.
.

Le triomphe de la vérité

.

Finance digitale: L’ACFB dématérialise ses produits et services


Donner plus de visibilité à la plateforme de digitalisation des produits et services de l’Acfb, et montrer toute son importance à la population cible et à tous les acteurs du système financier, tant au niveau national que régional.C’est l’objectif premier de cet atelier au cours duquel le projet de finance digitale de l’Acfb a été présenté dans ses moindres détails. Il s’agit d’une plateforme qui favorise le suivi des caisses de financement à la base sur le terrain en mode Offline via des tablettes. La plateforme favorise aussi des opérations telles que l’adhésion des personnes physiques ou des groupes, le dépôt, l’enregistrement des demandes de crédit. A tout ceci s’ajoute la synchronisation des données des tablettes avec celles du serveur une fois au bureau, par le promoteur de caisse. A l’ouverture de l’atelier, Emmanuel Gahou, le Directeur de l’Acfb a présenté les avantages de la plateforme. « Avec cette solution, il y a une célérité dans le traitement des dossiers de crédit. Il y a une grande limitation dans les ressaisies des données, une réduction significative des risques d’erreurs et les modifications fantaisistes des informations relatives au dépôt de garantie progressive de nos adhérents sont fortement limitées. Il y a une grande sécurité des adhérents par rapport à leurs avoirs, et il y a aussi le renforcement du dispositif du suivi au niveau de tous nos points de service », a-t-il listé. Emmanuel Gahou s’est aussi réjoui de l’élimination constatée, de plus des 2/3 des supports papiers utilisés dans le système, grâce à la solution de digitalisation.Egalement président de l’Association professionnelle des systèmes financiers décentralisés du Bénin (Apsfd-Bénin) et président de la Fédération des Apsfd de l’Uémoa, Emmanuel Gahou, qui a tenu à « saluer les techniciens de Cagecfi qui ont fait un travail remarquable », a appelé les Systèmes financiers décentralisés (Sfd) du Bénin à s’unir pour réussir le défi de la finance numérique. «Si nous allons en rangs dispersés dans la finance digitale, les fauves auront raison de nous et décimerons tout le troupeau que constituent les Sfd. Avec la numérisation de la finance, le secteur de la microfinance est en proie à une grande révolution qui risque d’être dangereuse pour les Sfd si ces derniers ne prennent pas leurs responsabilités », a-t-il prévenu.Amèvo Léon Kodjo Houndjago, le directeur général de Cagecfi a exhorté les Sfd du Bénin à emboîter le pas à l‘Acfb, « à prendre le train de la digitalisation, à s’embarquer courageusement et avec grande conviction dans le monde du numérique pour que vive un secteur financier moins risqué, pourvoyeur d’emplois et créateur de richesses ». René Azocli, le Directeur des opérations de Pamiga a mis l’accent, en ce qui le concerne, sur l’obligation aujourd’hui, pour les institutions de microfinance, à emprunter le chemin du numérique : « On ne peut plus continuer à travailler comme par le passé. Les institutions de microfinance de demain sont celles qui vont s’engager dans le numérique. Celles qui aujourd’hui ne pensent pas du tout au numérique sont déjà mortes sans le savoir ». Un film a été projeté et donné l’occasion à l’assistance de mieux s’imprégner de la solution de digitalisation des produits et services de l’Acfb. Une séance de questions-réponses a par la suite permis aux organisateurs d’éclairer la lanterne de quelques participants à l’atelier.

Flore S. NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
1Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *