.
.

Le triomphe de la vérité

.

Dernières grèves au Bénin:  La CSA-Bénin en ateliers critiques avec ses militants du Nord et du Centre


Le secrétaire général Anselme Amoussou (au milieu) s’adressant….

Quelques semaines après la suspension de la motion des dernières  grèves observées sur quatre mois dans le pays, la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin) va à la rencontre de ses militants. L’objectif est defaire le bilan des dernières grèves,de recueillir les avis et d’offrir de nouveaux outils de lutte syndicale. Prévue pour durer du  18 au 23 juin 2018, cette tournée de formations de la CSA-Bénin dirigée de main de maitre par son secrétaire général, Anselme Amoussou concerne une première vague. Il s’agit des militants du Nord et du Centre Bénin à savoir  Natitingou, Djougou, Malanville, Kandi, Parakou, Dassa, Bohicon et Azovè. Dans la matinée du lundi 18 Juin 2018, l’équipe de la Csa-Bénin a rencontré dans la salle de conférence de l’hôtel Tata Somba,  les militants de Natitingou et dans la soirée du même jour, ceux de Djougou, dans la salle de conférence de l’hôtel de la Donga. En introduisant les communications, le secrétaire général, Anselme Amoussou a salué la mobilisation des militants pour l’intérêt accordé à la rencontre. Une rencontre qui selon le N°1 de la confédération s’impose afin de permettre à l’organisation de sortir de l’ornière et d’être plus active dans toutes les localités du pays où elle a des militants et dont le besoin se fait sentir.  Il a saisi l’occasion pour partager l’une de ses attentes avec sa base. A l’en croire,  la mission de lutte syndicale est commune et doit avoir une allure objective. C’est pourquoi, il appelle les uns et les autres à rester fidèles au mot d’ordre de la confédération. « La Confédération n’est forte que lorsqu’elle a des syndicats de base  forts et des militants motivés » a précisé Anselme Amoussou. Pour finir, il a rassuré de son engagement à effectuer des descentes régulières d’écoute, d’échanges et de formation dès que le besoin se fait sentir. « Chaque fois que nous aurons les moyens, vous nous aurez à vos côtés » a promis le secrétaire général. Par ailleurs, la tournée se poursuit ce mercredi 20 Juin 2018 avec les militants de Malanville et de Kandi. Demain, jeudi 21 Juin 2018, ce sera le tour des militants de Parakou au centre Guy Riobé. Le vendredi 22 juin, la délégation de formation sera face aux mandats de Dassa dans  la salle de conférence IfêRantiOluwa, ensuite à Bohicon avant de finir à Azovè,le samedi 23 juin 2018.

Les militants de la Csa-Bénin de l’Atacora et le Borgou outillés sur la Sécurité au travail dans l’économie informelle

….à ses militants très attentifs

Les travailleurs  et travailleuses de l’économie informelle doivent rendre plus efficace leur participation au processus d’élaboration et de mise en œuvre des politiques publiques pour induire un nouveau modèle de croissance économique sans les problèmes sanitaires et les accidents de travail. Pour y arriver, ils devront se faire former  en s’informant sur certains concepts liés à la thématique de l’économie informelle. C’est à cet exercice que s’est donnée la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Csa-Bénin)en décidant de répondre à certaines préoccupations de ses militants de l’informel dans le septentrion. A cet effet, elle a offert des séances de sensibilisation aux travailleurs et travailleuses,qu’ils sont. C’était lors de sa tournée de formation en cours dans le Nord-Bénin. Les premiers à avoir bénéficié de cette formation le lundi 18 juin 2018 au Ciné Bopeci, sont les militants de Natitingou. Une formation qui a été donnée par une équipe pluridisciplinaire avec à sa tête le secrétaire général Anselme Amoussou et le coordonnateur principal des projets à la Csa-Bénin, Robert Yavohedji. Pour Anselme Amoussou, il s’agit d’une activité qui rentre  dans le cadre du renforcement des capacités des militantes et militants de l’économie informelle sur les questions de santé et de sécurité au travail sur la mise en place et le fonctionnement des comités d’hygiène et de sécurité sur leurs lieux de travail tels que les marchés, les salons de coiffure, de couture, des ateliers de tissages de pagnes, de teinture et des studios de photographie. A la suite des travailleurs de Natitingou dans l’Atacora, c’est le tour de ceux de Parakou dans le Borgou, de bénéficier de cette aubaine, le jeudi 21 Juin prochain.

Emmanuel GBETO

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *