.
.

Le triomphe de la vérité

.

Développement de la filière palmier à huile: Rock Apollinaire Aho et son équipe impriment une marque fructueuse au CODA-BENIN


A travers un entretien accordé à « L’Evénement Précis », le Directeur général adjoint du Complexe oléagineux d’Agonvy explique les difficultés connues par CODA-BENIN, les mesures engagées et dit toute sa gratitude au Président Talon.

Le complexe oléagineux d’Agonvy (CODA), situé dans l’arrondissement d’Ikpinlè, l’un des six de la commune d’Adja – Ouèrè, est créé suite à la privatisation de la SONICOG, le 1er  juillet 1997. L’Etat avait choisi de vendre les outils industriels et laissé les palmiers à huile aux coopérateurs. Avant cette privatisation, trois sociétés fonctionnaient. Il s’agissait de trois huileries: Agonvy, Hinvi et Houin – Agamè. Précisons que CODA est la seule usine prise par un national, les huileries de Hinvi et de Houin- Agamè étant achetées par des Ivoiriens. Selon le responsable des ressources humaines de CODA-Bénin, Thierry Assoutan, « les difficultés ont commencé très tôt et se déclinent en deux paliers : la bataille juridique entre les actionnaires conduisant à dix (10) ans d’administration provisoire, ce qui a affaibli la promotion de la filière et la seconde difficulté réside dans l’approvisionnement de la matière première que constituent les  régimes de palme, empêchant ainsi l’usine de satisfaire parfaitement les nombreuses demandes d’huile rouge.

 

Un an après la création de CODA-Bénin, soit en 1998, elle a fait 42000 tonnes de régimes. Mais depuis lors, jamais la société n’a plus atteint ce seuil. Nous sommes dans le libéralisme économique où l’on peut vendre les régimes de palme à qui l’on veut. Le chef des ressources humaines de Coda – Bénin, rappelle aussi  les dispositions du décret 61-26, 61-27 qui consacrent que les zones occupées par des plantations des palmiers sont déclarées “ zones d’utilité publique”. «… A ceux qui occupent les domaines publics, c’est à leurs risques et périls…» , dit-il.

Le DGA/Coda a abondé dans le même sens puis renchérit : « Coda a connu durant des années des heures assez chaudes résultant des incompréhensions et des disparités observées à l’Union régionale des coopératives d’aménagement rural (Urcar) Grand Agonvy. La gestion sans orthodoxie administrative et collégiale des anciens responsables occasionnant la non disponibilité en quantité suffisante des matières premières dont CODA a besoin pour son réel fonctionnement, la guerre de leadership née entre coopérateurs ayant coûté la vie à plusieurs citoyens…sont autant de situations qui ne facilitaient guère le tonnage de régimes que notre unité de production devait consommer par an» ,  explique Rock Apollinaire Aho. Il salue les réformes engagées déjà dans la filière palmier à huile par le Président Patrice Talon; lesquelles réformes augurent d’un meilleur avenir à cette filière porteuse de développement économique. Il dira qu’ « on note aujourd’hui un changement positif à Coda – Bénin avec la mise sur pied d’un comité paritaire transitoire à l’Urcar Grand Agonvy qui travaille à la disponibilité des régimes même si ce n’est pas encore la quantité souhaitée…tout ceci à l’actif du chantre de la « Rupture » et du  » Nouveau départ  » et des techniciens du monde vert que nous sommes…». Selon lui, la gestion des nouveaux responsables de ce comité paritaire de l’Urcar avec la politique de replantation initiée, favorise le redressement de cette filière agricole et permet aux uns et aux autres d’oxygéner leur quotidien.  Après le déclin dû à plusieurs facteurs énumérés et au règlement des conflits à l’Urcar  avec l’implication   du Préfet, Daniel Valère Sètonnougbo du Plateau, de concert avec le procureur de la République près le tribunal de 1ère  instance de 2ème  classe de Pobè, Coda – Bénin a de beaux jours devant lui. Signalons que désormais les choses ont commencé par changer dans la gestion des dix sept (17) coopératives d’aménagement rural (Car) que regroupe l’Urcar (la faîtière des Car) qui est le principal fournisseur de matière première à l’huilerie Coda. Aussi, faut – il constater que les travailleurs de toutes ces structures sœurs, à l’unisson, disent leur gratitude au Président Talon pour sa clairvoyance en vue de la promotion du palmier à huile et son engagement à juguler les crises et instaurer un climat de paix et de confiance dans la dynamique d’un réel essor économique du Bénin. Le Dga/Coda- Bénin a dit nourrir d’espoir avec les stratégies que les dirigeants de cette unité oléagineuse  mettent en place pour l’approvisionnement en matières premières afin de faire fonctionner régulièrement les machines. « Nous achetons aussi des régimes chez des privés pour compenser nos besoins… Nous souhaitons un accroissement qualitatif et quantitatif de la matière première pour l’atteinte des objectifs …», a notifié Rock Apollinaire Aho qui exhorte les acteurs impliqués dans la filière à une sincère collaboration pour lui redonner  ses lettres de noblesse et en faire un pôle de développement.

 

Pierre – Claver ADJAGNON

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *