.
.

Le triomphe de la vérité

.

Pour l’assainissement du système sécuritaire national: Le DGRP Hounnonkpè met fin aux brigades civiles de sécurité dans tout le Bénin


Nazaire Hounnonkpè, Directeur Général de la police républicaine

Une nouvelle réforme dans le secteur sécuritaire béninois. Le gouvernement, à travers la direction de la police républicaine, vient d’interdire l’activité des brigades civiles dans les quartiers  de ville et villages. L’information a été portée par un message radio de Nazaire Hounnonkpè, Directeur Général de la police républicaine en sa date du 16 Mai 2018 où tous les Directeurs départementaux de la police, ont été instruits à veiller au respect de la décision.

A en croire le message du Directeur Général de la police républicaine,  c’est «suite aux nombreux désordres enregistrés dans le cadre des brigades civiles de sécurité dans les différentes localités» qu’il est mis un terme à cette activité. En réalité, depuis toujours, les membres de ces brigades civiles, pour la plupart des volontaires, travaillent en parfaite intelligence avec les chefs de quartiers et de villages. Ils sont d’ailleurs régulièrement enregistrés auprès des chefs de quartier et de villages comme exerçant une telle activité. Maintenant, si le gouvernement en arrive à y mettre fin, c’est sans doute dans sa volonté de réduire les actes d’insécurité publique dans le pays. Une analyse de la situation permet d’ébaucher quelques raisons plausibles qui sous-tendent cette décision. Qu’il nous souvienne que, lors d’un meeting, un certain mouvement de jeunes né dans l’Ouémé, plus précisément à Avrankou, avait trouvé “la géniale” idée de distribuer des armes blanches (machettes et gourdins) à certains jeunes pour soi-disant assurer la sécurité de la localité. Face à cette décision, il urge qu’une collaboration plus intense s’instaure  entre la police républicaine et les autorités locales afin de combler le vide que ce coup de main de ce « corps de sécurité  supprimé » apportait aux populations. Rappelons, que communément appelées «Comités», ces brigades civiles avaient essentiellement pour mission de relayer les forces de l’ordre notamment lors des patrouilles nocturnes afin de dissuader toutes velléités criminelles et d’assurer la quiétude des citoyens.

Emmanuel GBETO

Reviews

  • Total Score 0%


Plus sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You cannot copy content of this page