.
.

Le triomphe de la vérité

.

Obsèques du journaliste culturel de l’Evénement Précis: Donatien Gbaguidi conduit à sa dernière demeure


La dépouille de Donatien Gbaguidi

Rappelé à Dieu, contre toute attente, le jeudi 16 août 2018 dans sa 34ème année, Donatien Amadji Gbaguidi, journaliste émérite, Chef du desk Culture et Arts à L’Evénement Précis, a été inhumé hier jeudi 6 septembre 2018 au cimetière d’Adjagbo dans la commune d’Abomey-Calavi. Une séparation assez douloureuse précédée d’une série d’hommages dignes du nom pour saluer sa mémoire et reconnaitre ses mérites que plusieurs acteurs, culturels et des médias, regrettent déjà.

Standing ovation des acteurs culturels, journalistes, artistes comédiens, chanteurs, présidents des associations des médias, et bien d’autres personnalités  ce jeudi tôt le matin, à l’arrivée de la dépouille du journaliste Donatien Amadji Gbaguidi, au siège du  Festival international du Bénin (Fitheb), ex-Ciné Vog à Cotonou. Après la levée du corps à la morgue, ‘’Les Anges’’ d’Abomey-Calavi, le cercueil de Donatien Gbagudi suivi de sa famille, de ses collègues du journal L’Evénement Précis avec à leur tête le Directeur de publication, Gérard Agognon,  n’a pas tardé à atteindre les lieux. Chants et danses funèbres soigneusement exécutés par la troupe de l’Ensemble des acteurs culturels Eac-Les archanges, celle de la Confédération béninoise de danse conduite par Aladé Koffi Adolphe, celle de l’artiste Gbessi Zolawadji et bien d’autres, ont traduit en deux heures d’horloge la lourde perte de cette valeur qui, de jour comme de nuit, travaillait et œuvrait inlassablement à la promotion de la culture et des artistes béninois. Donatien Amadji Gbaguidi dont les qualités séduisaient plus d’un, était un modèle dans l’univers des médias béninois au service de la promotion et du développement du secteur culturel.   « Donatien était un jeune homme assez grand, digne  et aussi de tous les combats », reconnait Josué Mèhouénou, secrétaire général du Réseau des journalistes et animateurs culturels du Bénin auquel appartenait aussi l’illustre disparu. Le président de la Confédération béninoise de la danse (Cobed), Koffi Adolphe Aladé avec qui Donatien a effectué son dernier voyage sur l’Italie, en août 2017, l’arrose de panégyriques avant d’exprimer son regret de le voir partir, si tôt. « Journaliste émérite et d’investigations, tu es calme, respectueux et très talentueux à la plume. Le monde culturel et des médias saluent ton engagement à informer, éduquer et sensibiliser les communautés sur toutes les questions liées au développement culturel de notre pays, de la sous-région et du monde », vante-t-il. Donatien Gbaguidi entretenait aussi des liens étroits de fraternité et de convivialité avec  certains acteurs culturels. L’un d’eux,  Gaston Eguédji, affligé par cette douloureuse séparation, promet continuer la lutte entamée par son frère, Donatien. « Donatien, si c’est le combat qui t’a emmené à cette étape, alors, je  le poursuivrai avec foi et détermination. Donatien n’est pas hypocrite. Il était loyal et faisait bien son travail. Si c’est le fait des hommes, Dona sera vengé. Mais si c’est le fait du Seigneur, Dona, reposes en paix », lance-t-il, en sanglots. « Donatien était mon confident et nous sommes devenus parents. Il est un homme honnête », ajoute la voix émue  l’artiste Gbessi Zolawadji.

Pour sa part, Gérard Agognon, Directeur de Publication de l’Evènement Précis où officiait Donatien Gbaguidi jusqu’à sa mort n’a pas manqué de rappeler ses derniers souhaits  qui, entre autres, étaient de veiller sur ses enfants, sa mère et sa sœur. Gérard Agognon est aussi revenu sur la priorité que Donatien accordait au travail, au prix de sa vie. « Donatien était un homme au service des autres. Il nous a beaucoup marqués et c’est une épreuve difficile pour nous, sa seconde famille, L’Evénement Précis. Sa voix, ses papiers culture nous manquent et nous manqueront », regrette-t-il en pleurs.

Le baptême, un souhait concrétisé avant son rappel à Dieu

L’oraison funèbre du rite d’absout exécuté sur la dépouille par le Curé de la paroisse Saint Jean Eudes d’Atrokpocodji, s’est aussi axé sur le regret de la perte de Donatien, dans la fleur de l’âge. Après les hommages rendus au Fitheb par la crème du monde culturel béninois, il a reçu l’onction finale de l’église catholique. Une démarche réussie par son souhait de recevoir, avant sa mort, le sacrement de baptême et celui des malades. Après avoir rappelé l’histoire de Job qui a exprimé sa foi au Seigneur après la tentation du diable, le père célébrant conseille dans son homélie, de remettre sa vie au Christ. « Aucun ne vit pour soi-même. Dans notre vie ou dans notre mort, on appartient au Christ. Ne craignez point », enseigne-t-il, avant de convier l’assistance à avoir une pensée à la famille du défunt, principalement à sa femme et ses enfants. Une invite qui représente l’un des derniers souhaits de Donatien Amadji Gbaguidi. L’eau aspergée sur sa dépouille en rappel de son baptême et l’encens, pour accompagner les prières vers le Père Céleste, ont mis un terme au rite d’absout.  Suivra ensuite  l’inhumation du talentueux journaliste culturel au cimetière d’Adjagbo, dans la commune d’Abomey-Calavi, où il repose désormais.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *