.
.

Le triomphe de la vérité

.

Débat d’orientation budgétaire au Parlement: Bio Tchané défend les ambitions de Patrice Talon pour le Bénin


MINISTRE D’ETAT CHARGE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT, Abdoulaye BIO TCHANE

L’Assemblée nationale a organisé ce jeudi 28 juin 2018, au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo, le débat d’orientation budgétaire et économique en présence d’une délégation  Gouvernementale. Conduite par le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement, la délégation s’est attelé à cet exercice constitutionnel qui fait obligation à l’Exécutif de présenter à la Représentation nationale les documents budgétaires relatifs à l’exécution du budget de l’année en cours et les prévisions de l’année budgétaire à venir au plus tard le 31 Juin de chaque année. Après la présentation du rapport de la Commission des finances et des échanges ayant sanctionné les travaux en commission, les députés ont salué le respect du délai réglementaire par le Gouvernement avant d’exprimer une kyrielle de préoccupations. Lesquelles sont relatives entre autres aux besoins quotidiens des populations dans les zones rurales, notamment, l’accès à l’eau, à l’électricité et aux soins de santé, l’exécution des projets contenus dans le programme d’actions du gouvernement et qui sont prévus dans l’année 2018. A toutes ces préoccupations, le Ministre Bio Tchané a essayé d’apporter des clarifications.

« Nous avons à cœur le principe de reddition de comptes. Nous voulons savoir le plutôt possible comment se porte le budget, est-ce que nous avons suffisamment de ressources pour couvrir nos dépenses ? (…) Notre objectif est d’arriver à une transformation structurelle de l’économie nationale et en termes de priorité, nous avons retenu trois secteurs. Il s’agit de l’agriculture le tourisme,  l’économie numérique et l’économie du savoir.» a-t-il expliqué aux Elus du peuple. Il a ensuite apporté des précisions sur ce qui se fait au niveau de chacun de ces secteurs prioritaires. Pour le secteur de l’agriculture, le Ministre d’Etat a souligné que le gouvernement s’active pour la diversité agricole, en l’occurrence sur le développement des quatre filières phares que sont l’ananas, l’anacarde, le maïs et le riz et les autres filières comme le coton et le palmier à huile qui sont aussi productrices de richesse. Et pour y arriver, ajoutera-il, l’Exécutif compte investir dans les infrastructures et l’énergie électrique, la modernisation du port autonome de Cotonou, la construction de l’aéroport de GloDjigbé et l’ouverture du port de Tourou. Sur la question de la disponibilité de l’eau potable et de l’électricité, le chef de la délégation a indiqué qu’il s’agit là des engagements pris par le gouvernement et qui trouvent un écho favorable auprès des partenaires. Pour ce qui est des perspectives de 2019, il est prévu l’augmentation du programme de la cantine scolaire, le renforcement d’un autre projet phare en direction des femmes pour soutenir l’accès de celles-ci aux soins de santé avec le lancement de la partie opérationnelle du programme ARCH et autres. Au terme de la séance, le ministre a fait une déclaration de presse dont voici l’intégralité.

 

DECLARATION DE PRESSE DU MINISTRE D’ETAT CHARGE DU PLAN ET DU DEVELOPPEMENT, Abdoulaye BIO TCHANE

 

Chers amis de la presse,

 

Conformément aux dispositions de la Loi Organique du 27 septembre 2013 relative aux Lois de Finances (LOLF), notamment en son article 59, le Gouvernement soumet le Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle (DPBEP) à un Débat d’Orientation Budgétaire à l’Assemblée Nationale. C’est à cette obligation que j’ai répondu ce jour à l’hémicycle. Le Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle qui porte sur la période 2019-2021 évalue l’évolution de la situation économique et financière au plan national d’une part et présente les perspectives d’autre part. 

 

Une situation macroéconomique stable avec des déficits en baisse

 

Les chiffres que nous avons présentés à la représentation nationale traduisent une nette amélioration de la situation économique de notre pays. Le taux de croissance a connu un bon significatif, passant de 4% en 2016 à 5,6% en 2017. Cette amélioration est due à la performance enregistrée dans le secteur agricole où cette année, nous avons atteint une production record de coton de 600 mille tonnes, au dynamisme dans le secteur des BTP et à la reprise progressive des activités économiques au Nigéria. 

 

Par ailleurs, nous avons réussi à maitriser l’inflation et à la maintenir autour de 0,1% en 2017, largement en deçà de la norme de 3,0% fixée dans le cadre de la surveillance multilatérale au sein des Etats membres de l’UEMOA. 

 

Le Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle reflète également la rigueur observée par le Gouvernement dans la gestion des finances publiques. Ainsi, le déficit budgétaire, dons compris, s’est établi à 5,9% du PIB en 2017 contre 6,0% en 2016. Cette réduction en dessous du niveau convenu avec le FMI, se poursuit en 2018 avec la projection d’un déficit de 4,7% du PIB, d’ici la fin de l’année. De même, les dépenses d’investissement public, vont connaitre une hausse en 2018 par rapport au taux enregistré en 2017 du fait de la réalisation des études de faisabilité des projets et programmes du PAG.

 

Un budget 2019 en hausse et des perspectives de croissance économique prometteuses

 

Mesdames, Messieurs, 

 

L’évolution positive des indicateurs que je viens d’énumérer va impacter le budget général de l’Etat pour les années à venir. Au regard du cadrage macroéconomique, il est projeté une hausse du 10,1% du budget en moyenne sur la période 2019-2021. Pour ce qui est de la gestion 2019, le budget général de l’Etat va tourner autour de 1139,7 milliards de FCFA contre 1063,6 milliards de FCFA en 2018, soit une hausse de 7,2%.

 

Concernant les investissements publics, il y aura une accélération des grands projets dans l’agriculture, les BTP, l’énergie, la santé, l’éducation, la culture et le tourisme. Ces projets portent entre autres sur :

 

–        Le « Développement de nouvelles filières d’exportation et conventionnelles » ;

 

–        La « Construction du Nouvel aéroport international de Glo-Djigbé et la voie expresse Glo-Togbin » ;

 

–        « L’Asphaltage des rues des principales villes (660 Km) » ;

 

–        La « Construction des logements sociaux » ;

 

–        La « Construction de la Cité Administrative d’Abomey-Calavi » ;

 

–        La « Construction de la Cité ministérielle de Cotonou » ;

 

–        La « Construction de l’Hôpital de Référence d’Abomey-Calavi » ;

 

–        « L’Achèvement de la couverture du territoire en internet haut et très haut débit » ;

 

–         » La Modernisation et extension du Port de Cotonou » ;

 

–        « Le Développement du parc Pendjari/w » ;

 

–        « La Construction de stades communaux et départementaux » ;

 

–         » Et la Création des académies de foot ».

 

Pour finir, je voudrais saluer nos Honorables Députés pour la qualité des interventions et leurs différentes contributions. Ceci est le signe de la transparence et du caractère participatif qui entoure l’élaboration du budget 2019.

 

Je vous remercie.

Germin DJIMIDO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
1Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *