.
.

Le triomphe de la vérité

.

Revue après action de la fièvre de Lassa: Les capacités de préparation, de détection et de riposte du Bénin renforcées


Vue partielle des participants à la RAA de la semaine dernière à Grand-Popo

Le ministère de la Santé a organisé avec l’appui de l’Oms, les 18, 19 et 20 juillet derniers à Grand-Popo, une Revue après action (Raa) de l’épidémie de la fièvre hémorragique à virus Lassa (Fhvl) que le Bénin a connu de janvier à mars 2018. Espace d’échange d’expériences et d’apprentissage mutuel, cette revue a réuni, en plus des experts de l’Oms venus deGenève, de Dakar, du Togo et du Bureau de pays de l’Oms du Bénin, des cadres du ministère de la santé et des participants de plusieurs zones sanitaires.

Contribuer au renforcement des capacités de préparation, détection et riposte aux urgences de santé publique et la réduction de leur impact à travers une revue après action de la riposte à l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Lassa. C’est l’objectif global de cette revue. Selon Landry Mayigane, point focal Raa à Genève, siège de l’Oms, il s’agit d’une activité qui fait partie des mécanismes utilisés dans le cadre des suivis après action que les pays membres de l’Oms utilisent pour suivre la mise en place des capacités dans le cadre du Règlement sanitaire international. Au cours de la revue organisée à Grand-Popo, 5  étapes ont été retenues. La première a consisté, pour les participants ayant pris part à la réponse à l’épidémie, à faire le point ce qui était en place avant sa survenue. A la deuxième étape, les participants se sont penchés sur ce qui s’est réellement passé, ce qui a permis de faire une chronologie des différentes activités et actions entreprises en matière de riposte. La troisième étape,qui est celle de l’analyse, a permis d’identifier les bonnes pratiques de même que les lacunes relevées dans la réponse à l’épidémie. La quatrième étape a permis aux participants de faire des propositions d’actions qui devront permettre, non seulement de corriger les faiblesses, mais aussi de prendre en compte les bonnes pratiques à dupliquer lors d’une éventuelle prochaine épidémie. Pour la cinquième étape, les participants éclatés en groupes de travail ont fait un certain nombre de propositions d’activités relatives à la coordination, la surveillance, la prise en charge et la communication.

Flore NOBIME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *