.
.

.

Préparatifs de la campagne cotonnière 2018-2019: Plus de 300.000 hectares déjà emblavés, l’AIC annonce une flambée de la production


Le présidium à l’ouverture de la rencontre

Les responsables de  l’Association Interprofessionnelle de Coton (AIC) et les partenaires techniques et financiers ont tenu une rencontre le lundi 25 juin à Azalai Hôtel de Cotonou. La rencontre avait pour objectif, de  faire le bilan de la commercialisation du coton, campagne 2017-2018 et de faire l’état des lieux de la campagne 2018-2019. A cette occasion, le Ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui a annoncé que 300.000 hectares ont été déjà emblavés pour la campagne en cours et que ce record sera encore battu très prochainement.

« Au 20 juin, nous sommes déjà à plus de 300.000 hectares emblavés. Les records vont cracher. Je suis confiant parce que tous les facteurs de production qu’il faut pour cette campagne sont là. Je rassure les paysans que rien ne manquera. Enfin, tout ce qui est bien doit être révélé. Les paysans qui ont montré les meilleures performances seront révélés. Ils vont fêter le coton. Ils vont fêter les meilleurs rendements. La fête aura lieu le 14 juillet à Banikoara. Que Banikoara, la grande cité cotonnière abrite enfin cette fête pour nous permettre de savourer les délices du coton dans l’Alibori ». Ainsi s’exprimait, le ministre Dossouhoui à l’ouverture de la rencontre. «Les acteurs ont été rétablis dans leur rôle. Ils ont joué à plein pot, sans une subvention de l’Etat. On est arrivé à ce modeste résultat qui montre très bien la capacité organisationnelle des acteurs et son impact sur les résultats de campagne. Deux campagnes successives seulement. Nous sommes passés d’un rendement de 877 kg à l’hectare à 1,77 tonne à l’hectare pour la première année, et 1,170 tonne pour la 2è année. Nous frôlons déjà 1,200 tonne. Nous nous engageons maintenant pour franchir la barre 1,200 en moyenne par hectare. Ça suppose qu’il y a des exploitations qui vont faire trois tonnes à l’hectare, quand d‘autres feraient peut-être autour d’une tonne » a aussi déclaré le ministre. Gaston Dossouhoui a souhaité pour ce faire, que la production cotonnière nourrisse son homme, préserve les conditions édaphiques, permette de produire durablement, et que les conditions de vie et l’attractivité en milieu rural soient.  Il n’a pas manqué de  saluer les efforts de la Sodéco (Société de Développement du Coton) qui, à côté des intrants coton, a mis en place les intrants spécifiques pour les céréales. « Dans toutes les localités où il y a des usines, il y a une taxe de développement local. Dans tous les cas, le record de cette année sera battu. Les indicateurs sont là » s’est rassuré Gaston Dossouhoui.

 

«Avant, on parlait beaucoup et on agissait peu…. »

Entre autres intervenants à cette rencontre, le Président de l’AIC, Mathieu Adjovi a révélé les secrets de ces grandes performances. « Avant, on parlait beaucoup, et on agissait peu. Aujourd’hui, nous avons réfléchi, nous avons pensé, nous avons agi, sous la lumière éclairée de Dieu, le Tout Puissant, et de tous ceux qui sont ses exécutants sur la terre du Bénin», a-t-il dit.  Si ces résultats ont été atteints et que tout le monde en parle désormais, ce n’est pas un miracle qui a été réalisé, à le croire. « C’est avec le même Bénin, avec les mêmes hommes. Nous n’avons pas augmenté la superficie du Bénin. Nous n’avons pas changé la tête des Béninois. C’est avec les mêmes têtes que nous avons appris à travailler, mais autrement », a détaillé le Président de l’AIC, qui a salué l’engagement  personnel du chef de l’Etat dans ces résultats. «  Il a vu que lorsque l’on change les conditions de vie du peuple, on change la façon de penser du peuple et on change la manière d’être du peuple », a-t-il fait observer. Il en dira de même à l’endroit du ministre Dossouhoui qu’il a qualifié « d’homme du cru ». Selon Mathieu Adjovi, « il a fait tout, de la base jusqu’au sommet. Il a atteint le niveau le plus élevé que Dieu lui a permis d’atteindre. Parce que le chef de l’Etat lui a donné la possibilité d’exprimer tout ce qui lui reste à donner à notre secteur, de son temps, de sa vie, de son savoir au service de l’agriculture béninoise ».  Il  remerciera également le président des producteurs. « Sans lui, on ne peut rien. On a beau concevoir les plans dans les laboratoires, les schémas les plus beaux, avec les moyens les plus gros, si les gens ne croient pas à la base, ils ne vont pas exécuter ce qui leur est dit », a-t-il expliqué. «Je tiens à remercier le Ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche pour tous ses efforts consentis pour la réussite de la campagne 2017-2018. Mes remerciements aussi au président de l’AIC et à tout son staff qui se rendent toujours prêts à répondre à nos préoccupations. Qui apportent toujours des solutions à nos problèmes. Merci également au Directeur général de la Sodeco. Tous ces paramètres combinés nous ont amenés à cette production record. Mes remerciements à l’endroit du chef de l’Etat et tout son gouvernement. Il n’a pas oublié le coton. Il nous accompagne à tout moment. Il nous écoute. Que Dieu le bénisse. Je voudrais réaffirmer à la face du monde aux producteurs de coton, que l’AIC a mis à notre disposition les fonds coton. Les producteurs ont été intégralement payés », a déclaré pour sa part, le Président des producteurs, Badou Bani Tamou. «Les producteurs de coton et de vivriers peuvent compter sur la Sodéco à mettre à leur disposition des intrants de qualité. Tout se passera comme prévu. La preuve, la Sodéco a déjà anticipé en procédant à des commandes complémentaires» a laissé entendre,   René Togbé, le président de la Sodéco.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
1Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *