.
.

Le triomphe de la vérité

.

Jacques Ayadji à propos de la naissance d e son parti: « Moele-Bénin vise à adapter les élites béninoises aux réformes du gouvernement »


Le DGI Jacques Ayadji lors de la conférence de presse

Le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), porté sur fonts baptismaux il y a quelques jours, est un parti politique qui met en valeur les élites béninoises. Le Directeur général des infrastructures, Jacques Ayadji, en est le président. Ce dimanche 22 juillet, il est revenu sur les raisons de la création de Moele-Bénin. C’était dans l’émission « Cartes sur table » de la radio Océan Fm.

Valoriser les élites qui se sont battues pour l’accès du Bénin à l’indépendance et faire renaitre l’espoir que ces élites ont fait s’évaporer après l’acquisition de cette indépendance. Voilà, globalement, ce qui justifie la création de Moele-Bénin, selon Jacques Ayadji. A l’en croire, depuis 1960, « le Bénin est malade de ses élites » mais a, aujourd’hui, l’opportunité de changer la donne. Cette opportunité est l’avènement, en 2016, de Patrice Talon à la présidence de la république, avec un mode de gouvernance qui rompt avec le passé et ses mauvaises habitudes. Selon Ayadji, le président Talon est en sus doté d’un courage qui lui permet de prendre des décisions certes difficiles, mais indispensables. Ces décisions ne sont pas bien vues par certaines élites du pays, a ajouté le président de Moele-Bénin qui s’en est désolé mais s’est réjoui de voir son parti venir à point nommé pour séparer le bon grain de l’ivraie en mettant à la disposition des populations, la bonne information. « Quand un intellectuel veut présenter un projet, il le fait de façon objective. Aujourd’hui, il y a des réformes qui sont engagées et ces réformes ont besoin d’un soutien ferme, pur et sans marchandage. Lorsque les idées sont bonnes, nous allons les défendre partout, y compris publiquement. Mais lorsqu’elles sont moins bonnes, nous irons dans les lieux appropriés, pour en parler et je sais que celui qui est à la tête du pays aujourd’hui écoute beaucoup ; il aime même écouter ceux qui sont contre. Moele-Bénin sera là pour faire la part des choses, pour éclairer le peuple », a ainsi expliqué Jacques Ayadji. Revenant aux élites du pays, il a reconnu et salué la bravoure de certaines d’entre elles qui continuent de lutter et souhaité néanmoins qu’elles s’adaptent aux grandes réformes dans lesquelles s’est engagé Patrice Talon. Il a cité l’exemple de Célestine Zanou avec qui il entretient de bonnes relations, même s’il ne partage pas certains de ses points de vue liés notamment à l’amendement de la Constitution actuellement au cœur des préoccupations des populations. Pour Jacques Ayadji, « coupler les élections est différent de coupler les examens du Cep, du Bepc et du Bac pour deux raisons. La première, c’est que le couplage des élections ne fera pas tenir les élections le même jour et la seconde en est que le couplage des élections concerne tous les Béninois, ce qui n’est pas le cas des examens qui ne concernent que les candidats d’une classe donnée ». Jacques Ayadji a profité de l’occasion pour demander aux élites d’éviter de « semer la confusion » dans le rang des populations. « Moele-Bénin est là pour informer le peuple et sensibiliser les élites à s’adapter aux réformes du gouvernement. Moele-Bénin vient pour inculquer le militantisme et faire en sorte que les populations comprennent qu’en politique, il faut assumer ses responsabilités politiques en se mettant au service du peuple», laissera-t-il entendre.

Rastel DAN

 

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
3Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *