.
.

Le triomphe de la vérité

.

Déclaration de Sabaï Katé, Vice-président du Cos-Lépi: « Holo a fait son temps, Djogbénou est venu restituer la légalité »


Sabaï Katé, Vice-président du Cos-Lépi

Installé le 8 mai  dernier, le Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos-Lépi) présidé par Janvier Yahouédéhou, a vu son mandat prendre fin le 30 juin 2018, par décision de la nouvelle mandature de la Cour constitutionnelle, avant d’être reconduit en juillet 2018, pour un nouveau mandat de 6 mois. Une décision qui a suscité beaucoup de remous dans le rang des politiques, certains parmi eux accusant le président de la Cour constitutionnelle de faire preuve d’un « revirement jurisprudentiel ». Interrogé sur cette question, le vice-président du Cos-Lépi, Sabaï Katé, a rassuré les populations sur le rôle du président Djogbénou depuis son élection à la tête de la Cour constitutionnelle. « Ce n’est pas une surprise. Nous sommes dans un Etat de droit. La haute  juridiction est là pour régler tout ce qui ne va pas dans le pays », a-t-il commencé par souligner, avant d’avancer quelques raisons qui justifient cette situation. Selon ses explications, la faute incombe en premier lieu à l’Assemblée nationale qui n’a pas pu désigner à temps les membres du Cos-Lépi, dont le mandat court du 1er juillet 2018 au 31 janvier 2019. Il fait porter ensuite le chapeau à la cour constitutionnelle, alors dirigée par Théodore Holo, qui « fonctionnait dans l’illégalité ». « Pour réguler le fonctionnement du pays, Holo a installé le Cos- Lépi du 30 mai au 8 novembre. Ce qui ne répond pas à notre Code électoral mais c’était pour éviter le blocage », ajoute le député avant de féliciter Joseph Djogbénou pour  le respect des textes. « La cour Holo a fait son temps. Le Professeur Joseph Djogbénou est venu avec son programme et il sait qu’il va rendre compte à la fin de son mandat. Il a pour mission de restaurer la légalité. A son arrivée, il a mis fin au mandat du Cos- Lépi le 30 juin afin de restituer la légalité. Voilà un exemple palpable. Aujourd’hui, le Cos-Lépi est dans la légalité à 100%, et le mandat de ses membres prend fin le 31 janvier 2019», explique-t-il. Pour finir, le vice-président du Cos-Lépi convie les populations et acteurs politiques à faire davantage confiance à la Cour constitutionnelle qui, selon lui,  joue son rôle et fonctionne dans la légalité.

Rastel DAN

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
3Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *