.
.

Le triomphe de la vérité

.

Tribunal de première instance de Cotonou: Le Procureur Mario Mètonou face aux défis de l’heure


Mario Mètonou, nouveau Procureur de la République près le TPI de Cotonou

Le tout nouveau Procureur de la République près le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou, nommé en Conseil des Ministres le 24 juillet dernier, a été officiellement installé dans ses fonctions, le 29 août. Tout comme son prédécesseur Gilbert Ulrich Togbonon qui est resté en contact permanent avec les médias sur ses actions, Mario Mètonou a dévoilé sa feuille de route lors d’un point de presse qu’il a animé quelques heures seulement après son installation. Il a énuméré trois mots pour résumer le modèle sur lequel il pense miser sa gestion. Il s’agit de la célérité, de l’efficacité et de la transparence. Pour le nouveau Procureur, il serait question non seulement d’accomplir sa mission sans faille, mais aussi de contribuer à la mise en œuvre de la politique pénale du gouvernement en renforçant les acquis de ses prédécesseurs. Le premier défi, celui de la célérité consistera selon le procureur Mètonou, à traiter les procédures dans les délais raisonnables. «Avec la contribution du parquet, ces procédures ne feront plus l’objet de plusieurs renvois», a-t-il indiqué. Le deuxième défi est celui relatif à l’efficacité dans le traitement des procédures. Cela suppose un encadrement effectif des officiers de police judiciaire dans la gestion des enquêtes. Concernant le dernier défi, celui de la transparence, il sera relevé à travers la mise en place d’un système d’échanges, d’informations efficaces. Le procureur entend également faire de la lutte contre la corruption et l’impunité, son cheval de bataille. « Cette lutte sera implacable à la hauteur de la détermination du gouvernement à enrayer ce fléau. La reddition des comptes sur les dossiers sensibles sera systématisée. Notre action à la tête du parquet ne consistera pas seulement à sauver les acquis, mais également à aller plus loin, notamment dans la lutte contre l’impunité et les lenteurs procédurales», a-t-il insisté avant de conclure : «Il faudra dans une marche irréversible abattre toutes les frontières de l’impunité pour enfin apporter aux Béninois la preuve qu’ils vivent dans un véritable État de droit dans lequel tous les citoyens sont soumis à la règle de droit». Ceci, pour donner la preuve de ce qu’il ne s’est pas retrouvé à ce poste par miracle, mais parce qu’il a une vision claire de la dynamique qui est mise en place par le premier magistrat du Bénin, le président Patrice Talon.

Yannick SOMALON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
1Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *