.
.

Le triomphe de la vérité

.

Colloque scientifique sur le développement de la Vallée de l’Ouémé à Dangbo: Mobilisation pour la valorisation du patrimoine culturel et le potentiel touristique du pays Wémè


Vue des participants au colloque sur le développement de la Vallée de l’Ouémé

Les cadres et personnalités natifs de la Vallée de l’Ouémé et des professeurs-chercheurs émérites des universités nationales du Bénin réfléchissent depuis ce mardi 21 août 2018 à Dangbo, sur le développement des quatre communes de la région. C’est à travers un Colloque scientifique sur le pays Wémè organisé par le Centre international de recherches et d’études francophones (Ciref) du Professeur Adrien Huannou.

A l’ouverture des travaux ce mardi à l’Institut des Mathématiques et sciences physiques de Dangbo en présence du Recteur de l’université d’Abomey-Calavi, cadres à divers niveaux, autorités religieuses, têtes couronnées, sages et notables, c’est le Secrétaire général de la mairie Nicole Togbé, représentant le maire, qui a ouvert le bal des allocutions. A sa suite, le Directeur du Ciref a rappelé le contexte dans lequel l’initiative a germé. Prof titulaire émérite Adrien Huannou a souligné qu’il porte l’idée depuis la Conférence des Forces de la Nation de 1990. « J’ai décidé, avec d’autres chercheurs scientifiques, d’organiser ce colloque pour révéler le pays Wémè aux Wémènou, aux autres Béninois et au monde entier » : ainsi a-t-il planté le décor avant de lever un coin de voile sur l’objet de ce colloque. « … L’objet de cette rencontre scientifique tient en une série d’interrogations dont voici les plus importantes : Quand et comment s’est fait le peuplement du pays Wémè au fil des siècles ? Comment se fait-il que plusieurs localités du pays Wémè portent le même nom ‘’Abèokuta’’ ? Quelles sont les principales caractéristiques de la langue Wémè-gbé ? Qu’est-ce qui fait la différence entre le Wémègbé, le Goun-gbé, le Fon-gbé, le Adja-gbé ? Comment faire des potentialités agricoles, économiques et touristiques et des nombreux atouts, des instruments de notre réel développement ? (…)Nous nous sommes retrouvés ici à Dangbo, au milieu de ce beau paysage, pour tenter de répondre à ces interrogations et à bien d’autres et pour apprendre à connaitre les origines historiques et culturelles du pays Wémè, pour découvrir redécouvrir et révéler à nous-mêmes et aux autres, le patrimoine culturel et le potentiel touristique du pays Wémè, et pour commencer l’élaboration d’outils pédagogiques qui aideront à mieux parler le Wémègbé, à l’apprendre, à le réapprendre et à l’enseigner », a expliqué Adrien Huannou. Il a ensuite rendu un hommage à ses aïeux dont l’ancien ministre de l’éducation feu Oké Assogba, qui a suscité en 1960 à Adjohoun chez les jeunes étudiants de l’Ouémé d’alors, l’intérêt que revêt la connaissance de ses propres origines. La rencontre de Dangbo permettra, va-t-il ajouter, « de tracer aussi les sillons qui nous mèneront vers un futur moins sombre que notre présent pitoyable et pour chercher et trouver avec les yeux de la science les clés du développement du pays Wémè. » Il s’agit là d’une noble ambition des cadres émérites et jeunes ressortissants de la région (Prof Norbert Hounkonnou, John Igué, Prof Bienvenu Koudjo, Pascal Todjinou, Antoine Bonou, Raphaël Dégbédji, Pélagie Oké-Assogba, Zakiath Bonou-Gbo, Laurent Faton et bien d’autres) et qui se justifie par la pertinence du thème choisi : « Le pays Wémè d’hier à demain : Histoire, culture et développement ». Et pour y arriver, plus d’une vingtaine de communications seront animées pendant les trois jours de travaux. La communication inaugurale intitulée : « Les initiatives de mise en valeur des potentialités nationales de la vallée de l’Ouémé ; des origines jusqu’à nos jours » a été développée ce mardi par le Professeur John Igué, Spécialiste des questions de développement. Les échanges ont porté sur le plan stratégique de développement de la Vallée de l’Ouémé, l’exploitation des richesses naturelles du pays Wémè et comment mettre ces ressources au service du développement des quatre communes de la région.

Ensuite, dans le but d’inciter de nouvelles recherches sur le pays Wémè, le Centre international de recherche et d’études francophones a décidé de faire compétir les chercheurs à travers leurs travaux. Il a été donc créé « Le prix Ciref pour la révélation du pays Wémè ». Au terme de l’examen minutieux des productions par le Jury mis en place le 09 août dernier, le prix de cette première édition a été  attribué à ZakiathBonou-Gbo. Elle a été récompensée ce mardi à Dangbo. Il faut noter qu’au terme de la rencontre, les 25 communications développées seront consignées dans un livre accessible à tous les chercheurs, le peuple Wémè, l’ensemble des Béninois et aux étrangers intéressés par l’histoire du pays Wémè. Il pourrait également servir de guide aux décideurs pour le développement de la Vallée de l’Ouémé. Le jeudi prochain, il sera mis en place au terme des trois jours de réflexions, une Commission nationale linguistique du Wémègbé.

 

ILS ONT DIT

Professeur Bienvenu Koudjo, Co-Organisateur:

 

« Le premier sentiment est celui de la fierté, la joie de voir une œuvre que nous avons projetée se réaliser. Le second sentiment, c’est une aventure qui commence et ce sera une aventure merveilleuse pour révéler le pays Wémè pour que les potentialités pour le développement de Wémè se révèlent ici et que tout le monde prenne conscience de la nécessité d’y participer. La Culture est à la base de tout développement. Ce sont les ressources humaines qui font le développement. Il faut donc que les ressources humaines du pays Wémè se reconnaissent d’abord Wémènou, originaires et participants à ce développement. Tant qu’ils ne se reconnaitront pas comme des hommes ayant le devoir de participer, Wémè ne décollera pas. Il y a ensuite le développement économique qui donne les moyens aux hommes et aux femmes de vivre et d’être heureux dans leur environnement. Le Wémè doit aussi révéler sa diversité… »

 

Pascal Todjinou, Natif d’Affamè/Bonou :

 

« Je voudrais remercier particulièrement le Professeur Huannou pour l’initiative. Ce que j’attends du forum, c’est la valorisation de ma langue Wémègbé qui m’intéresse. Vous savez, vers les années 1965, à la radio  nationale, on parlait le Wémègbé. On faisait même le conte en langue Wémè jusqu’en 1970 et ça a été porté disparu. Si le Prof Huannou a eu le courage d’organiser un tel colloque sur le développement de la langue Wémègbé, il faut l’encourager. Je crois que si ce qui se passe ici aujourd’hui peut avoir des effets continuels, nous aurons réussi quelque chose de très importante. L’essentiel pour moi, c’est la suite. »

 

Antoine Bonou, Coordonnateur général de Wémèxwé :

 

« Nous avons rassuré toute l’assistance tout à l’heure que nous allons mettre en œuvre tout ce qui sortira de ce colloque pour faire avancer notre fête identitaire. Si vous prenez les documents officiels de Wémèxwé, il y a un article qui parle de l’art culinaire de Wémè et tout ce qui est culture et qu’on vient d’évoquer à ce colloque. Nous avons déjà fait un premier colloque ici à Dangbo à l’hôtel Behova il y a quatre ans, je crois bien. Ce nouveau colloque vient donc renforcer ce qu’il y avait eu et nous allons mettre ensemble les résolutions de ces colloques pour développer la Vallée. C’est des cadres de la Vallée qui ont fait ces travaux. Et c’est le lieu de les remercier et de vous rassurer que tout ce qui découlera de ce colloque sera non seulement pris en compte par la Coordination de Wémèxwé mais aussi, nous allons tenir compte des recommandations pour parfaire ce qui n’était pas bien fait. »

 

Aristide Gonsallo, Evêque de Porto-Novo :

 

« Je voudrais m’inspirer de ce que le Pape a dit pour dire ce que j’ai à dire. En fait, le Pape a eu à rencontrer les religieuses et religieux. Et il insistait auprès de la jeunesse de s’inspirer de la sagesse des anciens. Il a demandé aux jeunes religieux d’aller puiser à la source de leurs aînés pour s’enrichir et pour continuer la route. Et je crois que c’est l’une des belles manières de mettre en pratique ce que le Prof Adrien Huannou a dit, il y a un instant en citant les tresseurs de Corde. Il nous faut tisser la nouvelle corde au bout de l’ancienne. Je voudrais que ce colloque mette un accent sur la jeunesse en pays Wémè. Cette année est consacrée dans l’église à la jeunesse. En demandant donc que l’accent soit mis sur la jeunesse, je voudrais qu’on invite les jeunes à puiser aux racines de leurs cultures parce que malheureusement, avec les nouveaux moyens de communication, les jeunes ont tendance à connaitre ce qui se passe ailleurs en ignorant ce qui se passe chez eux. Je voudrais que ce colloque attire leur attention sur l’importance du ressourcement, de l’histoire et de la culture en vue du développement »

Germin DJIMIDO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *