriote par instinct de conservation, pour ne pas disparaitre collectivement. Les guerres de religion en Europe, les colonisations sanglantes, les famines successives qui firent des millions de morts sur ce continent, les épidémies qui y firent des ravages difficiles à  imaginer aujourd’hui ont permis, au long des siècles, d’y construire des nations relativement solides. France, Allemagne,  Danemark, Hollande, n’auraient jamais connu l’extraordinaire foi en la patrie que nous y voyons aujourd’hui, s’il n’y avait pas eu tous ces malheurs qui ont montré à chacun la nécessité de se mettre ensemble pour réaliser un idéal commun qui est la survie et la prospérité collective, le progrès de tous.

Alors questions : doit-on souffrir pour créer le patriotisme dans chaque Béninois ? Faut-il donc des guerres ou des cataclysmes naturels pour créer ce sentiment instinctif ? Non. L’humanité a aujourd’hui en sa possession des moyens plus subtils pour atteindre les mêmes objectifs.

Regardez bien les films américains. Il est presque impossible d’y voir une défaite de l’armée ou de la police américaine. Ce que ces productions cinématographiques nous montrent toujours, c’est la bravoure, l’intelligence et le sens du sacrifice des hommes en uniforme prêts à tout pour la grandeur de leur pays. C’est ce qui est enseigné à l’Américain dès son enfance : la grandeur de son pays.  Le cinéma y contribue énormément, étroitement surveillé en cela par des agences fédérales qui y veillent. La littérature, les médias ainsi que tous les centres de formations (écoles, universités, notamment) contribuent à leur manière à promouvoir la grandeur du pays. C’est pourquoi vous verrez rarement un Américain, un Chinois, un Japonais ou un Français critiquer son pays, ou son peuple. Ils sont formatés dès l’enfance pour adorer leurs terroirs. Sous nos yeux, nous voyons comment ces peuples sont capables  d’affronter même leurs tutelles  religieuses extérieures pour la grandeur de leur pays.

L’un des exemples les plus édifiants est le schisme dans l’église orthodoxe avec les Russes qui, au nom du patriotisme, se sont séparés  de Constantinople, ce lundi 15 octobre 2018. C’est une rupture historique jamais vue depuis l’an 1054 et qui dérive des rivalités entre la Russie et l’Ukraine. L’histoire moderne est pleine de ces cassures durant lesquelles des groupes entiers, pour la grandeur de leur pays, disent non, à tort ou à raison.

Pour réaliser d’autres exploits historiques, il est impérieux, aujourd’hui plus qu’hier, de trouver les moyens de structurer en chaque Bénin le patriotisme vainqueur qui nous a sauvés hier. Le défi est colossal mais pas impossible.

 

Par Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *