.
.

Le triomphe de la vérité

.

Demande d’autorisation de poursuites adressée au Parlement: Le sort de 5 ministres de Yayi bientôt scellé


Les cinq Ministres de Yayi en question

Leurs dossiers refont à nouveau surface au parlement. Les demandes d’autorisation de poursuite de 5 anciens ministres de Boni Yayi sont inscrites à l’ordre du jour de la 3ème session extraordinaire qui démarre le lundi 27 août prochain. Il s’agit de Komi Koutché, Valentin A. Djènontin, Fatouma Amadou Djibril, Aboubacar Yaya, Simplice D. Codjo. Ces demandes ont été formulées par le Procureur général près la Cour d’appel de Cotonou, qui leur reproche différents faits. Komi Koutché est interpellé pour répondre de sa gestion au niveau du Fonds national de microfinance dont il a assuré la direction générale dans le temps. Valentin A. Djènontin et Fatouma Amadou Djibril, tous ministres au moment des faits, devront répondre devant les tribunaux, de la gestion de la filière coton lors des campagnes antérieures, du fait des postes de responsabilité qu’ils avaient assumés. Le premier présidait à l’époque le comité interministériel en charge de la filière coton et la seconde assumait la charge de ministre de l’Agriculture. Quant au ministre Aboubacar Yaya, il est interpellé sur le dossier de concours frauduleux organisés par le ministère de la Fonction publique dont il avait la charge. Simplice Codjo, alors ministre de l’Intérieur, est lui rattrapé par un dossier de primes destinées aux agents de police.

La moisson est grosse donc pour l’Assemblée nationale qui, sans doute, donnera son avis sur chacun des cas lors de la session extraordinaire qui s’annonce. Les débats, comme on peut l’imager, s’annoncent vifs et rudes au sein de l’hémicycle et même au niveau de l’opinion publique, suivant les sensibilités politiques des uns et des autres. D’aucuns présagent déjà de l’avis favorable de l’Assemblée nationale pour ces demandes d’autorisation de poursuites des anciens ministres, au regard de la configuration actuelle avec la soixantaine de députés dont dispose la majorité parlementaire. Selon des indiscrétions, elles pourraient passer comme une lettre à la poste, comme ce fut le cas très récemment avec les demandes de levée d’immunité à l’encontre toujours du député Djènontin, et de deux autres, Idrissou Bako et Atao Hinnouho.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *