.
.

Le triomphe de la vérité

.

Polémique au sujet du recrutement des assistants dans les Universités publiques: Les syndicats des universités dénoncent les dysfonctionnements et exigent réparation


L’Intersyndicale des enseignants des Université nationales du Bénin se prononce sur les remous relatifs au  processus de recrutement de la première vague des assistants dans les universités publiques. A travers une déclaration rendue publique et signée du secrétaire général du Snes, du Professeur Vincent HOUNDEDAKO, les cinq syndicats ont fustigé les dysfonctionnements dénoncés depuis quelques jours par les candidats et enseignants. Cependant, l’intersyndicale se réjouit déjà de ce que des corrections s’appliquent au regard de l’urgence de l’opération et  la date de prise de service des nouveaux assistants fixée au 1er juillet 2018. Des corrections qui se manifestent par l’engagement des diverses autorités à corriger les ratés et permettre aux meilleurs candidats de se faire retenir. Ce qui a d’ailleurs déjà commencé à se manifester selon elle, par la régularisation de certaines insuffisances et le remplacement de certains représentants du ministère de l’enseignement supérieur. Face à cette disposition corrective, l’Intersyndicale  trouve que le processus peut aller jusqu’à terme.

 

INTERSYNDICALE DES ENSEIGNANTS DES UNIVERSITES NATIONALES DU BENIN

 

SNES SYNARES SYNHUB SECUP SNECC
Syndicat National de l’Enseignement Supérieur Syndicat Autonome de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Syndicat National des Hospitalo-Universitaires du Bénin Syndicat des Enseignants et Chercheurs de l’Université de Parakou Syndicat National des Enseignants- Chercheurs et Chercheurs
66867832 95361592 97693677 95402725 96669852

 

Déclaration de l’Intersyndicale des UNB sur le processus de recrutement des assistants dans les UNB (Première vague)

 

L’Intersyndicale a été informée de certaines irrégularités dans le processus de sélection d’assistants pour les Universités Nationales du Bénin (UNB) au titre de l’année 2018

En effet, la prochaine vague est prévue pour le compte de l’année 2019. Après avoir vérifié les informations, elle s’est rapprochée des autorités rectorales et ministérielles pour mieux comprendre les dysfonctionnements constatés. Suite aux enquêtes et aux échanges avec les diverses autorités, on peut retenir les ratés suivants :

  • non-respect rigoureux des dispositions de l’arrêté n° 070-2018/MERS/DC/SGM/DGES/CT-AAPDS/SA/017SGG18 du 09 mars 2018 portant Procédure de sélection pour le recrutement du personnel enseignant dans les Universités Nationales du Bénin, notamment en ses articles 8, 11 et 12. Ceci s’illustre entre autres par la volonté de certains Comités Scientifiques Sectoriels de ne pas reprendre la présélection des candidats après l’appel à candidature et de passer directement à l’entretien. Il s’agit également de l’intervention des représentants du MESRS dans la première étape de la présélection des candidats réservée aux Comités Scientifiques Sectoriels ;
  • exagération de certains représentants du MESRS dans la mise en application des instructions à eux données ;
  • inexistence de guides d’entretien pour les membres des jurys, conformément aux articles 11 et 12 de l’arrêté en vigueur ;
  • mauvais choix du spécialiste dans certains jurys ;
  • publication tardive des listes des candidats présélectionnés dans certaines universités et non publication dans d’autres.

L’Intersyndicale des UNB déplore et condamne ces dysfonctionnements. Elle interpelle les autorités à divers niveaux pour corriger très rapidement ces insuffisances avant la fin du processus en cours et le lancement de la seconde vague de recrutement.

Toutefois, vu l’urgence de l’opération et le délai de la date de prise de service des nouveaux assistants fixé au 1er juillet 2018 de même que l’engagement des diverses autorités à corriger les ratés, ce qui a déjà commencé à se manifester par la régularisation de certaines insuffisances et le remplacement de certains représentants du MESRS, l’Intersyndicale des UNB trouve que le processus peut aller jusqu’à terme. Elle maintient cependant la veille et rend les autorités à divers niveaux responsables des conséquences qu’engendreraient la non correction des irrégularités susmentionnées dans la suite du processus en cours ainsi que le non-respect rigoureux de l’arrêté en vigueur dans le processus relatif aux futures vagues de recrutement

Abomey-Calavi, le 20 juin 2018

 

Pour l’Intersyndicale

 

Le SG/SNES

 

 

Professeur Sossou Vincent HOUNDEDAKO

 

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page