.
.

Le triomphe de la vérité

.

Edito: C’est qui nos héros ?


Un Béninois de l’extérieur à qui je rapportais les dernières facéties d’un acteur politique majeur de notre pays, a laissé échapper cette phrase : « C’est qui finalement nos repères ? Qui sont, en fin de compte, nos héros ? » Sa déception était à la mesure de ses illusions d’étudiant. Quand, jeune et brillant universitaire, il passait des nuits blanches pour être toujours le meilleur de sa promotion, il rêvait de ressembler à ce modèle, de lui emboîter le pas. Aujourd’hui, l’ancien modèle s’est révélé un minus aussi retors que les autres, aussi médiocre que tout le reste qu’il exècre.
Qui sont nos héros ? Je suis convaincu que vous n’avez pas raté la soudaine promotion de Mamoudou Gassama, ce Malien sans papier qui, en secourant un bébé basculant dans le vide du quatrième étage d’un immeuble parisien, est célébré comme un héros en France et ailleurs dans le monde. Insigne honneur, le Président Emmanuel Macron a promis de le naturaliser Français. Le Chef de l’Etat français lui a remis une médaille pour son courage et lui a annoncé qu’il serait enrôlé dans les services des sapeurs-pompiers. Il y a trois ans, l’un de ses compatriotes, Lassana Bathily, qui a aidé des clients d’un supermarché juif de l’ouest parisien à se cacher lorsqu’un militant du groupe État islamique a pris des otages, avait lui-même bénéficié de cette marque de reconnaissance. Ces héros d’un jour, devenus héros pour toujours, sont célébrés dans les pays occidentaux. La plupart des médias français, américains, britanniques ou allemands font échos de cet « exploit » et présentent le migrant sans-papier désormais comme un homme hors du commun qui mérite reconnaissances et récompenses. Chez nous, au Bénin, la question ne se pose pas de savoir ce qu’on en aurait fait. Est-ce qu’il aura même droit à une seule ligne dans les médias béninois ?
Ce dont on peut être sûr, c’est que le Béninois a mis fin à tout héroïsme. Du moins, plus personne ne croit à un quelconque héroïsme volontaire et spontané chez nous. Les héros de chez nous, ce sont ceux qui dépensent de l’argent sur les autres, souvent au nom de la charité électorale. C’est eux qui construisent des salles de classe, qui donnent du matériel sanitaire dans les hôpitaux, eux qui inondent des villages entiers de sacs de riz, de billets de banque, etc. La générosité électorale est la mesure même de l’héroïsme au Bénin. Ce sont aussi les riches spontanés qui roulent carrosse dans les quartiers et distribuent leur subite générosité, espérant calmer par là les cris de leurs consciences noircies de crimes odieux. Et les quartiers bruissent bien de ces crimes dont si peu de gens se soucient en définitive.
De fait, il ne fait pas bon être héros dans nos sociétés. La culture de l’égalisation par le bas annihile toute velléité de se surpasser. Nos récits d’aventure célèbrent fondamentalement des héros étrangers dont les exploits mettent en relief les réalisations grandioses des autres. Qui célébrons-nous, mais surtout que célébrons-nous ?
Si les générations d’aujourd’hui s’identifient à des artistes, à des sportifs ou à des acteurs qui donnent du sens à leur propre vie, elles semblent se fermer à tout type de héros transcendent permettant de construire une société de progrès pour le futur. Ce qui nous impressionne, c’est le clinquant des voitures, le froufrou doucereux des billets, le faste des costumes… Ce n’est pas tant de bling-bling qui envahit l’espace public, mais le voyeurisme permanent des arrivistes en mal de publicité. C’est cette société qui célèbre non pas les valeurs de l’esprit et de la modération, mais l’insoutenable goujaterie des parvenus qui tiennent à faire étalage de leur fortune.
C’est le faux qui se hisse au premier rang lors des élections. Celles-ci permettent de drainer au parlement des hordes de ripoux en délicatesse avec la loi. Les forces de l’argent se retrouvent ainsi au parlement, laissant de côté les forces de la réflexion et de la compétence. L’héroïsme, le vrai a disparu. Vive la flagornerie.

Par Olivier ALLOCHEME

N'hésitez pas à partager ...Share on Facebook
Facebook
0Share on Google+
Google+
0Tweet about this on Twitter
Twitter
0Share on LinkedIn
Linkedin

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *