.
.

Le triomphe de la vérité

.

Santé publique: Plaidoyer pour un meilleur traitement des dialysés


Les dialysés béninois continuent d’être soumis aux insuffisances relevées dans le déroulement de l’opération. Une opération d’épuration de sang qui n’est malheureusement pas accessible à tous, dans un meilleur temps. Sur les plateaux de l’émission dominicale «Carte sur table» de la radio Océan Fm, hier dimanche 12 août 2018, Edmond Amoussou, secrétaire général permanent du Réseau des associations des hémodialysés et insuffisance rénaux de l’espace Uemoa (Rachi Uemoa), est revenu sur les défis à relever dans ce domaine en vue d’assurer un meilleur traitement des malades béninois. Selon lui, la situation qui prévaut au Centre national hospitalier universitaire (Cnhu) laisse à désirer, vu qu’il représente le seul centre de référence qui connait une affluence de malades venus de plusieurs régions du pays. Cette situation laisse les malades dormir à la belle étoile avant de se faire dialyser et conduit à un « mauvais fonctionnement de la dialyse qui se fait 24h sur 24 ». « Ceux qui font la dialyse de 0h à 6h du matin ne font pas une bonne dialyse. Vous pouvez avoir toute la volonté du monde mais la machine commence par se fatiguer. La question de dialyse est une question d’heure. Il faut prévoir trois séances de dialyse. Il faut couper les machines à partir de 00h, permettre aux machines de se reposer et reprendre à 6h avec ceux qui viennent se faire dialyser dans la journée », propose-t-il. Edmond Amoussou félicite le gouvernement du chef de l’Etat Patrice Talon pour les efforts consentis dans le domaine de la santé et plaide pour une décentralisation des centres de dialyse dans chaque département du pays. Il convie aussi le gouvernement à équiper le centre de dialyse de la commune d’Abomey qui est rangé aux oubliettes, afin de désengorger le Cnhu et parvenir à un meilleur traitement des malades, à œuvrer pour le renforcement de l’effectif des médecins qui, sur le plan national, ne sont que 4 pour 300 malades dialysés. Pour finir, le secrétaire général permanent du Rachi-Uemoa compte sur les réformes du gouvernement pour que sorte des tiroirs du ministère de la santé, la proposition de loi relative au meilleur traitement des malades de l’insuffisance rénale chronique et déroulement de la dialyse au Bénin.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
1Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *