.
.

Le triomphe de la vérité

.

Lutte contre l’usage des pesticides et fertilisants chimiques au Bénin: Nicéphore Soglo appelle les gouvernants à plus de précautions


Nicéphore Dieudonné Soglo convie les autorités au principe de « précaution »

La polémique autour du glyphosate suscite la réaction de Nicéphore Dieudonné Soglo. L’ancien président et ancien maire de la ville de Cotonou est monté au créneau lundi dernier pour convier les autorités béninoises à opter pour le principe de précaution en vue de sauvegarder la vie des populations.

Lire ci-dessous le communiqué du Président Maire, Nicéphore Dieudonné Soglo

Cotonou, le 27 août 2018

Pays essentiellement agricole, le Bénin ne peut rester plus longtemps à l’écart du débat international sur les dangers potentiels de l’utilisation des engrais et des insecticides.
Le Ministre de l’Agriculture, dont je respecte la compétence, est sorti de son silence. De sa déclaration, on retient que le glyphosate est utilisé pour le désherbage des champs avant l’installation des cultures (coton et autres,…) afin de réduire la pénibilité du travail des producteurs et combler le déficit en main d’œuvre. Son utilisation réduit ainsi de façon significative la concurrence des mauvaises herbes.
Mais, le 10 mars 2015, nous dit aussi le Ministre, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) qui dépend de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classe le glyphosate comme ‘’cancérigène probable pour l’homme’’. Or d’après le dictionnaire français LAROUSSE, ‘’probable’’ signifie qui a beaucoup de chance de se produire, vraisemblable. Certes, le 12 novembre 2015, l’Agence de Sécurité Alimentaire Européenne (EFSA) et le 12 février 2016, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation de l’Environnement et de Travail (ANSES) de France ont une opinion contraire ainsi que les agences de sécurité sanitaire.
Voilà qu’à nouveau, le 15 mars 2017, l’Agence Européenne des Produits Chimiques (ECHA) déclare à son tour que l’usage du glyphosate pourrait causer des légions oculaires graves sur le long terme.
Et enfin le 10 août 2018, MONSANTO le géant américain de l’agro business a été condamné à 289 millions de Dollars en première instance par un tribunal américain pour n’avoir pas inscrit sur l’étiquette il y a vingt ans, la mention ‘’si on n’utilise pas correctement le ROUNDUP, il y a danger’’.
Nous voilà en présence de deux opinions tranchées sur la vie, la mort, la santé et la richesse. Et chacun sait qu’ ‘’entre deux maux, il faut choisir le moindre’’. C’est le principe de précaution. C’est ma position.
Cotonou, le 27 août 2018

Nicéphore D. SOGLO
Ancien Président de la République
Ancien Maire de la ville de Cotonou
Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique, créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

2 thoughts on “Lutte contre l’usage des pesticides et fertilisants chimiques au Bénin: Nicéphore Soglo appelle les gouvernants à plus de précautions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *