.
.

.

Mesure annoncée dans les Lycées et collèges dès la prochaine rentrée: La génération du port de kaki annulée, le ministre Kakpo sensible aux cris de cœur des promoteurs


Mahugnon Kakpo, Ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle

Le communiqué  concernant le port du kaki obligatoire pour l’année scolaire 2018-2019 dans les écoles privées et publiques,  a été rapporté. C’est par une nouvelle note de service survenue au lendemain de celle du 21 Juin qui a annoncé la mesure qui devra prendre corps dès la rentrée prochaine. Pour certains, les raisons de cette volte-face  pourraient être liées, à une précipitation du ministre dont la décision n’a visiblement emprunté aucun couloir officiel et viole les recommandations des travaux d’un séminaire organisé le 1er Mars 2018. Et mieux, elle suscite déjà   une levée de boucliers au niveau des acteurs du privé. Les mêmes sources relatent que  la décision du ministre Mahougnon Kakpo n’est pas un acte  du gouvernement. Ni le conseil des ministres, ni les instances supérieures du secteur de l’éducation au Bénin, n’ont été consultés sur la question. Plus grave, rapporte un promoteur privé, la décision du ministre viole les recommandations du rapport des travaux de l’atelier du 1er mars 2018, organisé par le même ministère pour réfléchir sur les questions liées à l’éducation privée au Bénin. En effet, selon les conclusions des travaux de cet atelier, le patronat des écoles privé du Bénin, les écoles   catholiques et protestantes, les promoteurs  musulmans et le collectif des chefs d’Etablissement, après de longues discussions, ont convenu que les apprenants des écoles privées devaient continuer à arborer leurs uniformes, mais maintenir la tenue Kaki pour la confection des culottes, pantalons ou jupes. Grande  a été la surprise des promoteurs privés de prendre connaissance de la note de service du ministre. Selon nos informations, ces derniers s’apprêtaient à monter au créneau pour dénoncer cette démarche jugée solitaire et cavalière du ministre, quand la nouvelle de l’annulation du communiqué est intervenue.

Les établissements marquent leur accord mais font des propositions

Le Directeur de cabinet du ministre de l’enseignement secondaire, Jean-Benoît Allokpon  est monté vendredi dernier au créneau pour se prononcer au sujet de l’annulation de la note sur l’uniforme kaki dans le privé. On peut retenir de son intervention que « les réflexions vont se poursuivre sur la réforme ».  C’est sur l’émission Hebdo de Océan fm, où il a été invité. A en croire, Jean-Benoît Allokpon, le ministre a été sensible à l’impact économique sur certains responsables d’école avec qui il a tenu une séance de travail. Les promoteurs d’établissements privés ont des stocks d’uniforme par devers eux. Un atelier avait été organisé il y a quelques mois entre le ministère et les promoteurs des établissements privés. Deux options avaient été retenues : le statu quo ou l’adoption par le privé de l’uniforme kaki. A l’occasion, ceux-ci ont marqué leur accord pour une réforme allant dans le sens de l’uniformisation des tenues. Ils ont ainsi proposé que : soit le bas (culotte, pantalon ou jupe) soit en kaki et que le haut reste un choix des écoles privées, soit l’ensemble est en kaki avec possibilité de l’assortir d’un macaron pour distinguer les écoles. Sur ce, ils ont laissé à l’appréciation du ministre, le choix final. C’est donc sur la base de ses échanges et des propositions des acteurs que le ministre a fait cette option. Seulement, l’annonce est intervenue à un moment où, certes nous sommes en fin d’une année scolaire, mais les plus diligents ont déjà commandé leur stock d’uniforme pour la rentrée prochaine. Ceux-ci ont donc appelé l’attention de l’autorité sur cette situation. Leurs doléances ont été entendues et c’est la raison pour laquelle il y a eu cette annulation de la note de service. En annulant sa note pour le bonheur des promoteurs d’établissements privés qui avaient encore des commandes, le ministère ne ferme pas cependant la porte à l’uniforme kaki dans le privé. « Les réflexions vont se poursuivre », a déclaré Jean-Benoît Allokpon.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
2Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *