.
.

Le triomphe de la vérité

.

Affaire surfacturation d’achat de motos au MCVDD: L’ANLC disculpe le concessionnaire Les Bagnoles Motors


«On peut situer les responsabilités entre le concessionnaire et les agents ? Oui ! L’autorité de régulation des marchés publics a situé les responsabilités. Les agents ont failli à leur mission et ils ont été sanctionnés. Le concessionnaire Les Bagnoles Motors (LBM) n’en est pour rien. Lui, il se lève, il dit je veux vendre ma chose à 20 F, c’est à vous de prendre ou de ne pas prendre », a affirmé Jean-Baptiste Elias, président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (ANLC). C’était le vendredi dernier, au cours d’une conférence de presse tenue au siège de cette institution à Cotonou. Jean-Baptiste Elias a tenu à apporter ainsi de nouvelles clarifications à la suite de sa dernière sortie médiatique sur cette affaire qui a suscité assez de polémiques. Donc, pour lui, l’ANLC ne fait aucun reproche au concessionnaire dans ce dossier d’acquisition de matériels roulants dont 84 motos, 23 véhicules au Ministère du cadre de vie et du développement durable (MCVDD). Jean-Baptiste Elias réfute, de ce fait, la campagne de «dénigrement » envers ce concessionnaire qu’on tente de coller à l’ANLC. Selon les investigations menées par cette institution, qui rassure Jean-Baptiste Elias et les siens de la crédibilité de LMB, « le concessionnaire a gagné le marché dans un processus respectueux des règles de passation des marchés publics » Et d’ajouter : « Je précise que ce n’est pas un gré à gré. On a lancé un appel d’offres parfait. Puis, la première séance est infructueuse parce qu’il n’y a pas eu assez de soumissionnaires. Après, la deuxième séance a été fructueuse et on a fait le dépouillement et tout le reste jusqu’au bout. Donc, il ne s’agit pas d’un gré à gré »

En ce qui concerne les prétendus jugements qui seraient rendus par la justice dans cette affaire, avec un « certain non lieu » prononcé, Jean-Baptiste Elias a aussi apporté des clarifications, même s’il fera savoir que «le procureur de la République est totalement libre et la loi l’autorise de classer un dossier sans suite », comme il l’a fait.

Christian TCHANOU

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *