.
.

Le triomphe de la vérité

.

GIEC: Un rapport explosif sur l’état du climat


Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié dans la nuit de dimanche 7 à lundi 8 octobre 2018, un nouveau rapport sur le climat. Et comme on pouvait le craindre, le bilan est catastrophique et le GIEC demande aux nations d’agir au plus vite pour limiter le réchauffement climatique. Dans le cas contraire, la catastrophe sera planétaire.

Le bilan est plus qu’alarmant. Réchauffement climatique, disparition d’espèces et des catastrophes planétaires sont les fléaux auxquels nous assisterons à l’horizon 2100 selon le GIEC. Selon le dernier rapport en date du GIEC en effet, dans quelques années, nous assisterons à deux réalités : une planète affichant un réchauffement climatique de +1,5°C et une autre avec +2°C. Ce réchauffement peut engendrer des pluies torrentielles dans les pays comme le Royaume-Uni, l’Australie, la Chine ou encore le Brésil. Les scientifiques du GIEC déclarent dans leur rapport: « Au rythme actuel, nous allons atteindre les 1,5°C de réchauffement entre 2030 et 2052 ». Les émissions de gaz à effet de serre sont d’une grande responsabilité dans cette situation.
Des menaces sur la biodiversité
Dans cette catastrophe qui s’annonce, les êtres humains aussi souffriront, selon le GIEC. Avec 1,5°C supplémentaire en effet, le niveau des océans augmenterait de 48 cm et frapperait 46 millions de personnes. Avec 2°C de plus, les océans remonteraient de 56 cm et toucheraient 49 millions de personnes. Quant aux espèces, l’impact serait encore plus violent. Avec 2°C supplémentaires, 18% des insectes (contre 6% pour +1,5°C), 16% des plantes (contre 8%), et 8% des vertébrés (contre 4%) disparaîtraient.
Des solutions à portée de main
Il n’est pas trop tard pour bien faire. Selon Pierre Cannet, responsable du programme climat à WWF France, le rapport du 8 octobre se veut « être une feuille de route pour les États afin de limiter les effets du réchauffement climatique ». Pour les scientifiques, la préservation d’un réchauffement de 1,5°C peut limiter l’augmentation du niveau de la mer de 10 cm, et 10 millions d’habitants seraient ainsi préservés des catastrophes maritimes. La réduction des émissions des gaz à effet de serre peut être d’une grande utilité dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Vivendus Ahouada (Stag.)

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *