.
.

Le triomphe de la vérité

.

Éliminatoires Can 2019/Togo-Benin 0-0: Les Écureuils neutralisent les Éperviers et gardent le cap pour la qualification


Togo-Bénin 0-0

0-0. C’est sur ce score de parité que et les Éperviers du Togo se sont séparés, le dimanche 9 septembre 2018, au stade municipal de Lomé, dans le cadre de la 2e journée de la phase aller des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN/Cameroun 2019). Engagées dans la partie avec des intentions diverses, gagner pour se relancer (côté togolais) et tout mettre en œuvre pour continuer à garder sa chance de qualification intacte (côté béninois), les deux équipes ont tout donné sans réussir à marquer. Tout a commencé par ce 0-0 réalisé en première partie, malgré les velléités offensives observées de part et d’autre. D’abord, ce sont les joueurs de Claude Leroy, emmenés par Emmanuel Adebayor, qui ont essayé de mettre le turbo. Agressifs, rugueux et présents sur toutes les balles, ils ont assiégé le camp des Écureuils. Mais grâce à un dispositif 5-4-1 proposé par Michel Dussuyer et bien appliqué par un Stéphane Sessegnon des grands jours et ses coéquipiers, les Béninois ont repoussé les dangers au point de permettre à Fabien Farnolle de n’essuyer qu’un seul cadré qu’il a d’ailleurs bien capté. Dans ce rôle défensif, les Béninois n’ont pas pu produire du jeu. Ils n’ont obtenu qu’une seule occasion franche, à la 41e minute, mais le tir en pivot de Michael Poté n’a pas été suffisamment fort pour battre Bassa Djeri.

Les Écureuils métamorphosés
C’est en deuxième partie que les supporters béninois présents en grand nombre dans ce stade de Lomé ont retrouvé leur onze séduisant. Stéphane Sessegnon décide de faire parler sa technique. Il se montre présent dans les coups et oblige les Togolais à reculer. Le milieu de terrain se dégage. Jodel Dossou, Jordan Adeoti, Chams Deen Chaona et David Kiki jouent en combinaison et désorganisent la défense des Togolais. Mais les tentatives de Sessegnon, Adeoti et même de Steve Mounié, beaucoup trop esseulé dans l’attaque, n’ont pas fait mouche. Dominateurs, et surtout portés vers l’avant, les Écureuils ont tout de même eu quelques sueurs froides. Notamment, sur une action que le capitaine togolais a manqué de conclure à la 67e minute, et l’arrêt spectaculaire de Fabien Farnolle qui a sorti une claquette salvatrice à la 48e minute. Ainsi, rien n’a été marqué et c’est le Bénin qui réalise un bon coup en réussissant à rester collé à la tête du groupe, avec désormais un même nombre de points (4) que l’Algérie qui a été tenue en échec par la Gambie (1-1), à Banjul, un jour plus tôt.

Anselme HOUENOUKPO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *