.
.

.

Passation de charges à la Cour constitutionnelle: Les béninois entre réserves et optimisme


Quatre personnalités nommées par le bureau de l’Assemblée Nationale et trois autres par le Président de la République, les nouveaux sages de la Cour Constitutionnelle béninoise 6ème mandature sont entrés officiellement dans leurs fonctions le vendredi 08 juin dernier, à l’issue d’une cérémonie de passation de charges. Cette cérémonie qui est intervenue après la prestation de serment des nouveaux Sages, et l’élection du président et de son vice-président, est l’aboutissement d’un processus, symbole de la démocratie béninoise. Interrogés sur le renouvellement des membres de cette institution constitutionnelle, les béninois ont exprimé leur satisfaction pour les uns, et leur optimisme pour les autres. A les entendre, l’élection du professeur Joseph Djogbénou au poste de président de la Cour constitutionnelle n’est que la confirmation de la rumeur qui courait depuis quelques mois.

 

Lucien Batcho, Doctorant en socio économie des médias
«…les sept sages n’oseront pas trahir leur serment…»

« La nomination et l’élection de Djogbénou suscitent des inquiétudes. Et à juste titre. Je les trouve légitimes. Je comprends qu’après avoir été l’avocat personnel de Talon puis son ministre en charge de la justice, et le parcours voire le rôle et les positions qui ont été les siens, on ne pouvait pas ne pas avoir des craintes. Mais je pense qu’il n’est pas seul et je crois en la compétence et à l’intelligence de ses six autres collègues pour lui éviter de continuer à servir un homme plutôt que les intérêts du pays. Une chose me réjouit, les sept ont les compétences et ils sont conscients qu’ils sont attendus. Ils n’oseront pas trahir leur serment. Nous allons redoubler de vigilance sinon un pouvoir laissé à lui-même dérive souvent. »

Parfait HOUANGNI: Député à l’Assemblée Nationale
« Il est capable de gérer cette institution »

« Mes impressions sont très bonnes à propos de cette procédure de renouvellement des membres de notre institution constitutionnelle. Cette élection participe de la vitalité de notre démocratie et est la preuve que le Benin innove et innovera toujours. Nous en sommes certains, et tout le peuple béninois est d’accord avec nous, que ce cadre émérite qu’est le Professeur Joseph Djogbénou, élu président de la Cour constitutionnelle a les aptitudes nécessaires pour gérer et mener à bien cette noble institution. Je pense que c’est une innovation régulière appréciée de tout le monde. Personnellement je l’apprécie. Il faut être conséquent envers soi-même, parce que tout le monde s’accorde à dire qu’il faut promouvoir la jeunesse. Voilà un jeune très expérimenté, un agrégé de droit privé. Il est capable de gérer cette institution. Je suis fier de mon pays. Je dois saluer le courage du chef de l’État qui, depuis toujours, a su identifier les jeunes cadres de haut niveau autour de lui pour la réussite de son mandat. J’ai cependant la ferme conviction que le président Joseph Djogbénou dira le droit pour le bonheur de ce pays. »

Christophe Augustin AZON : Président de la jeunesse patriotique.
« C’est une fierté pour la jeunesse »
«Maître Djogbénou, Président de la cour constitutionnelle 6è mandature, n’est que le déroulement du plan du Président Talon pour faire aboutir ses grandes réformes. Et moi je pense que ces réformes constituent le fondamental pour mettre les Béninois au travail bien fait, gage de tout développement. Nous espérons tout de même que les décisions seront sagement dites. Je crois qu’en dépit de tout, le Bénin demeure un Etat vraiment démocratique, par le respect des principes fondamentaux de la démocratie qui s’y observe. Personnellement, je n’ai pas d’objection quant au processus ayant conduit à l’installation de cette mandature, et je pense que les divers membres qui composent cette cour sont des personnalités rompues et pétries d’expériences. Le professeur Joseph Fifamè Djogbénou a un carnet d’adresses très considérable ! Son élection à la tête de la 6e mandature de la cour constitutionnelle constitue une fierté pour la jeunesse éprise de conquête du pouvoir et de son exercice. Je suis personnellement très ému. Mon vœux est que l’éternel des armées et les mânes de nos ancêtres les guident dans les diverses décisions qu’ils auront à rendre afin que règne la paix dans le pays.»

Eric Vodoumbo : Enseignant, spécialiste de l’environnement
« Dame rumeur s’est confirmée … on attend pour apprécier »
«Au Bénin, quand dame rumeur s’élève, elle finir par se confirmer dans 90% des cas, surtout quand aucune voix ne se lève pour apporter un démenti formel. Pour cause, les bruits ont couru ces derniers temps que Joseph Djogbénou sera le prochain Président de la Cour Constitutionnelle, et c’est désormais chose faite. Si à priori il a été facile de se faire élire, il faut dire que le plus dur va commencer pour lui à partir de cet instant. Il détient par devers lui le souffle de tout un peuple jaloux de sa constitution. Va-t-il répondre aux aspirations du peuple où plaire à un homme qui lui aurait tout donné ? C’est la grande interrogation à la quelle ses actes prochains vont répondre. Tout le monde savait qu’il sera le président de cette institution du fait qu’il a laissé son poste de ministre de la justice. Maintenant qu’il est sage, on attend pour apprécier.»

Belgkamp Lissanon, Secrétaire Exécutif du parti Mouvement Républicain pour la Paix et le Développement (MRPD)
« Djogbénou est la personne la mieux indiquée parmi les désignées pour diriger cette cour»

«…L’élection du professeur Djogbénou à la tête de la Cour constitutionnelle est une chose formidable à mon avis. Tout part d’abord de son background, c’est-à-dire, le niveau intellectuel, l’expérience en tant qu’avocat, puis professeur de droit. Ensuite sa désignation qui, pour moi, respecte les textes en vigueur en la matière au Bénin. Du coup, ce n’est plus une surprise son élection loin de tout amalgame relatif à sa proximité au gouvernement et donc au Chef de l’État. Vu son parcours, je suis persuadé qu’il va accomplir ses obligations vis-à-vis de la nation. Tout pouvoir voudra bien contrôler les institutions pour mieux exécuter son programme conformément aux lois et textes du pays. Et donc de ce fait, il est la personne la mieux indiquée parmi les désignées pour diriger cette cour. Il ne reste qu’à lui souhaiter plein succès dans cette nouvelle fonction et qu’il soit un exemple à citer demain…»

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *