.
.

Le triomphe de la vérité

.

Double emploi en santé/Service public-privé: D’importantes clarifications du ministre de la santé


Le ministre de la santé donnant des explications

A la faveur d’un point de presse qu’il a tenu hier, jeudi 26 juillet dans son cabinet, le ministre de la santé,  Benjamin Hounkpatin a donné d’amples  clarifications sur la mesure prise et les modalités de sa mise en œuvre. Lire ci-après un extrait de ses propos.

  « ..L’offre de soins est assurée dans notre pays par un secteur public et un secteur sanitaire privé. Les centres de santé et hôpitaux publics sont animés par un personnel médical et paramédical et un personnel administratif qui sont des fonctionnaires ou agents contractuels de l’Etat.

L’article 9 de la loi N°97-020 du 17 juin 1997 fixant les conditions de l’exercice en clientèle privée des professions médicales et paramédicales prévoit la possibilité d’autorisation d’exercice en clientèle privée pour les fonctionnaires de l’Etat. Mais force est de constater que le personnel du secteur public, se retrouve la plupart du temps à exercer cumulativement des activités privées de soins, soit dans des structures privées formelles, soit par des pratiques médicales individuelles et à domicile, sans aucune autorisation préalable. C’est le cas notamment des praticiens hospitaliers ou hospitalo-universitaires qui consacrent peu de temps à leurs obligations dans les hôpitaux publics, obligations pour lesquelles ils sont pourtant rémunérés par l’Etat. Cette situation de double appartenance a de graves conséquences sur la qualité des soins dans nos hôpitaux publics, obligeant les patients à recourir par contrainte au service des mêmes praticiens, indisponibles à l’hôpital mais présents pour l’offre des soins en privé. Ainsi, le service public médical qui, par principe est un service d’intérêt général, est transformé en un service marchand par des voies détournées, au mépris des règles d’éthique et de déontologie qui caractérisent la profession.

Le Gouvernement ne peut rester longtemps indifférent à ce dysfonctionnement aux conséquences très graves sur la santé des populations. Il urge que des mesures vigoureuses soient prises pour assurer une présence effective des professionnels de la santé, fonctionnaires ou agents contractuels, notamment les praticiens hospitaliers et praticiens hospitalo-universitaires, dans les centres de santé ou hôpitaux publics.

 Pour assurer donc une meilleure disponibilité du personnel public affecté aux services des centres de santé et hôpitaux publics afin d’offrir des soins de qualité à nos populations, le Conseil des ministres, en sa séance du 25 juillet 2018, a décidé de suspendre toute délivrance d’autorisation d’exercice en clientèle privée aux agents publics, fonctionnaires ou contractuels et de révoquer celles en cours jusqu’à nouvel ordre.

Les agents concernés ont jusqu’au 30 août 2018, pour choisir en toute liberté et sans contrainte, entre se consacrer à leurs activités dans le privé ou rester au service de l’Etat. En tout état de cause, la date du 1er septembre 2018 marquera le début des contrôles sur toute l’étendue du territoire national.

Toutefois, comme en dispose le décret pris à cet effet, les médecins anesthésistes réanimateurs, les infirmiers et les sages-femmes anesthésistes bénéficieront temporairement d’une dérogation du fait de la faible ou quasi inexistante couverture du secteur privé par ces corps qui constituent un maillon essentiel dans la chaîne de prise en charge médico-chirurgicale. Un arrêté de mon département ministériel précisera les modalités qui encadreront cette dérogation.

 Je voudrais donc en appeler au sens patriotique et de responsabilité de tous les professionnels de la santé, agents publics pour le respect strict de ces décisions qui sont des mesures visant à mieux organiser l’exercice en clientèle privée des professions médicales et paramédicales dans notre pays.

Je voudrais également rassurer toute la population béninoise des villes et des campagnes que le Gouvernement veillera toujours, en tout temps et en tout lieu, à la primauté de l’intérêt général sur l’intérêt particulier. Ainsi, toutes les dispositions seront prises progressivement pour offrir à toutes et à tous, des soins de qualité, à moindre coût et accessibles, sans distinction de couche sociale, d’âge, de sexe ou de résidence… »

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

One thought on “Double emploi en santé/Service public-privé: D’importantes clarifications du ministre de la santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *